Un écran reste un écran

Dans la série Extant, une astronaute (Halle Berry)... (Photo: fournie par CBS)

Agrandir

Dans la série Extant, une astronaute (Halle Berry) revient enceinte d'une longue mission spatiale en solitaire.

Photo: fournie par CBS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au Québec, en raison de la petitesse du marché, nos stars font la navette entre le petit écran et le grand écran sans aucun problème. Julie Le Breton et Guylaine Tremblay, vedettes de la comédie dramatique Le vrai du faux qui sort aujourd'hui, jouent aussi respectivement dans Toute la vérité à TVA et Unité 9 à Radio-Canada.

Les deux têtes d'affiche de ce nouveau film d'Émile Gaudreault, Stéphane Rousseau et Mathieu Quesnel, mènent aussi des carrières à la télévision: Stéphane Rousseau chauffera Sur invitation seulement à TVA, l'automne prochain, tandis que Mathieu Quesnel poursuivra son parcours comique à SNL Québec sur les ondes de Télé-Québec.

Comme les acteurs, nos cinéastes se baladent aussi facilement d'un écran à l'autre. Pensons à Francis Leclerc (Apparences, Les beaux malaises), Rafaël Ouellet (Nouvelle adresse) ou Podz (19-2).

À Hollywood, le showbiz obéit à des règles beaucoup plus rigides. La télé, c'est pour les acteurs en début de carrière. On y fait ses classes comme Bruce Willis (Clair de lune) ou Jennifer Aniston (Friends), avant de passer aux ligues majeures du cinéma. Une fois qu'un comédien s'est affranchi du petit écran, ciao, les pauvres: on n'y retourne que par pure nécessité alimentaire. Et encore.

Les Tom Cruise, Nicole Kidman, Brad Pitt, Cameron Diaz et Tom Hanks ont tellement engrangé de millions au fil des ans que même si certains de leurs films se plantent au box-office, ils n'auront pas besoin du cachet d'une série télé pour payer l'hypothèque.

Mais les mentalités évoluent. Sur CBS hier soir (21h), l'actrice Halle Berry, saluée pour sa prestation dans Le bal du monstre en 2001, est devenue l'une des rares gagnantes d'un Oscar à s'attacher à un projet télévisuel d'envergure, soit la série de science-fiction Extant produite par Steven Spielberg. Avant le deuxième âge d'or de la télévision amorcé avec Les Soprano en 1999, le choix de carrière de Halle Berry aurait été suicidaire.

Plus aujourd'hui. Depuis une quinzaine d'années, la télévision américaine offre des produits de qualité supérieure - souvent meilleurs que 95% des films usinés à Los Angeles - et attire de plus en plus de grands noms du cinéma, dont Glenn Close (Damages), Kevin Spacey (House of Cards), Vera Farmiga (Motel Bates) et Matthew McConaughey (True Detective).

Dans Extant, Halle Berry campe une astronaute qui revient sur Terre après une mission de 13 mois dans l'espace en solitaire. Attention, elle ne rentre pas seule. Elle est, surprise! enceinte. On pense ici à un croisement entre Le bébé de Rosemary de Roman Polanski et Alien de Ridley Scott.

Les critiques d'Extant ont été tièdes. Peu importe. La prolifération des téléséries captivantes comme Homeland ou Orange Is the New Black finira bien par convaincre les Tom, Julia et Nicole de se réfugier sur le câble ou chez Netflix. On va se le dire entre nous: les derniers gros projets cinématographiques de Tom, Julia et Nicole (Larry Crowne, Nine) n'ont pas cassé la baraque. On les accueillera à bras ouverts sur un petit écran près de chez nous.

Du mouvement chez V

La vice-présidente exécutive et chef de l'exploitation de V, Natalie Larivière, ne travaille plus à la chaîne depuis lundi, ai-je appris. Que s'est-il donc passé? Mystère. Officiellement, la direction de V affirme que Natalie Larivière a manifesté «le désir de relever de nouveaux défis professionnels». Une phrase classique de relations publiques.

Pour l'instant, personne ne remplace Natalie Larivière dans ses fonctions. Le grand patron Maxime Rémillard assurera l'intérim. Présidente de TC Média pendant six ans, Natalie Larivière aura passé deux ans chez V. Elle a aussi été présidente et chef de la direction du Groupe Archambault de Québecor Média de 2000 à 2006.

Les chefs! grésillent

Bon départ pour la cinquième édition de la téléréalité Les chefs! à Radio-Canada, qui a réuni 885 000 téléspectateurs devant leur téléviseur lundi soir. Les 12 anciens cuistots des éditions précédentes ont tout de même été battus aux audimètres de Numeris (on ne dit plus BBM, l'entreprise a changé de nom) par le gala Juste pour rire en hommage à Jean-Marc Parent à TVA (1 068 000). L'an dernier, la première tranche des Chefs! avait intéressé 803 000 gourmands.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer