Le village gaulois

La mobilité de demain - et d'aujourd'hui en fait -, elle... (photo patrick sanfaçon, archives la presse)

Agrandir

La mobilité de demain - et d'aujourd'hui en fait -, elle s'appuie sur une offre éclatée qui rend la possession d'une auto moins tentante. Elle se trouve dans ces services aussi nombreux que populaires qui réduisent l'autosolo et les gaz à effet de serre, écrit notre chroniqueur.

photo patrick sanfaçon, archives la presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Comme client, j'ai choisi Téo. J'ai tout essayé. J'ai décortiqué l'offre de services existante. J'ai soupesé les avantages et les inconvénients de Téo, Uber, UberX, Diamond, et même Car2Go, Auto-mobile, Communauto. Et j'ai choisi les sympathiques voitures vert et blanc parce que j'aime l'innovation québécoise qui les propulse, j'aime la technologie électrique, la qualité du service, les conditions de travail des employés.

J'aime Téo, donc. Mais vous savez ce que j'aime plus encore ? Avoir la possibilité de choisir moi-même Téo... plutôt que de me le faire imposer par le gouvernement.

***

Je suis plus libéral que le Parti libéral, faut croire.

Je crois à la concurrence... et pas juste quand ça m'arrange. Je crois que Téo et UberX ont tous deux leur place aux côtés des taxis... et peu importe si j'aime l'un, beaucoup moins l'autre.

La mobilité de demain - et d'aujourd'hui en fait -, elle s'appuie sur une offre éclatée qui rend la possession d'une auto moins tentante. Elle se trouve dans ces services aussi nombreux que populaires qui réduisent l'autosolo et les gaz à effet de serre. Elle est donc multiforme et n'entre plus dans la petite case « Transport rémunéré de personnes à l'aide d'une automobile »... dans laquelle Québec veut désespérément la confiner.

La plupart de ces services étaient inconcevables il y a peu, car la technologie n'existait pas. Car2Go est né avec la petite Smart. Auto-mobile a vu le jour grâce aux GPS. UberX a été propulsé par l'application Uber.

Et demain, ce sera le covoiturage Facebook, la voiture autonome Google et Dieu sait quelle nouvelle cyber-techno-patente qui révolutionnera la mobilité dans nos villes.

Le gouvernement a son mot à dire là-dedans, impérativement, pour éviter qu'on bascule dans un Far West libertarien.

Sa job, c'est de créer un environnement réglementaire qui est équitable pour tous, qui assure la sécurité des clients et qui oblige tous les acteurs à contribuer au trésor public.

Sa job, c'est ça... pas de choisir à ma place comment je me déplace.

***

Je pensais naïvement, ces deux dernières années, qu'on participait à un débat de société autour d'une question aussi épineuse qu'actuelle : que faire avec ces entreprises techno étrangères qui nous bousculent jusque dans nos rues et nos quartiers ?

Mais je me trompais, la question se résumait plutôt, à Québec, à un bête : pour ou contre le grand méchant Uber ?

Pourtant, en quittant les Transports en janvier dernier, Robert Poëti avait su cadrer l'enjeu avec précision. Il avait dit que le mandat du gouvernement n'était pas de bloquer Uber, mais de s'assurer que les chauffeurs se livrent une « compétition loyale ». Peu importe qu'ils soient au service de Téo, Diamond ou UberX.

C'est ce qu'a fait Edmonton (la Ville a imposé un permis de 70 000 $ aux entreprises de covoiturage commercial et une taxe de 6 cents par course). C'est ce qu'a fait Ottawa (permis de 72 000 $, taxe de 10,5 cents). C'est aussi ce qu'a fait Toronto (permis de 20 000 $, taxe de 30 cents).

Le Québec a des valeurs distinctes du ROC ? Soit. Qu'il exige qu'Uber et ses rivales perçoivent la TPS et la TVQ à la source, comme tous les acteurs de l'industrie tant qu'à faire. Et qu'il exige une taxe par course plus élevée qu'ailleurs pour racheter les permis de taxi.

Disons 50 cents... quelqu'un est contre ?

***

Le pire, c'est qu'on y était presque ces derniers mois. On avait trouvé une façon d'accueillir l'entreprise américaine comme on avait accueilli l'étrangère Car2Go.

Mais sans crier gare, le gouvernement a décidé qu'il n'était plus en redéfinition des règles... mais bien en guerre. Contre Uber.

Il ne veut plus encadrer ce nouvel acteur, il veut le chasser. Bang ! des quotas. Bang ! des permis de conduire de classe 4C. Bang ! des licences de taxi obligatoires. Autant de munitions qui risquent malheureusement d'atteindre leur cible et de garder à distance toute innovation étrangère pour un bout de temps.

Si le ministre Daoust était honnête, il intitulerait le fruit de sa réflexion : « Projet de loi pour chasser Uber du village gaulois du Québec ».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Le casse-tête Uber autour du monde

    Actualités

    Le casse-tête Uber autour du monde

    Partout dans le monde, Uber fait le bonheur de millions d'utilisateurs, enflamme l'industrie du taxi et donne des cheveux blancs aux élus. Voici... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer