| Commenter Commentaires (2)

Stepettes de vedettes!

Attention, amateurs de jeux télévisés à grand déploiement. Sur invitation... (Photo: Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Photo: Marco Campanozzi, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Attention, amateurs de jeux télévisés à grand déploiement. Sur invitation seulement de Stéphane Rousseau, à TVA, aura un compétiteur de gros calibre dès lundi à 20h, avec l'entrée en ondes de Ce soir tout est permis d'Éric Salvail sur les ondes de V.

Ces deux émissions pétaradantes, tout comme Le choc des générations de Gregory Charles à Radio-Canada, misent sur des vedettes québécoises qui jouent aux mimes ou aux charades devant un public survolté. Ce créneau commence à être bien occupé, mettons. Le quota est atteint.

Mais il n'y a pas de champagne, de chicha à l'hélium ou de chorégraphie imposée à Ce soir tout est permis. La qualité du spectacle repose entièrement sur la générosité et la bonne volonté des six invités, qui n'ont aucun truc à ploguer et qui changeront tous les lundis soirs.

Véronique Cloutier, Laurent Paquin, Alex Perron, Phil Roy, Marie-Soleil Dion et Joël Legendre ont tout donné dans ce premier épisode de Ce soir tout est permis, une adaptation du concept français Vendredi tout est permis, développé pour TF1.

Ça vaut la peine de rester à l'écoute pour le segment final de l'émission, le fameux décor penché, où c'est carrément du délire. Les concurrents, dont Véro, Joël Legendre et Laurent Paquin, improvisent un sketch sur un plateau incliné à 22,5 degrés et ils déconnent joyeusement. On passe d'Aladin au Titanic et même au Banquier en l'espace de quelques secondes. C'est mon moment préféré de l'émission. Du grand burlesque.

Il n'y a rien à gagner à Ce soir tout est permis et personne ne tient le décompte des points. Le but? S'amuser et rigoler avec des épreuves comme l'Alpha Yoga alors que des duos épèlent, en utilisant leurs corps, des mots au plancher. Le remue-méninges, où un candidat se fait brasser physiquement tout en devant répondre à des questions de quiz, donne droit à des scènes hilarantes. Phil Roy et Alex Perron y ont solidement goûté. Qui des deux perdra ses culottes?

Vous verrez que les six joueurs de Ce soir tout est permis ne portent pas d'escarpins ni de complets chics pendant les tournages. C'est une consigne que d'enfiler des vêtements confortables. Car pendant l'heure qui suivra, ils se rouleront par terre, sautilleront partout et recevront des morceaux de pizza par la tête. Joël Legendre déboulera même les escaliers, sans se blesser, heureusement.

La complicité et le plaisir des participants de Ce soir tout est permis sont contagieux.

Par contre, le plateau - magnifique, soit dit en passant - devient souvent cacophonique, notamment pendant l'épreuve des mimes. Ça hurle les réponses, ça triche à qui mieux mieux et le téléspectateur attrape le tournis et se perd. Faudra peut-être doser l'enthousiasme.

Aux commandes, l'animateur Éric Salvail, qui a déjà chauffé l'émission à sketches Dieu merci à TVA, ne se gêne pas pour envoyer quelques bonnes vannes à ses invités, qui répliquent du tac au tac.

La liste des futurs joueurs de l'émission est impressionnante: Marie-Mai, Mélanie Maynard, Mario Tessier, Patrice L'Écuyer, Jean-Michel Anctil, José Gaudet, France D'Amour, François Pérusse, Cathy Gauthier et Édith Cochrane, pour ne nommer que ceux-là.

Une vingtaine de jeux différents reviendront en alternance dans les prochains épisodes de Ce soir tout est permis. Un seul élément ne bougera pas: chacune des émissions se terminera avec le décor penché.

V a logé cette nouveauté - la plus coûteuse de sa jeune histoire - dans la case laissée vacante par la fin d'Allume-moi. La contre-programmation contre les téléromans L'auberge du chien noir et Yamaska a été payante pour Philippe Bond. Elle devrait l'être aussi pour Éric Salvail.

Théories sur Toute la vérité

Quel procès intrigant que celui dirigé par le procureur de la Couronne Sylvain Régimbald (Éric Bruneau) dans Toute la vérité lundi soir. Résumé rapide: le propriétaire d'une pizzéria, venu d'Argentine il y a 16 ans, a été retrouvé enchaîné dans le sous-sol de son commerce, une balle dans la tête et des têtes de poule bouillies autour de lui. Ses deux ravisseurs lui ont aussi fait avaler une bonne douzaine de laxatifs.

Si vous avez accumulé du retard dans cette télésérie judiciaire de TVA, bouchez-vous les yeux immédiatement. Poursuivons. On a tous deviné que l'avocat de la défense, Me Jacques Belhumeur (Marc Messier), est le deuxième suspect dans cette sordide histoire de meurtre. Mais pourquoi? Un lecteur futé suggère que le proprio de la pizzéria pourrait être lié aux ravisseurs qui ont capturé et détenu Me Belhumeur en Amérique du Sud. Si, si, rappelez-vous. Me Cowboy a souvent évoqué sa prise d'otage en Colombie dans ses premières apparitions au palais de justice. Belhumeur a probablement voulu se venger avec l'aide d'un complice (Guy Jodoin).

Nostradumas n'avait pas vu ce scénario dans sa boule de plasma, mais trouve l'hypothèse fort plausible. Il ne reste que deux épisodes de Toute la vérité avant la grande finale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer