Le V de la victoire des Rémillard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Hugo Dumas
La Presse

Oubliez TQS et son Mouton noir souffreteux: une seule lettre, un gros V jaune banane, définira maintenant l'ex-station moribonde rachetée l'an dernier par les frères Maxime et Julien Rémillard de Remstar. Vous syntoniserez dorénavant V.

L'animatrice Valérie Simard avec l'ex-chef de l'ADQ Mario... (Photo: André Pichette, La Presse) - image 1.0

Agrandir

L'animatrice Valérie Simard avec l'ex-chef de l'ADQ Mario Dumont, qui pilotera sur V une émission d'affaires publiques baptisée Dumont 360.

Photo: André Pichette, La Presse

V pour vedettes, vitesse, victoire, voyage, violence, vacarme, vif, verve, velours, volage, vice ou vérité, a énuméré Maxime Rémillard devant toutes les vedettes du réseau, qui ont trinqué hier soir au chic Centre des Sciences, dans le Vieux-Port de Montréal, à la renaissance de cette bête télévisuelle agonisante.

Le nouveau slogan de V? Laissez-vous divertir. Sachez, chers amis téléphiles, qu'il faut dire «ne manquez pas Wipeout ce soir sur V» et non «ne ratez pas Le mur ce soir à V». La dernière formule «à V» a été torpillée, car elle évoquait trop le Ave Cesar ou le Ave Maria, selon nos infos. Autre leçon de prononciation: «Notre nouvelle voix s'appelle V. Pas VTV, ni Canal-V, mais tout simplement V», a noté Maxime Rémillard. C'est noté. Pour le site Web, pianotez le www.vtele.ca.

Et que les fans de la minisérie V des années 80 se rassurent: personne n'a croqué de tête de perruche au lancement hier. Du moins, pas en public.

Évidemment, l'appellation V a déclenché une cascade de jeux de mots plus ou moins réussis, le plus commun étant V pour Vanasse, comme dans Karine Vanasse, la copine de Maxime Rémillard qui a discrètement assisté aux festivités d'hier. Vous pouvez facilement imaginer les autres calembours. V comme dans...

Bien franchement, la nouvelle signature visuelle de V épate et écrase celle plus vulgaire et criarde de l'ancien Mouton noir. V, c'est très dynamique, très hip, très léché. Vous verrez le joli logo partout en ondes à partir du lundi 31 août. Vous remarquerez également que dans les vidéos promotionnelles, tous les animateurs forment le fameux V de la victoire - ou de la paix - avec l'index et le majeur. Classique.

«V, c'est plus jeune, c'est audacieux. C'est une autre philosophie. C'est une gang. C'est un vecteur de contenus», a soutenu le directeur général de la programmation de V, Robert Montour.

Le jaune pétant domine l'imagerie de V, qui a été façonnée par l'agence de publicité montréalaise BBDO-Nolin. Le V apparaît toujours dans un cercle blanc, jaune ou noir, les trois couleurs dominantes de la chaîne. «C'est sexy, avec un petit edge», a noté le président de BBDO-Nolin, Alain Gignac.

Ce oumpf, il s'agit des petites cornes qui pointent sur les branches du V, évoquant le petit démon qui sommeille en nous et qui s'adonne à plusieurs vices (cachés) télévisuels.

Pour la première fois depuis des lunes, on a senti hier soir un enthousiasme sincère et une fébrilité non feinte chez les artisans de V, fiers du «rebranding» de la station. Rien à voir avec la morosité paralysante et la déprime générale qui planaient il y a à peine un an. «Ça sent bon. C'est excitant. TQS est enterré et on n'enverra pas de fleurs aux funérailles», a lancé l'animateur du Mur, Benoît Gagnon.

Enthousiasme partagé par Pierre-Yves Lord, ex-timonier de Loft Story 6 et nouveau capitaine de Distraction, un quiz complètement flyé dont les enregistrements débuteront sous peu: «Au dévoilement du logo, j'ai senti un wow sincère de la part des gens. C'est très fresh», a-t-il souligné.

Croisé sur le tapis jaune de V - quel concept! -, le fondateur de Télévision Quatre Saisons, Guy Fournier, ne ressentait aucune nostalgie à voir disparaître sa créature. «Un nouveau nom finit toujours par s'imposer. C'était important de changer totalement d'image»,a-t-il dit.

Maintenant, est-ce que les téléspectateurs adopteront V? Probablement. Après quelques grilles concoctées sur le coin de la table du casse-croûte de 2 laits, 1 sucre, une thématique claire et bien définie englobe enfin la programmation de V: les plaisirs coupables et le divertissement. Vous aimez, vous détestez, peu importe, le fouillis n'embrouillera plus les ondes.

Les émissions empoussiérées qui ne cadraient plus dans la nouvelle philosophie d'antenne, telles Les quilles ou Y'a plein de soleil, ont été sacrifiées et remplacées par des sitcoms (Roxy, Bienvenue aux dames), des jeux (Wipeout, Le mur, Distraction, Taxi payant, La Verre des vlans, euh, La guerre des clans) et une émission d'affaires publiques pilotée par Mario Dumont (Dumont 360).

En point de presse après son allocution, Maxime Rémillard, visiblement nerveux et mal à l'aise, a refusé de commenter les autopromotions de Dumont 360, qui ont été ridiculisées sur le web. Il a également esquivé toutes les questions à propos de Call-TV, la télé-tirelire hyper controversée qui a hameçonné de nombreux téléspectateurs québécois.

À propos de La maison de Jacques Villeneuve, la designer et animatrice Marie-Christine Lavoie a indiqué que les tournages ont démarré à la fin du mois de juin après la séparation entre le pilote et son ex-femme Johanna Martinez. Aucune querelle ou chicane n'a donc été captée par les caméras et Johanna n'apparaîtra dans aucun des épisodes.

Le vrai test de V débutera cependant en septembre, avec l'entrée en ondes graduelle des 20 nouveautés mitonnées par la chaîne. C'est à ce moment que l'on pourra affirmer avec certitude si V signifie vraiment va-va-voom, ou simplement vacuité vachement vaseuse.

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer