Pavillon Pierre Lassonde: une oeuvre d'or

Le pavillon Pierre Lassonde est construit sur le... (PHOTO BRUCE DAMONTE, FOURNIE PAR LE MUSÉE NATIONAL DES BEAUX-ARTS DU QUÉBEC)

Agrandir

Le pavillon Pierre Lassonde est construit sur le terrain de l'ancien couvent des Dominicains. Cet agrandissement permet quasiment de doubler la superficie du Musée national des beaux-arts du Québec.

PHOTO BRUCE DAMONTE, FOURNIE PAR LE MUSÉE NATIONAL DES BEAUX-ARTS DU QUÉBEC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

J'ai beau avoir grandi à Québec, je n'avais jamais réalisé à quel point les plaines d'Abraham tournaient le dos à la ville. Il y a une grande entrée à chaque extrémité du parc, mais entre les deux, les ouvertures sont rares et discrètes.

Le pavillon repose sur un concept d’une grande... (PHOTO FOURNIE PAR OMA) - image 1.0

Agrandir

Le pavillon repose sur un concept d’une grande simplicité, comme si les architectes avaient découpé un rectangle dans les Plaines qu’ils avaient ensuite soulevé pour laisser entrer la ville. Les trois volumes superposés s’intègrent en cascade dans l’ouverture créée.

PHOTO FOURNIE PAR OMA

En étant situé au beau milieu des Plaines, le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) profite ainsi d'un environnement naturel majestueux, sorte d'écrin de vert qui le met en valeur... mais qui l'emprisonne aussi par le fait même, qui l'isole de l'animation urbaine.

Facile de se promener sur la Grande Allée sans même réaliser qu'on croise un « musée national »...

Voilà pourquoi la direction du MNBAQ souhaitait depuis longtemps avoir une présence sur la rue : pour que le musée quasi centenaire aille à la rencontre de la ville, pour que la ville se prolonge jusqu'au musée.

Un dialogue enfin possible grâce au pavillon Pierre Lassonde, une nouvelle porte d'entrée magistrale pour le musée et les Plaines à la fois.

L'édifice conçu par la firme OMA, fondée par le grand architecte Rem Koolhass, est né d'un geste à la fois simple et brillant : « On a découpé un rectangle dans les Plaines, on l'a soulevé par une extrémité, puis on a fait glisser la ville en dessous, explique l'architecte chargé du projet, Shohei Shigematsu. Le musée devient ainsi une extension de la ville, de la rue, de l'espace public. »

On se retrouve ainsi avec trois volumes de verre disposés en escalier qui semblent plonger sous le parc pour rejoindre les autres pavillons, un effet d'autant plus saisissant que les blocs sont recouverts de végétation, comme si on avait délicatement redéposé les Plaines une fois les travaux terminés.

Le tout est ouvert sur la ville grâce à une grande entrée de verre tout en transparence qui donne sur un généreux hall de plus de 12 mètres de haut, façon de brouiller la frontière entre l'intérieur et l'extérieur. Façon aussi de créer un nouvel espace public invitant, ou, comme le dit Shigematsu, « un salon pour la cité ».

***

On aura rarement vu au Québec un concept architectural aussi abouti que celui du pavillon Lassonde, et pas que de l'extérieur.

On entre dans ce bâtiment comme dans un diamant, étonné par la grande transparence de l'ensemble, surpris par la lumière qui entre de tout bord, tout côté.

Peu importe où on se trouve, un rayon de soleil nous trouve...

Curieux pour un musée ? « Nous voulions des percées partout pour réduire le sentiment de fatigue qu'ont souvent les visiteurs en raison de la perte de repères et de contact avec la lumière du jour, explique ma guide, la directrice du musée, Line Ouellet. Dans de grands musées comme le Louvre, par exemple, l'orientation est souvent difficile, ce qui fatigue le visiteur. »

Pas de ça ici, alors que le pavillon est en dialogue constant avec son environnement grâce à des panneaux de verre tantôt transparents, tantôt translucides. On a toujours une vue sur la rue, les Plaines, les toits verts, le pavillon principal ou le clocher de l'église voisine. Et pas de souci : là où le soleil pénètre directement dans le musée, on expose des oeuvres inertes, sculptures, oeuvres décoratives, collection d'art inuit.

En visitant les salles consacrées à l'art contemporain, on se surprend ainsi à entrer dans une salle qui semble se prolonger sur le toit vert adjacent : des sculptures de David Altmejd, Yves Trudeau et Hugh A. Le Roy sont exposées de part et d'autre de la baie vitrée.

En se promenant dans la salle des arts décoratifs et du design, on s'étonne de tomber sur un lieu improbable : une salle dissimulée derrière un mur qui met en valeur à la fois des pièces de verre et une vue sur l'ancienne prison devenue pavillon.

On profite ainsi d'un circuit ponctué d'expériences diverses, lumineuses, parfois inhabituelles et inattendues. Comme le souligne Rem Koolhass, « le fait que cet édifice soit transparent dans un climat impossible et pour un programme aussi improbable lui confère une certaine aura de mystère. »

***

Cet édifice, on le doit donc à OMA, à Provencher-Roy avec laquelle elle est associée pour l'exécution et la supervision du chantier, et surtout à Pierre Lassonde, mécène qui a fait fortune sur le marché financier de l'or.

Si les gens de Québec peuvent maintenant profiter d'un des plus beaux édifices de la province, c'est grâce à cet homme qui a non seulement donné 10 millions pour le projet, mais qui a aussi insisté pour la tenue d'un concours international d'architecture. Un trait de génie.

Si le pavillon est aussi réussi, plus que le nouveau Whitney de New York à mon avis, c'est précisément parce qu'il y a eu cette compétition de haut niveau comme on en fait si rarement au Québec. Et c'est aussi parce que le bureau new-yorkais d'OMA, choisi à l'unanimité par le jury, a tout donné, lui qui frôlait la fermeture à l'époque de la crise économique qui a secoué les États-Unis. Gagner cette compétition lancée en 2009 était pour lui une véritable question de vie ou de mort.

Tout est ainsi réfléchi dans le moindre détail, tout est réalisé avec minutie et savoir-faire, tout est de la plus grande qualité jusqu'au plus petit boulon. Cette toiture en porte-à-faux au-dessus de la Grande Allée qui invite les visiteurs à pénétrer dans le hall. Cette extension du presbytère tout en béton qui participe au dialogue avec la ville. Cet escalier blanc monumental qui spirale entre les étages. Ce couloir souterrain qui met en vedette l'intégralité de L'Hommage à Rosa Luxemburg, triptyque de Riopelle dépassant les 40 mètres.

Même la cage d'ascenseur a été pensée en détail, faisant le lien entre les trois volumes du musée, donnant une colonne vertébrale au pavillon. Une cage recouverte d'une peinture or pour saluer avec justesse son principal mécène, transformant ainsi un pavillon en oeuvre d'or.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer