Fièvre du samedi soir, prise deux

En direct de Montréal, c'est samedi soir! La deuxième offrande de SNL Québec,... (Photo: Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Photo: Marco Campanozzi, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En direct de Montréal, c'est samedi soir! La deuxième offrande de SNL Québec, pilotée par Stéphane Rousseau, prend secrètement forme dans les locaux de Télé-Québec.

Ce qui attend les mordus de cette émission culte ce samedi à 21h? Dix nouveaux sketches joués sans filet par la troupe maison, trois capsules préenregistrées, deux chansons des Trois Accords et le maître de cérémonie Stéphane Rousseau, qui ressortira un de ses vieux personnages féminins peu connus. Lequel? Impossible de faire cracher le morceau au populaire humoriste. Une chose est claire, il ne s'agit pas de Madame Jigger.

Autre changement: l'humoriste vétéran Yvon Deschamps n'officiera plus en tant que voix officielle du Saturday Night Live québécois. Son poste a été confié à une autre personnalité connue, que nous découvrirons samedi soir.

Le segment Les nouvelles SNL, dirigé par Mathieu Quesnel, a aussi été revu et corrigé. «On l'avait un peu laissé seul avec lui-même. On n'avait pas assez répété son numéro. Nous avons entièrement confiance en notre Mathieu, et les gens vont l'adopter», souligne la productrice au contenu et chef auteure de SNL Québec, Josée Fortier.

Les personnages comme Paidge Beaulieu (création de la comédienne Katherine Levac) ou la critique de théâtre d'Outremont (Virginie Fortin), vus dans Les nouvelles SNL, reviendront un jour, mais pas nécessairement à la deuxième émission. Ce qui donne un bon indice que Télé-Québec souhaite prolonger la vie de SNL Québec cet automne, même si aucune confirmation officielle n'a été donnée. La fréquence pourrait être d'une fois par mois.

Dans une émission comme SNL, la récurrence des personnages est quelque chose que le public adore», note Josée Fortier.

Avec un peu de décalage, Stéphane Rousseau a visionné la première émission chauffée le 8 février par son bon ami Louis-José Houde. «J'ai adoré. J'étais trop content, trop excité, je les ai trouvés fabuleux. Le ton de SNL est vraiment respecté, c'est confondant», dit Stéphane Rousseau.

Et dites-vous qu'une seule émission de Saturday Night Live à NBC coûte environ 3 millions de dollars. Au Québec, les coûts de production pour un épisode ne dépassent pas les 300 000$.

La voix express

Éric Lapointe regrettera-t-il d'avoir sacrifié la timide et talentueuse Shiraz Adham dimanche soir? Pas si certain que ça. Ignorant les recommandations de ses collègues entraîneurs et de son mentor Dan Bigras, Éric Lapointe a jeté son dévolu sur Rita Tabbakh, tête d'affiche de la comédie musicale Shérazade. Même Rita a paru surprise du choix, tellement Shiraz semblait, de l'avis de tous, avoir triomphé au «chant de bataille» avec son Sang pour sang de Johnny Hallyday.

Shiraz Adham, pianiste accomplie, a du Coeur de pirate dans la voix. En même temps, elle paraît toujours pétrifiée, sans aucune émotion, devant les caméras. Il faut dire que Shiraz est très jeune (elle termine présentement sa quatrième secondaire). Donnons-lui le temps de se bâtir une confiance et, dans quelques années, elle brillera de tous ses feux sur une scène.

En comparaison, Éléonore Lagacé, pas beaucoup plus vieille que Shiraz, possède déjà l'assurance et l'aplomb des stars de la chanson. C'est impressionnant.

Coup de coeur de la soirée? L'interprétation jazzée de The Man I Love par Véronique Gilbert, la rockeuse au timbre de Térez Montcalm. Super belle relecture.

La déception? Yoan, dans le numéro collectif Fais-moi une place, monté par Isabelle Boulay. Quand il sort de sa zone de confort country, Yoan en arrache dans les pièces plus commerciales. À peaufiner. BBM a évalué à 2 256 000 amateurs le public de La voix dimanche soir, contre 1 154 000 ayant opté pour Tout le monde en parle.

Lance et compte, la fin

Les Guy Lambert et Francis Gagnon, de même que leurs célèbres papas, raccrocheront leurs patins. Pour de bon. La prochaine saison de Lance et compte, dont le tournage s'effectuera ce printemps, mettra un point final à la saga sportive créée par Réjean Tremblay au milieu des années 80. La série comptera dix épisodes d'une heure, tous réalisés par Frédérik D'Amours, qui était posté derrière la caméra pour Lance et compte 8 et le film Lance et compte. TVA poussera cette oeuvre sur la patinoire en 2015.

Ce neuvième et ultime chapitre racontera, entre autres, la grossesse de Suzie Lambert (Marina Orsini), qui a finalement réussi à tomber enceinte - de Marc Gagnon (Marc Messier) - après une série de tentatives infructueuses. Marc Gagnon et Pierre Lambert (Carl Marotte) chemineront vers la réconciliation, notamment en raison d'une épreuve qui secouera leurs familles. «Ce sera un gros drame», prévient Réjean Tremblay.

Le capitaine du Canadien, Roma Gauthier (Sébastien Delorme), s'alignera dorénavant avec le National, où Jacques Mercier officiera maintenant comme directeur général. Dernier truc: comme Bianca Gervais accouchera pendant le tournage, elle ne reprendra pas son rôle de la journaliste baveuse Ilsa Trépanier. «Il faut retourner en casting pour trouver une autre Ilsa», constate Réjean Tremblay.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer