Party télé avec Fabienne et Julie

Les productrices Fabienne Larouche et Julie Snyder, ainsi... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Les productrices Fabienne Larouche et Julie Snyder, ainsi que France Lauzière, vice-présidente principale de Contenu QMI, étaient heureuses d'annoncer la refonte du gala des prix Gémeaux.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Assoyez Fabienne Larouche et Julie Snyder à la même table. Versez-leur du café juste bien noir, ma noire. Et écoutez-les parler avec fougue - et une énergie quasi atomique - de télévision québécoise. Honnêtement, ça ferait un sapré bon talk-show, peut-être un peu étourdissant et épuisant à suivre, mais ô combien divertissant.

Mardi matin, ces deux femmes fortes du petit écran québécois, de même que l'état-major 100% féminin de TVA, ont officiellement enterré la hache de guerre avec l'Académie du cinéma et de la télévision, qui octroie les prix Gémeaux. Mes espions avaient raison: la chicane est bel et bien finie après plus d'une douzaine d'années de tiraillements. Le 30e gala du 20 septembre, copiloté par Véronique Cloutier et Éric Salvail, marquera donc cette grande réconciliation, qui a été orchestrée par le président de l'Académie, Richard Speer.

Grand patron du groupe Attraction (Au secours de Béatrice, Les Parent), Richard Speer peut se vanter d'avoir réussi, en moins d'un an, là où tous ses prédécesseurs avaient lamentablement échoué. Il a raison d'être super fier de son coup. Une refonte en profondeur des règlements au sein d'un milieu hyper chatouilleux, ça implique énormément de négociations et de diplomatie. En plus, les dissidents ont tous promis d'être «revenus pour rester longtemps».

Fabienne Larouche et Julie Snyder étaient intarissables mardi à propos des raisons qui les avaient longtemps éloignées des Gémeaux. 

«Il y avait des comptes qui se réglaient dans les comités de sélection des Gémeaux. On allait au gala et ce n'était pas le fun du tout. On vivait toutes sortes d'injustices. Pendant des années, j'ai trouvé que le gala Artis était le plus intéressant et le plus juste», se rappelle Fabienne Larouche.

«Dans un comité pour le choix de la meilleure animatrice, j'ai vu des gens mettre des zéros à Christiane Charette parce qu'elle avait déjà eu une belle année et qu'il faudrait faire gagner quelqu'un d'autre. Je n'en revenais pas», enchaîne Julie Snyder.

La productrice et animatrice de L'été indien à TVA poursuit sur sa lancée: «On peut aimer ou non Star Académie, mais on ne peut pas dire que Jean Lamoureux ne fait pas partie des cinq meilleurs réalisateurs de variétés au Québec. Je ne pouvais pas concevoir qu'il n'était même pas en nomination. Je n'en gagne pas, de trophée Artis, mais quand j'assiste au gala, j'ai l'impression que c'est équitable pour tout le monde», note Julie Snyder.

Cette opacité enveloppant les mécanismes de fonctionnement des Gémeaux a enfin été corrigée. Six grands jurys, composés chacun de six professionnels de l'industrie, évalueront la plupart des émissions dans les catégories de pointe. Leur vote correspondra à 70% de la note finale. Le 30% restant proviendra des bulletins remplis par les quelque 1400 membres de l'Académie. Avant, c'était 50% pour les jurys, 50% pour les membres de l'Académie.

Nouveauté: dans les sections opposant des émissions (du type comédie ou série dramatique), le poids du vote des membres de l'Académie diminue à 20% pour inclure un 10% basé sur les cotes d'écoute.

Et pour s'assurer de l'impartialité du procédé, deux présidents d'honneur ont été nommés, soit Claude Robinson et le sondeur Jean-Marc Léger. «Il y avait vraiment une volonté d'améliorer le processus, de le rendre plus rassembleur et plus transparent», note Richard Speer.

La réforme des Gémeaux entraîne l'abolition de la catégorie des téléromans. Dorénavant, les dramatiques se diviseront, de façon plus logique, en séries annuelles (de 2 à 13 épisodes), en séries saisonnières (de 14 à 26 épisodes) et en séries quotidiennes (27 épisodes et plus). S'il n'y a qu'une seule inscription dans les quotidiennes, par exemple, le trophée ne sera tout simplement pas attribué.

«Notre industrie, avec le numérique, a été bouleversée dans les dernières années. La globalisation des marchés nous amène à l'heure des partenariats. Il faut faire front commun pour protéger la création d'ici», explique la vice-présidente principale, Contenu QMI, France Lauzière.

Concrètement, cela signifie que le 30e gala des Gémeaux couronnera la crème de la crème, sans qu'il y ait d'absents. Vous y verrez sûrement Le banquier, des actrices d'Unité 9, un prof de 30 vies, Charles Lafortune de La voix et des membres des équipes de Salut, bonjour ou d'Accès illimité.

Plus personne ne restera sur la touche et les concurrents partiront tous de la même ligne de départ, en même temps. Pour paraphraser Julie Snyder, qui a parfaitement résumé les dernières éditions des Gémeaux: aux Jeux olympiques, quand il manque des pays, la médaille n'a pas la même valeur.

Pour joindre notre chroniqueur: hdumas@lapresse.ca 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer