| Commenter Commentaires (5)

En audition secrète à Radio-Canada

La sélection d'Élyse Marquis a été complexe et... (Photo: fournie par Radio-Canada)

Agrandir

La sélection d'Élyse Marquis a été complexe et ultra-secrète, quasiment digne d'un film d'espionnage.

Photo: fournie par Radio-Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vous pensez que le choix d'Élyse Marquis pour coanimer Les chefs! avec Daniel Vézina s'est fait rapidement, entre deux enregistrements d'Alors on jase!? Pas du tout. Ce processus de sélection a été complexe et ultra-secret, quasiment digne d'un film d'espionnage.

C'est du moins ce que m'ont confié plusieurs sources anonymes dans le dernier mois. Pour s'assurer qu'aucune information ne filtre dans les journaux, même le détail le plus insignifiant, Radio-Canada a exigé que tous les techniciens travaillant sur ces auditions signent des ententes de confidentialité. Comme si quelqu'un allait y révéler le quatrième secret de Fatima ou celui de la Caramilk. C'est un peu intense.

Plusieurs candidates - car la SRC désirait une femme aux côtés de Daniel Vézina - ont été convoquées pour des bouts d'essai, dont Mélanie Maynard, Anne-Marie Withenshaw, Marie-Soleil Michon, Geneviève Brouillette, Élyse Marquis, Rebecca Makonnen et la comédienne Julie du Page. Normalement, cette étape se déroule plutôt rapidement. Mais pas cette fois-ci, nous dit-on.

Les aspirantes au poste ont pratiquement toutes fait un démo avec narration et animation, qui a ensuite été fignolé en salle de montage. «C'était épique et tout ça a dû coûter très cher», nous souffle un espion bien connecté dans la grande tour.

Absolument pas, réplique Radio-Canada. «Les auditions se sont tenues sur deux demi-journées avec une dizaine de personnes, toutes des femmes. Et tout processus d'audition est tenu à la discrétion absolue par respect pour les personnes qui auditionnent», précise le porte-parole de Radio-Canada, Marc Pichette.

On s'entend: la téléréalité Les chefs! est un beau succès pour Radio-Canada et cette émission est très bien faite. Mais tous ces sparages pour un poste de coanimatrice d'un show bien établi, qui frôle le million de téléspectateurs depuis trois étés déjà? Cela me semble exagéré.

Imaginez maintenant comment les patronnes de la SRC réagiraient s'il fallait remplacer Guy A. Lepage à Tout le monde en parle ou Véronique Cloutier aux Enfants de la télé? Cette opération serait sans doute plus compliquée que la succession du pape Benoît XVI.

Cela dit, le choix d'Élyse Marquis, au-delà de ses talents de communicatrice, semble s'inscrire dans une stratégie de promotion qui a fait ses preuves. Les téléspectateurs radio-canadiens verront Élyse Marquis aux Chefs! tout l'été, tandis que Joël Legendre sera à la barre d'une version estivale (et quotidienne) du jeu Paquet voleur qui s'appellera tout simplement Paquet voleur express. Première diffusion: le lundi 22 avril.

La suite est aussi prévisible qu'un soap de fin d'après-midi. La SRC espère que la grande visibilité estivale accordée au tandem Marquis-Legendre se traduira par une augmentation des cotes d'écoute de leur magazine matinal Alors on jase!, qui a été renouvelé pour une deuxième année.

C'est une tendance que l'on observe sur tous les réseaux, ces temps-ci: un petit groupe d'animateurs très populaires, comme France Beaudoin, Julie Snyder, Joël Legendre, Patrice L'Ecuyer ou Véronique Cloutier, se retrouvent à piloter plusieurs émissions. Comme ils sont très bons, les chaînes leur font confiance. Et la notoriété de ces super animateurs augmente. Et les réseaux leur font encore plus confiance. Et leur notoriété augmente encore plus. Vous devinez la suite.

Vengeance à Radio-Canada

Après avoir vu les autopromotions à Radio-Canada, vous avez été plusieurs à poser la question suivante: est-ce que ça vaut la peine de regarder Vengeance (la version française de Revenge), qui décolle à Radio-Canada le mardi 2 avril, à 20 h?

La réponse: oui. Pour la première saison, du moins. Cette série américaine, librement inspirée du Comte de Monte-Cristo d'Alexandre Dumas, est construite comme un gros feuilleton à rebondissements. On y suit la très déterminée Emily Thorne (Emily VanCamp), qui s'infiltre dans la haute bourgeoisie des Hamptons afin de venger son père, victime d'un vaste complot mortel.

Si vous aimez les trahisons, les riches qui boivent du scotch à trois heures de l'après-midi et les meurtres dans la haute société, vous raffolerez de Vengeance. J'ai dévoré la première saison. Par contre, la deuxième année, qui a débuté sur ABC cet automne, est moins captivante.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer