| Commenter Commentaires (27)

Un chaperon expérimenté pour Price

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Gagnon
La Presse

Marc Bergevin et les membres de l'état-major du Canadien ont pris leur temps avant de couper les ponts avec Pierre Groulx, qui chaperonnait Carey Price depuis quatre ans. Ils en prendront davantage pour le remplacer par le meilleur candidat disponible.

S'il refuse de spéculer sur la longueur de la liste de candidats au poste d'entraîneur des gardiens et plus encore sur leur identité, Marc Bergevin assure que l'homme idéal aura un bon bagage d'expérience.

«Je suis ouvert à toutes les candidatures et je ne fermerai pas automatiquement la porte à un coach qui n'afficherait pas l'expérience que je recherche. Mais il aura une grosse job de persuasion à faire», m'a assuré le DG du Tricolore, mercredi.

En plus d'être expérimenté, ou très convaincant, le nouvel entraîneur devra accepter de peaufiner le style actuel de Price, et non de repartir à zéro.

«Quand on regarde ce que Carey a accompli depuis son entrée dans la LNH, il est clair que la base est bonne. Selon moi, elle n'a qu'à être solidifiée pour l'aider à reprendre sa progression. J'ai joué assez longtemps dans la ligue pour réaliser que tous les joueurs peuvent s'améliorer quand on leur offre les ajustements nécessaires. Je profiterai du processus de sélection pour en discuter avec tous les candidats.»

Riendeau, Marcoux, Waite?

Parce qu'il ne cachait pas le successeur de Groulx dans un coin noir du vestiaire, Bergevin amorce à peine sa quête du candidat idéal.

Embauché en début de semaine par Patrick Roy et l'Avalanche du Colorado, François Allaire n'est plus disponible. Parce qu'il a fait de Roy l'un des meilleurs gardiens de l'histoire de la LNH, sa seule réputation donnait beaucoup d'envergure à sa candidature.

Il est toutefois permis de croire que le candidat idéal ne s'appelle pas Allaire, mais Waite. Waite comme dans Jimmy qui a connu une carrière de 106 matchs dans la LNH avec les Blackhawks de Chicago, les Sharks de San Jose et les Coyotes de Phoenix. Mais plus encore comme Stéphane, son frère, l'actuel entraîneur des gardiens des Blackhawks. Un entraîneur que Bergevin connaît très bien pour avoir suivi de très près son travail à Chicago. Un travail de qualité qui a permis de relancer la carrière de Corey Crawford qui a composé, avec Ray Emery, le meilleur duo de gardiens de la LNH l'hiver dernier.

Engagé dans la finale de l'Association de l'Ouest, Waite n'est certainement pas en mesure de jongler en ce moment avec l'idée de se joindre au Canadien dès l'an prochain.

De plus, rien ne dit que la direction des Hawks, qui a déjà perdu Bergevin, son principal adjoint Rick Dudley et le responsable du développement des joueurs, Martin Lapointe, au profit du Canadien, accepterait maintenant d'offrir son «gourou» des gardiens au Tricolore.

«C'est un nom intéressant parmi d'autres noms intéressants. Mais il est encore trop tôt pour avancer quoi que ce soit», a ajouté Bergevin, qui était d'ailleurs à Chicago lors de notre conversation.

«Ne pars pas de rumeurs. Je suis ici pour assister à la graduation de mon fils et passer un peu de temps avec ma famille qui est demeurée à Chicago malgré mon départ pour Montréal. De toute façon, les Hawks sont à Los Angeles, et je n'ai pas le droit de lui parler parce qu'il est sous contrat», a rapidement répliqué Bergevin lorsque je lui ai demandé si sa présence à Chicago avait facilité une amorce de contact avec Waite.

D'autres candidatures semblent évidentes. À commencer par celle de Vincent Riendeau, l'actuel entraîneur des gardiens avec le club-école du Tricolore à Hamilton.

David Marcoux, qui avait établi une belle et très efficace complicité avec Miikka Kiprusoff chez les Flames de Calgary, a déjà signifié un intérêt certain. Eli Wilson, entraîneur personnel de Carey Price durant les saisons estivales, pourrait étendre son association avec son grand copain à longueur d'année. Remarquez que Price a peut-être bien plus besoin d'un entraîneur qui a un brin de poigne que d'un ami à ce moment-ci de sa carrière.

Et Félix Potvin?

Outre les candidatures faciles à défiler, Bergevin et les membres de son état-major en lanceront d'autres au cours de leurs discussions. Certaines que personne ne soupçonne.

Dans cette liste, le nom de Félix Potvin pourrait être pris en considération. Après une brillante carrière de 13 saisons dans la LNH, dont six à Toronto, deux à Vancouver et trois à Los Angeles, le gardien québécois a pris sa retraite en 2004. Depuis, il est demeuré actif dans le monde du hockey. Il vient de succéder à Martin Bernard à titre d'entraîneur-chef des Cantonniers de Magog, de la Ligue de hockey midget AAA du Québec.

En plus d'exceller devant le filet et d'afficher un calme désarmant, Félix «Le Chat» Potvin a toujours su composer avec la pression de marchés exigeants comme Toronto et Vancouver. Des qualités dont Price pourrait certainement bénéficier. Parce qu'il n'affiche pas une vaste expérience à titre d'entraîneur, Potvin devra s'assurer d'être convaincant, s'il est convoqué en entrevue.

Partager

publicité

Commentaires (27)
    • Bonjour M. Gagnon,
      Juin 2025, Marc Barge de vin déclare: »Carré Presse n'a que 36 ans, il lui reste quelques bonnes saisons devant lui. Il pourra nous mener à notre première Coupe Stanley depuis 1993.»

    • MB dois allez cherchez des GROs Défenseurs...solides avec caractère...Boston = Chara 6'9" 255 livres, Boychuk 6'2" 210, McQuaid 6'5" 220, Seidenberg 6'1" 205, Ference 6'1" 205....Pas mal difficile pour se fonçer vers le filet....Ben non, certain "experts/spécialistes" stipulent que Price dois absolument gagner les matches à lui seule... Si c'est le cas, les Kings devront échanger Quick car il ne peut pas gagner les matches à lui seule...Anyways...

    • La solution aux difficultés de Price réside essentiellement dans la gestion de ses émotions, pas dans l'engagement d'un nouveau coach. La gêne et la tendance au retrait social qui le caractérisent signifie qu'il est une personne habitée par la peur. On n'a qu'à voir son regard lors des entrevues. Et quelqu'un qui a peur ne peut pas être déterminé. S'il ne parvient pas à à surmonter cette difficulté en devenant plus agressif, jamais pourra-t-il devenir aussi combatif que Patrick Roy était. Quelqu'un qui a peur écrase devant l'adversité : il ne rebondit pas. Price n'est pas assez fort mentalement pour occuper ce poste, et ce, malgré son talent.

    • Ton blogue est toujours ouvert, pourquoi!?

    • Dommage que vous utilisiez un titre semblable.
      Tout le monde est d'accord que Carey Price a besoin d'un bon coach. Mais pourqoui mettre de la pression additionnelle en utilisant le mot chaperon ?
      Dénicher un gardien pour le remplacer si on voulait faire un échange ne sera pas tâche facile. Il faut bien l'encadrer et lui foutre la paix.
      La défensive et le système défensif du CHne sont pas parmi les meilleurs de la ligue en partant. Et, où étaient les scoreurs contre Ottawa ?
      Ça va prendre à ce titre là pas mal de chaperons !

    • Je seconde "martbee95". Sean Burke serait un excellent choix.

    • Jas:
      "Beaucoup de rumeurs parle d'Olaf Kolzig comme entraineur des gardiens à Montréal."
      Je doute que tu sois celui qui a parti la rumeur!

    • Price a toujours été un bon gardien, sans plus ni moins, mais pas un excellent gardien qui se démarque et fait parti de l'élite, comme un P.Roy, un M.Brodeur, etc.
      À mon avis il ne sera jamais un excellent gardien, pas assez confiance en lui et pas assez fort mentalement, des qualités nécessaires pour se démarquer de la moyenne.
      Un psy spécialisé en performance athlétique serait peut-être la meilleure solution.
      Claude Poirier

    • @ pirlouit.....Tu viens de décrire Pierre Groulx et depuis 4 ans Price régresse, Kolzig bien ce fut le sien l'été jusqu'à il y trois ans, en fait c'est lui Kolzig qui disait tout le contraire de Melanson, je crois plutôt que si on demandait à Price entre rester avec le Ch ou un échange à l'un des trois endroit suivant Vancouver, Emonton et Calgary il sortirait vite de son hobbit.

    • J'ai eu David Marcoux comme professeur de hockey (oui, professeur) à l'école Cap-Jeunesse de Saint-Antoine (St-Jérôme), une des premières écoles du Québec à intégrer le hockey dans l'horaire des élèves (sec 1 à 3), il y a de ça plus de 15 ans. Il était (et est toujours, fort probablement) un excellent pédagogue.
      Tout ça pour dire que je lui souhaite bonne chance s'il est effectivement un candidat sérieux pour le poste.

    • Price n a pas besoin de chaperon mais bien plus d un entraineur qui va le faire passer à un autre niveau. Pas certain qu un ancien gardien fasse nécéssairement l affaire à moins qu il ait de l expérience dans le coaching . Price n a pas besoin de se faire botter le derriere mais de se faire guider et comprendre mentalement parce qu un gardien de but c est une bibitte particuliere .

    • Quand on regarde ce que Carey a accompli depuis son entrée dans la LNH,
      cavallo verde comme dirait dominique michel , y a rien accompli encore , rien rien rien

    • ça y prendrait Manon Rhéaume

    • Bon joueur n'est pas synonyme de bon coach. Parlez en à Gretzky. Alors l'argument Potvin dans le midget c'est n'importe quoi.

    • Vous oubliez le maire Ford. Bien installé dans le net, y aurait pu beaucoup de place pour le puck. Et Price pourrait se refaire une confiance en fumant du crack

    • Le site de Amey Doyle pour Carey...
      http://www.doylehockeydev.com/about/philosophy

    • Price fait 6,5 millions par an.Quand il a signé il s'avait dans quoi il s'embarquait. Bizarrement quand ça allait bien Carey aimait beaucoup l'attention des fans...Maintenant c'est insupportable ;0)
      C'est a lui a se payer une thérapie.Un coach des gardiens n'est pas un psy.

    • En fait le meilleur candidat serait peut-être un duo de deux candidates si elles étaient intéressées.
      Kim Saint-Pierre et Amey Doyle. Quand le CH de l'époque a fait appel à François Allaire et aussi Jean Perron malgré les sceptiques, il a innové et a obtenu des résultats rapidement.
      Il serait temps de faire une autre évolution.

    • Si ont lui foutais la paix pour un bout en commençant par les journalistes, possiblement qu'il retrouverait ses moyens. C'est infernal dans son cas, tout mais absolument tout est étudié, examiné à la loupe et de grandes théories sont élaborés sur ses capacités physiques et mentales suite à ces examens. Je doutes que grand monde serait capable de supporter cela très longtemps avant de dire foutez moi la paix ou et je veux échangé et déménagé loin de ce climat toxique.

    • Sean Burke...? Entraineur des gardiens avec Phoenix, qui a fait de l'excellent travail avec Mike Smith et Ilya Bryzgalov...? Qui n'a pas de contrat à l'heure actuel...? Qui se cherche peut-être quelque chose de plus stable que les Coyotes ces temps-ci...?

    • Gandalf est-tu disponible ?

    • Tous les experts sont unanimes...Price a une excellente technique. Donc le problème est ailleurs, entre les 2 oreilles...un psy peut-etre!

    • Tous les experts sont unanimes...Price a une excellente technique. Donc le problème est ailleurs, entre les 2 oreilles...un psy peut-etre!

    • Beaucoup de rumeurs parle d'Olaf Kolzig comme entraineur des gardiens à Montréal

    • D'accord avec les commentaires de Debooz (les performences de Price ne plaident pas en faveur de Eli Wilson) et de pirlouit (...je ne voit pas la méthode forte pour Price). Selon moi, ce ne sont pas les habitudes de travail de Price qui sont en cause mais plutôt l'élément mental; ce qui explique pourquoi, après une fin de saison décevante et, considérant son tempérament plutôt timide, il se sente déprimé pour quelques semaines et trouve la vie publique plus difficile. Je crois qu'il faut être encore patient mais évidemment, le temps jouera contre lui si la constance dans la qualité de son jeu ne s'améliore pas.

    • Dudley était avec les Leafs et non à Chicago.
      Quant à Eli Wilson, les performances récentes de Price ne plaident pas en sa faveur.

    • Je ne suis pas sûr de l'idée que Price ait besoin d'un entraîneur qui ait de la poigne envers lui. Quand un joueur tombe en déprime ou dans des émotions négatives, je crois qu'il est davantage efficace de lui donner quelqu'un qui écoute et qui va l'aider à remonter grâce au dialogue et à la compréhension. Je ne vois pas la méthode forte dans le cas de Price.

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer