Le ballon dans les talons

Des partisans regardent un match de championnat brésilien... (Photo: Reuters)

Agrandir

Des partisans regardent un match de championnat brésilien au stade Maracana de Rio de Janeiro où seront disputés sept matchs et la finale de la Coupe du monde de soccer.

Photo: Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ç'aurait dû être un lancement de programmation festif, à deux semaines du début de la Coupe du monde de soccer, cette superfête planétaire du ballon rond. Soixante-quatre parties diffusées en direct sur Radio-Canada et TVA Sports! Des stars du foot dans vos salons! Des concerts de klaxons dans les rues embouteillées de Montréal! Buuuuuuut!

Ce fut un évènement de presse à tendance bipolaire. D'un côté de la grande salle de réunion, les gens de la SRC, dont le service des sports a été quasi anéanti lors de la dernière ronde de compressions, avaient le moral dans les crampons. Et ça se comprend: 55 employés sur les 76 du module sportif perdront leur emploi d'ici la fin de l'été. Mettons que ça ne donne pas le goût de courir sur le grand terrain, poing levé vers le ciel, tel un Lionel Messi triomphant.

«Oui, il y a un sentiment de peine et d'incertitude. Nous devons déployer notre force avec une équipe réduite», m'a confié hier midi le patron des sports de la SRC, François Messier, un ancien de RDS.

Pour les lecteurs anxieux qui se demandent de quelle façon «leurs taxes» seront investies dans la couverture de cette compétition internationale, sachez que seulement huit personnes - pour la SRC et la CBC - se rendront au Brésil, dont les journalistes Guy D'Aoust et Robert Frosi. Huit personnes pour les réseaux français et anglais, pas une de plus.

Dans l'autre camp, l'équipe de TVA Sports avait l'air d'avoir déjà gagné le tournoi. Et ça se comprend: la chaîne spécialisée de Québecor multiplie actuellement les embauches, arrache des personnalités médiatiques à ses concurrents et concocte le débarquement du Canadien de Montréal sur ses ondes à l'automne.

D'ailleurs, la campagne de marketing de l'arrivée du CH se déploiera massivement à partir du 1er juillet, période charnière où les gens qui déménagent réajustent leurs forfaits de télévision. Rappel, ici: pour la saison 2014-2015, RDS conserve les parties des Glorieux disputées en semaine, tandis que TVA Sports hérite des duels du samedi en plus de toutes les séries éliminatoires.

Selon mes espions, TVA Sports échafaude une soirée du hockey à l'américaine, à l'image de ce que fabriquent les Américains pour la NFL. Comprendre: ça va pétarader dans les chaumières. TVA Sports 2 naîtra aussi quelque part à la rentrée.

Botté d'envoi

Mais revenons au soccer. Comme pour les Jeux olympiques de Sotchi, Radio-Canada et TVA Sports ont noué un partenariat qui assurera la retransmission de 46 matchs en direct à la SRC et 18 autres à l'antenne de la jeune station de Québecor. En contrepartie, TVA Sports rediffusera les 46 affrontements produits par Radio-Canada.

Le botté d'envoi aura lieu le jeudi 12 juin, alors que le Brésil affrontera la Croatie, tandis que la grande finale rivera des millions de fans à leur téléviseur le dimanche 13 juillet. «Comme diffuseur, je nous souhaite que l'Italie et la France passent le premier tour», souligne François Messier de Radio-Canada.

Il est vrai que les partisans français et italiens pullulent dans la grande région de Montréal, où de nombreuses communautés culturelles se rassemblent pendant la Coupe du monde pour célébrer (bruyamment) les victoires de leurs troupes. À l'extérieur du 514 et du 450 rapproché, la fièvre de la FIFA se vit-elle avec autant de passion?

«Le soccer est très populaire partout au Québec. Ça dépasse Montréal», note le vice-président de TVA Nouvelles et TVA Sports, Serge Fortin.

Marie-José Turcotte, qui pilotera tous les avant-matchs à Radio-Canada, est de cet avis. «Le soccer s'est développé en région. Au Québec, il y a plus de jeunes qui jouent au soccer qu'au hockey. La Coupe du monde, c'est comme le hockey aux Jeux olympiques, ce sont les meilleurs, avec des techniques et des styles très différents. C'est très beau. C'est de la poésie», remarque la chef d'antenne de la SRC, qui prédit une victoire de l'Argentine.

René Pothier et Philippe Germain forment la première équipe de description de Radio-Canada. La deuxième réunit Michel Chabot et Rudy Doliscat. TVA Sports mise sur Frédéric Lord et Olivier Brett. François Bugingo et Joseph Facal, un mordu de foot, commenteront.

La fin d'une époque

Cette Coupe du monde, disputée dans 12 stades éparpillés partout au Brésil, marquera la fin du secteur des sports de Radio-Canada tel qu'on le connaît aujourd'hui. Deux ententes majeures liant la SRC à des marques sportives expireront bientôt, soit la coupe Rogers au tennis (en 2015) et le football universitaire (en novembre).

Radio-Canada évalue ses «options de renouvellement». Qui, pensez-vous, attend sur le banc de touche avec impatience? Bingo, c'est TVA Sports. «Nous sommes ouverts à toutes les propriétés sportives», rappelle Serge Fortin de TVA.

Oui, le jeu est physique et ça brasse dans la surface de réparation. Mais pas assez pour décerner un carton jaune.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer