Abracadabra, Luc Langevin est là!

Luc Langevin et deux magiciens complices, Mathieu Bich... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Luc Langevin et deux magiciens complices, Mathieu Bich et Stéphane Bourgoin, relèveront d'impressionnants défis lancés par des vedettes québécoises dans la nouvelle émission Défier la magie.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sérieux, comment Luc Langevin s'y prend-il pour faire disparaître des cartes à jouer et les faire réapparaître à l'intérieur d'une boîte métallique enfouie dans un gros bloc de glace? C'est déroutant.

L'illusionniste québécois de 31 ans ne dévoilera jamais ses trucs, question de ne pas détruire l'émerveillement généré par les tours. Zut. Dans sa nouvelle émission Défier la magie, qui sortira du chapeau d'ARTV le vendredi 17 avril à 19h, Luc Langevin continue d'étonner avec des numéros qui vous feront constamment répéter: «Ça ne se peut pas, ça ne se peut pas, ça ne se peut pas!»

Contrairement aux épisodes de Comme par magie, Luc Langevin bat maintenant ses paquets de cartes en compagnie de deux magiciens complices. Le premier, Mathieu Bich, vit à Paris et invente des trucs qu'il revend ensuite à des collègues illusionnistes. C'est de cette façon que Luc Langevin l'a rencontré: en lui achetant des tours de magie, qu'il a ensuite reproduits à la télévision québécoise.

«Un simple tour de cartes peut coûter 15$ et une grande illusion peut se vendre des centaines de milliers de dollars», indique Mathieu Bich, vêtu d'une longue tunique noire. Contrairement aux humoristes qui se volent des gags entre eux, les magiciens, eux, paient leurs trucs en bonne et due forme.

Le deuxième magicien, Stéphane Bourgoin, collabore avec Luc Langevin depuis plusieurs années. Il gagne aussi sa vie grâce à la «magie corporative», un marché qui roule très bien, merci.

À trois, Luc, Stéphane et Mathieu relèvent des défis impressionnants, que leur lancent des vedettes du showbiz québécois. L'humoriste André Sauvé demande d'abord au trio de l'impressionner avec un numéro exécuté à six mains. Ça se passe avec des gobelets classiques, mais avec un niveau de difficulté, disons, beaucoup plus élevé. C'est épatant tout ce qui se cache sous ces grands verres à café.

Comme dans Les gars des vues, les trois magiciens brassent leurs idées devant les caméras, dans un décor futuriste évoquant Mission impossible (et Les 400 coups! de TVA). La deuxième invitée de la première émission de Défier la magie, Élyse Marquis, place la barre encore plus haut: elle demande aux gars de lui orchestrer un tour qui s'effectuera dans trois lieux différents, très éloignés les uns des autres. Un téléphone portable peut-il se téléporter? Semble que oui. Encore une fois, ce qu'accomplissent les trois magiciens est franchement renversant.

La série Défier la magie comprend 10 émissions de 30 minutes. En parallèle, Luc Langevin poursuit la tournée de son spectacle, Réellement sur scène, qui l'amènera en Europe en 2016, dont trois semaines au Casino de Paris, en février. Des arrêts à Bordeaux, Lille, Marseille et Genève figurent aussi à l'agenda. Autre démonstration de la popularité de Luc Langevin? Son jeu de table «Devenez magicien avec Luc Langevin» a été vendu plus de 53 000 fois au Québec.

Devant une poignée de journalistes, hier matin, les trois magiciens ont accompli un numéro de cartes assez hallucinant, qui a fait dire à toutes les personnes présentes: mais comment s'y prennent-ils, pour l'amour du bon Dieu<? Hélas, on ne le saura jamais. Il faut préserver la magie, non?

SNL Québec finit en force

L'émission SNL Québec a bouclé sa saison - et sa vie à Télé-Québec - en force avec l'excellente Guylaine Tremblay comme maîtresse de cérémonie. Ce dernier épisode, avec celui de Véronic DiCaire, a été l'un des meilleurs de l'hiver.

Le taux d'autodérision a été très élevé pendant cet ultime tour de piste. «Si SNL n'est plus à Télé-Québec, qui va essayer de faire des jokes plates qui marchent une fois sur dix, à part Deux hommes en or?», a dit Guylaine Tremblay à la blague, dans son monologue d'ouverture bien ficelé, bien mordant.

Plusieurs sketches ont frappé fort, dont les deux Maria à la cuisine et la vidéo du gangster Fier-Luc Punk. Deux personnages réguliers que j'ai beaucoup aimés ont aussi soufflé leurs adieux, soit la critique snob d'Outremont Diane Hodge (Virginie Fortin) ainsi que la craquante Paidge Beaulieu (Katherine Levac).

C'est dommage que le niveau de drôlerie ait autant varié d'une émission à l'autre de SNL Québec. Si tous les épisodes avaient été aussi rigolos que ceux chauffés par Guylaine Tremblay ou Véronic DiCaire, le sauvetage aurait été beaucoup plus simple. On espère maintenant que la rumeur envoyant SNL Québec à Super Écran soit vraie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer