On regarde quoi cet hiver ?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Laissons en 2014 les San Bushmen de Vol 920, Elsa et Anna de La reine des neiges de même que le ténor Yoan Garneau de La voix, voulez-vous bien ? Merci. Tournons plutôt nos regards vers les émissions de télévision de 2015 qui illumineront - et réchaufferont, on l'espère - nos glaciales soirées d'hiver.

La température grimpera de plusieurs degrés lundi à 21 h pour le premier round de l'affrontement entre Lance et compte de TVA et Nouvelle adresse de Radio-Canada. Ces deux téléséries, dont j'ai visionné les premiers épisodes, interpelleront deux publics complètement différents.

Sur dix épisodes compacts, l'auteur Réjean Tremblay donne plusieurs mises en échec à ses personnages chouchous. Conséquence ? Ça bouge autant sur la patinoire qu'à l'extérieur des bandes, Lance et compte privilégiant l'action aux dépens de l'introspection.

Ça brasse aussi fort dans Nouvelle adresse, mais de manière plus feutrée. La journaliste Nathalie Lapointe (Macha Grenon) amorce sa nouvelle chimiothérapie aux effets secondaires dévastateurs et son ex-mari Jean-Daniel (David Boutin), exilé en Argentine, revient à Montréal, alerté par un appel à l'aide de sa fille Romy.

Sophie Prégent, qui campe l'épouse parfaite Johanne, est surprenante dans cette deuxième saison de Nouvelle adresse. De beauté plus ou moins désespérée, elle se métamorphose en divorcée survoltée. Le scénariste Richard Blaimert lui a écrit des scènes mémorables.

J'ai un pressentiment que la chroniqueuse Nathalie Lapointe, l'héroïne de la série, pourrait mourir d'un épisode à l'autre tellement sa santé décline. Se pourrait-il qu'elle s'éteigne avant le début de la troisième saison ? Nostradumas se met sur le cas.

Il faut maintenant qu'on placote du Ti-Mé Show. En fait, je n'ai pas d'infos croustillantes à vous révéler. La SRC ne montrera pas les épisodes aux chroniqueurs avant la première officielle de ce talk-show humoristique prévue vendredi à 19 h. Hum, hum.

Très souvent, le fait de ne pas organiser de visionnement de presse signifie que le matériel risque d'être passé agressivement au Slap-Chop. Niveau de danger de mauvaise publicité : très élevé.

Les créateurs du Ti-Mé Show préfèrent sûrement que les téléspectateurs se forgent leur propre opinion sans avoir été contaminés par les méchants journalistes. Pourtant, les bandes-annonces du dernier bébé de Claude Meunier, relayées abondamment dans les dernières semaines, m'ont (un peu) rassuré sur la qualité du produit. On s'en reparlera assurément.

Tous les séries et téléromans réguliers reprennent leurs cases horaires respectives cette semaine, dont L'auberge du chien noir, Yamaska, Mémoires vives, Unité 9, O', Au secours de Béatrice, Les beaux malaises et Un sur 2. Faites le ménage dans vos enregistreurs numériques, ce week-end. Faut libérer de l'espace !

Les fans de 19-2 devront patienter jusqu'au mercredi 28 janvier à 21 h pour plonger dans le troisième et dernier chapitre de la télésérie policière vedette de Radio-Canada. J'ai vraiment, vraiment hâte. La première ronde des auditions à l'aveugle de La voix décolle le dimanche 18 janvier à TVA. Pierre Lapointe s'assiéra dans le fauteuil laissé libre par Louis-Jean Cormier.

Ne ratez pas, demain à 20 h sur les ondes de CTV, la 72e remise des Golden Globes, copilotée pour la troisième fois consécutive par les hilarantes Tina Fey et Amy Poehler. C'est toujours franchement divertissant et juste assez mordant comme gala. En plus du cinéma, on y célèbre le meilleur de la télévision américaine, et du bon stock, il y en a eu cette année. The Knick, The Affair, Game of Thrones, Fargo, Downton Abbey, The Good Wife, House of Cards, How to Get Away With Murder, True Detective, Orange is the New Black, Transparent ou The Missing : toutes ces productions de gros calibre ont récolté des nominations.

Une prédiction, maintenant. Transparent du géant Amazon (toujours pas disponible chez nous) surprendra demain soir. C'est une comédie douce-amère à propos d'un professeur retraité, père de trois enfants d'âge adulte, qui amorce sa transition en femme. L'acteur principal, Jeffrey Tambor (Arrested Development), y est génial. Nostradumas vous supplie de miser sur lui.

***

Je lévite : Avec Eddie Redmayne dans Une merveilleuse histoire du temps

Ce jeune acteur britannique est époustouflant dans le rôle du physicien Stephen Hawking, atteint de sclérose latérale amyotrophique. Redmayne, que l'on a aussi vu dans Les misérables, a évité tous les pièges (trop en mettre, copier bêtement les tics de Hawking) et raflera sûrement plusieurs prix pour sa performance renversante. La détresse de cet homme prisonnier de son corps, son humour vif et sa grande intelligence : tout y est rendu à la (quasi-)perfection.

Je l'évite : Les pubs d'Abreva

Pauvre Chéli Sauvé-Castonguay. Déjà que ce n'est pas évident d'associer son nom et son visage à un produit qui calme les feux sauvages, voilà que l'animatrice de V doit en plus apparaître dans une pub moche que l'on jurerait sortie des années 90. Mauvais comédiens, mauvaise musique de type Trivago et mauvais maquillage de bobo : me semble que les concepteurs auraient pu se forcer pour pondre du matériel un peu moins banal et un peu plus « viral » (scusez-la).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer