Enfin, un nouveau Scandal

La série Scandal, créée par ABC, met en... (Photo: fournie par ABC)

Agrandir

La série Scandal, créée par ABC, met en vedette Kerry Washington (au premier plan) qui incarne Olivia Pope, une spécialiste des relations publiques extrêmes à Washington.

Photo: fournie par ABC

Cela fera bientôt deux interminables mois que nous, les fans finis du feuilleton Scandal du réseau ABC, n'avons pas eu de nouvelles de notre papesse de la gestion de crise, Olivia Pope, et de ses valeureux gladiateurs. La troisième saison ne reprendra que le 27 février et, bien franchement, c'est long longtemps.

Si vous ne connaissez pas encore Scandal, voici votre chance d'embarquer dans ce train télévisuel qui vous transportera dans les recoins les plus sombres et les plus palpitants de Washington. La chaîne spécialisée Séries+ entame ce soir à 20h la diffusion de Scandale à partir du tout premier épisode.

C'est le genre d'émission dont les détails vous obséderont: les chics manteaux couleur crème de l'héroïne, la consommation excessive de vin rouge et de café des protagonistes, les habits impeccables de Harrison, les clics d'appareils photo, tout ça est hypnotisant.

Scandale incorpore habilement des intrigues politiques extra salées à la Maison-Blanche, des histoires d'espionnage abracadabrantes au sein de la CIA et de croustillants jeux de coulisses médiatiques. Plus les saisons avancent, plus cette télésérie prend des allures de Homeland en nous abandonnant tous les jeudis soirs sur un punch incroyable.

Mais ne brûlons pas d'intrigues pour les non-initiés. Véritable phénomène de culture populaire aux États-Unis, Scandal tourne autour d'Olivia Pope (Kerry Washington), qui dirige une firme très particulière dont la mission est de sortir du pétrin des clients vraiment mal pris. Une sorte de Mirador, mais en version extrême. Car, dans le cabinet d'Olivia Pope, il y a des avocats, un ancien agent du renseignement et une détective qui transgressent allègrement les lois pour obtenir leurs précieux renseignements.

Les associés mercenaires d'Olivia Pope, qu'elle surnomme ses gladiateurs, lui vouent une fidélité indéfectible. Ils forment une sorte de famille dysfonctionnelle assoiffée de justice. Ces gladiateurs des temps modernes travaillent tellement qu'ils ont à peine le temps d'avoir une vie personnelle, à part la tranchante Olivia, qui a été l'amante du président des États-Unis. Mais ça, ce n'est qu'un des 175 détails juteux de l'histoire.

Intrigants indices

Quelques hypothèses sur Mémoires vives, voulez-vous? Dans l'épisode diffusé mardi soir, Francine (Véronique Le Flaguais) a commis un lapsus très révélateur en parlant de «ses enfants» et non de «son enfant» Nicolas (Patrick Drolet). Ce n'est pas un détail anodin, car l'auteure Chantal Cadieux sème toujours ses indices avec précaution.

Devrait-on comprendre que Francine pourrait être la mère d'un autre personnage dans le téléroman? Sinon, comment peut-elle être certaine que Laurie, qu'elle jure avoir vue au Pérou, est toujours vivante? Mystère.

Autre information croustillante qui a filtré mardi: Antoine (Albert Millaire) a parlé à Christian (Frédérick De Grandpré) d'un bar de danseuses à Saint-Hilaire. Un instant, ici. Serait-ce dans cet établissement que Samantha (Maude Guérin) aurait dévoilé ses charmes dans le passé? Et c'est sûrement dans ce cabaret que Samantha et la très perdue Johanne (Sophie Bourgeois) se sont croisées.

Le personnage amnésique de Johanne, qui flotte présentement dans l'intrigue, ne s'accroche pas chez Samantha pour rien. Cette Johanne jouera un rôle-clé dans le rapiéçage de ce passé tordu, je le sens. C'est louche, également, que Christian soit aussi dévoué, disponible, affable, calme et parfait. Lui aussi cache un secret très noir, ça se sent de Havre-Saint-Pierre jusqu'à Montréal.

Le dernier épisode de Mémoires vives a attiré 860 000 curieux à Radio-Canada, en légère avance par rapport au téléroman rival O' de TVA (816 000). Unité 9 a fait le bonheur de 1 645 000 téléspectateurs, contre 827 000 qui ont préféré Destinées.

Party chez Stéphane!

Aimeriez-vous aller dans un party privé donné par Stéphane Rousseau? C'est ce que proposera Sur invitation seulement, une série de 10 émissions d'une heure que le populaire humoriste présentera cet automne sur les ondes de TVA.

Concept? Toutes les semaines, Stéphane Rousseau accueillera dans une vraie maison deux duos d'amis du showbiz qui se connaissent bien, question d'installer une ambiance décontractée. Ces amis viendront faire la fête avec leur entourage et il y aura un band dans la résidence cossue, de même que de l'alcool.

Pendant l'émission, les invités s'affronteront dans divers jeux, subiront des conséquences, décrocheront des privilèges, répondront à des questions irrévérencieuses, bref TVA souhaite que la fête lève chez l'hôte. Les invités s'y rendront toujours en taxi et les tournages ne démarreront jamais avant 21h afin de recréer le vrai feeling d'une soirée festive.

V a aussi annoncé l'ajout d'une nouvelle émission à sa grille d'hiver: Les champions du web, qui réunira les meilleures vidéos virales de la semaine. Un peu dans l'esprit de ce qui se fabrique déjà à Vlog chez TVA ou à Buzz à MusiquePlus.

C'est l'humoriste Billy Tellier qui pilotera et commentera Les champions du web, une (autre) adaptation d'un concept étranger, Heroes of the Internet, provenant de la même usine que Les détestables. La première des Champions du web est prévue le lundi 24 février à 19h30.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer