Maxim Lapierre: plus à l'aise sur la glace qu'à la télé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Fonçons droit au filet: Maxim Lapierre, le numéro 40 du Canadien de Montréal, ne crève pas le petit écran. La plupart du temps, quand il ouvre la bouche dans sa nouvelle émission à TQS, Mad Max sort un truc du genre: «Le dernier vin rouge que j'ai bu, c'est une Coors Light.»

Ou cette perle que le joueur de centre sort dans une discussion portant sur les magazines de déco: «J'ai recommencé à lire, ça faisait longtemps.» Un point pour l'autodérision, par contre.

Mettons que l'attaquant des Glorieux, très sympathique à la caméra, manie mieux la rondelle que les mots. Mais, bon. Le métier de Lapy - c'est son surnom - consiste à pousser le disque dans le but. Pas d'animer à la télé. Et même si l'émission porte le nom du hockeyeur - La maison de Maxim Lapierre -, la vraie star de la série s'appelle Marie-Christine Lavoie, designer d'intérieur et conjointe du défenseur Mathieu Dandenault.

C'est à elle que Maxim Lapierre a confié l'aménagement du McManoir champêtre de 4000 pieds carrés qu'il a acheté à Brossard, près du nouveau centre d'entraînement du Tricolore. À mi-chemin entre la téléréalité et l'émission de décoration haut de gamme, vous pourrez suivre l'évolution des travaux dans La maison de Maxim Lapierre tous les mercredis à 19 h 30 au Mouton noir. Début: 15 avril.

Nous avons visionné hier le premier et le quatrième épisodes de la série de 13, dont le joli emballage visuel rappelle celui de La galère. Concept: Maxime trouve sa baraque trop pépère, trop «familiale» et demande à Marie-Christine Lavoie, aidée par Hanna Koivu (l'épouse du capitaine Saku), de la remodeler pour convenir à son mode de vie de célibataire de 24 ans. «Pour avoir du fun avec mes chums», glisse le joueur de hockey originaire de Saint-Léonard.

Il exige donc a) un lounge avec table de billard dans son salon, b) un cinéma maison dans le sous-sol, c) une chambre toute blanche comme à l'hôtel et d) un mur de brique près du foyer. Les rénos, dont la valeur n'a pas été divulguée, ont été effectuées en deux mois et demi.

Le plus intéressant se produit quand la caméra fouine dans les maisons des joueurs et capte des conversations spontanées entre les femmes des hockeyeurs. Dans le premier épisode, vous verrez l'immense demeure de Steve Bégin (depuis échangé aux Stars de Dallas) de style zen contemporain.

Dans le quatrième épisode, Marie-Christine Lavoie emmène Maxim Lapierre chez Jacques et Johanna Villeneuve, deux autres de ses célèbres clients. Attendez de voir l'opulence et le luxe des lieux. La F1, c'est payant. La restauration aussi, faut croire.

À l'animation, Marie-Christine Lavoie, dont c'est le premier contrat à la télévision, se débrouille plutôt bien. Charmante et naturelle, elle distille trucs et conseils avec clarté, sans flafla. Un détail me chicote toutefois: avec La maison de Maxim Lapierre, TQS vise clairement les femmes, qu'elles s'intéressent ou non à la LNH. Le nouveau Mouton noir ne devait-il pas accrocher les hommes de 18 à 34 ans?

Un choix contesté à Star Ac

Du calme, les amis. Carolanne D'Astous-Paquet championne féminine de Star Académie, c'est vous qui l'avez couronnée dimanche soir à l'issue d'un vote populaire. Alors, quand vous écrivez, comme cette lectrice perplexe: «Pensez-vous que c'est lui rendre service que de la propulser en finale», il n'y a rien à répondre. Une fan outrée a même grondé: «Carolanne était la moins bonne de presque toutes les filles de cette édition de Star Académie

Peut-être. Moi, j'appuyais Brigitte, qui a été constante et épatante semaine après semaine à Sainte-Adèle. Mais le peuple a parlé. Star Académie, c'est autant un concours de popularité qu'une compétition de chant. Reste à voir si la vague pro-Carolanne emportera le finaliste masculin, Maxime Landry. Mon argent va cependant sur le Beauceron.

La popularité de la téléréalité de TVA ne s'essouffle pas: 2 606 000 fidèles ont vu l'avant-dernier gala de dimanche. Tout de suite après, 1 228 000 téléspectateurs ont vu l'émission spéciale sur la finale d'Annie et ses hommes.

À Radio-Canada, Tout le monde en parle, de retour après la pause des Jutra, a rassemblé 1 054 000 mordus devant leur poste. À TQS, le talk-show de Loft Story 6 a rallié 726 000 fans entre 18 h 30 et 19 h 30. De retour à la SRC, les cotes d'écoute d'Et dieu créa Laflaque ont atteint 641 000 personnes.

Samedi soir, la partie entre le Canadien et les Maple Leafs sur RDS a rivé 1 007 000 amateurs à leur petit écran. C'était le cinquième match des Glorieux à franchir la barre du million cette saison.

 




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer