| Commenter Commentaires (9)

Ça puait le je-m'en foutisme!

Thomas Hickey, des Islanders de New York, a... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Thomas Hickey, des Islanders de New York, a mis la touche finale en prolongation à la remontée de son équipe qui tirait de l'arrière 3-1 en milieu de deuxième période.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Gagnon
La Presse

Officiellement, le Canadien a perdu en prolongation. Dans les faits, il a perdu en fin de deuxième période.

Après un premier tiers presque trop facile au cours duquel il avait marqué presque autant de buts (2) qu'il avait accordé de tirs à ses adversaires (3), le Tricolore menait alors 3-1. Le David Desharnais qui s'était hissé au rang de meilleur centre du Canadien l'an dernier venait d'offrir un deuxième but à Max Pacioretty. Même Erik Cole semblait avoir des jambes. Brandon Prust venait de jeter les gants devant Jeff Finley, un monstre de 6'8, en guise de réplique à une mise en échec par-derrière aux dépens de Lars Eller. Le Canadien maîtrisait complètement la situation. Inversement, les Islanders jouaient mal. Ils donnaient raison à tous ceux qui croyaient dur comme fer que si les Flyers les avaient massacrés 7-0 lundi soir après avoir été muselés par le Canadien (4-1) deux jours plus tôt, les Islanders s'amenaient au Centre Bell par principe. Pour se faire battre.

À ce moment, à ce moment précis, le Canadien a cessé de jouer - de jouer comme il doit le faire pour gagner.

L'intensité, la vitesse, les épaules, tout a baissé.

Bien qu'ils soient mauvais, les Islanders comptent malgré tout sur quelques excellents joueurs. Tavares, Moulson, Bailey, avec Streit et Visnovsky aux points d'appui, l'ont prouvé avec un but en attaque massive. Bof! C'était pas grave. Coupée à un but, l'avance semblait encore confortable. Après tout, ce n'étaient que les Islanders.

Des Islanders que le Canadien a bêtement laissés jouer encore en troisième. Quand Frans Nielsen a nivelé les chances, je vous jure qu'on avait senti ce but venir comme une grosse bête puante qui s'amène les soirs de vidanges dans notre quartier. Sauf qu'au lieu de sentir le diable, ça sentait le je-m'en-foutisme dans le camp du Canadien. Une odeur bien plus désagréable, si vous voulez mon avis. Une odeur qui empestera le vestiaire encore ce matin. Si j'étais Michel Therrien, j'emprisonnerais cette odeur dans un bocal que je lancerais comme une bombe entre la deuxième et la troisième période la prochaine fois que le Canadien profitera d'une avance après 40 minutes. Peut-être que ça évitera une autre catastrophe comme celle d'hier.

Cela dit, à la place de Michel Therrien, la prochaine fois que mon équipe profitera d'une attaque massive à quatre contre trois en fin de match, j'enverrais P.K. Subban sur la patinoire. Encore hier, pour la deuxième fois si je ne me trompe, il l'a gardé au banc au profit de Brian Gionta, qui s'est retrouvé à la pointe. J'adore Gionta, sa combativité, son leadership. Mais à quatre contre trois, ça prend un gars capable de tirer à la pointe. Et à ce jeu, Subban est bien meilleur que son capitaine.

Le tout soumis respectueusement. Bien sûr!

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

Commentaires (9)
    • gag non gag non gag non. pourquoi tu joint pas les sinitors tes préféré? ou bien tent tenir au tournoi pee-wee de quebec? a tu toujours des problèmes de slim band ou de réduction d'estomac? peut tu nous expliquer pourquoi tu ne porte pas ton jonc avant de partir ou pendant un voyage sur la route.

    • @leprof30
      Parfait, alors dis moi quel(s) site(s)?

    • Coup donc, lorsque le canadien gagne il joue bien; lorsqu'il perd il joue très mal et l'instructeur prend de mauvaises décisions. Cela se peut-il que les canadiens ne gagnera pas tous ses parties cette année ? Cela se peut-il que les autres équipes peuvent aussi bien jouer ? J'écoutais hier à l'antichambre P.J Stock dire que les canadiens n'avaient que deux joueurs à surveiller: Moulson et Tavares. (Tavares est un deux de pique très facile à surveiller; il suffisait d'y penser: surtout à court d'un homme !!! ) Le canadien, dans le temps, n'avait qu'à surveiller Mario lemieux et Jéromir Jager lorsqu'il jouait contre Pittburgs pour gagner !!!!! ( je suis convaincu qu'il n'y pensait pas )
      Peut-il y arriver, une seule fois dans l'année, que l'équipe qui joue contre le canadien joue mieux que celle-ci ?
      La passe de Tavares sur le premier but de Moulson était fantastique. Mais non c'est un joueur, on était à court d'un homme, qui a mal surveillé Moulson. Si Desharnais avait fait une passe aussi savante à Cole : quelle passe, quelle intelligence de jeu, quelle vue périphérique et j'en passe. On aurait jamais entendu parler du joueur des Islanders qui n'a pas couvert Cole.
      S.V.P un peu de prohibité intellectuelle.
      Il y a deux équipes sur la glace et elles font partie toutes les deux de la LNH.

    • Wow!
      C'est quoi cette article? J'vous aime bien d'habitude François mais là! Allez vous défoulez au gym plutôt que sur votre clavier! La bête puante...! Quelle mauvaise analogie!

    • Vous avez raison Monsieur Gagnon, les joueurs s'en foutent. Je crois que le message de Therrien ne passe plus, les joueurs sont indifférents. Que l'on congédie Therrien et le remplace par Roy. C'était une mauvaise idée de Bergevin de ramener Therrien dans le sillonage du CH.
      Franchement Monsieur Gagnon, vous tombez dans le sensationalisme vous qui êtes supposément l'intellectuel et le réfléchit de l'antichambre.
      5 victoires d'affilés, bonne première et deuxième période, un relachement en fin de match. On peut voir clairement que c'est la fin du règne de Therrien avec un je m'en foutisme de la sorte.

    • @Antoine1234
      Le but d'un journaliste n'est pas de jouer les cheerleaders ou les mascottes, mais bien d'analyser le sujet froidement.
      Il existe bien des sites si tu as envie de voir ton équipe en rose nanane sucée longtemps.

    • 11-4-2, 5 victoire consécutives, 4 games en 6 soirs et ce matin une chronique négative. Bravo Gagnon ils ont bien besoin de ca pour se motivés. Un autre défaite Samedi et on remet en question le choix de Therrien comme coach et l'inutilisation de Kaberle dans la brigade défensive.

    • Ce serait plaisant si les journalistes à Montréal encourageraient les Canadiens au lieu de les rabaisser à la moindre occasion. À mon avis, François Gagnon est plus une nuisance à l'équipe qu'autre chose. Avec une attitude comme celle-là, s'il a joué au hockey dans sa vie, il ne devait pas être très apprécié dans son vestiaire et ça se poursuit, encore, aujourd'hui.

    • Tout est dit et bien dit, Rien à rajouter. Bravo !

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer