La tête dans le sable

Le Palmarès des municipalités HEC permet de révéler... (photo bernard brault, archives la presse)

Agrandir

Le Palmarès des municipalités HEC permet de révéler les mauvais élèves, mais aussi les meilleures pratiques, écrit notre chroniqueur.

photo bernard brault, archives la presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le grand mérite du Palmarès des municipalités, c'est qu'il fait ce que le gouvernement refuse de faire : comparer les villes entre elles, dévoiler la mauvaise gestion des unes, révéler le coût astronomique des services des autres.

En soi, c'est déjà beaucoup. Mais au fil des éditions, le Palmarès a aussi révélé autre chose de plus insidieux et de bien plus grave que le laisser-faire de quelques maires : l'opacité du ministère des Affaires municipales, qui cultive la fermeture à l'ère de l'ouverture.

Bien sûr, ça frappe moins l'imaginaire que la hausse des dépenses à Lévis. Mais le refus obstiné du Ministère d'ouvrir véritablement ses livres et de donner accès à ses données a des répercussions beaucoup plus graves.

« Ce qui est incroyable, c'est que Québec a le nez fourré partout !, note Robert Gagné, responsable du Palmarès HEC. C'est de loin le gouvernement qui récolte le plus d'informations au Canada, et pourtant, c'est celui qui les rend le moins accessibles ! »

***

Pour publier le Palmarès, l'équipe du Centre sur la productivité et la prospérité de HEC Montréal s'appuie sur deux sources d'information que les municipalités doivent transmettre chaque année au gouvernement : les états financiers et les indicateurs de gestion.

« Le traitement de toutes ces données est proprement scandaleux !, lance Robert Gagné. Prenez les états financiers. Le Ministère les reçoit... puis il les dépose en vrac sur son site web dans un état à peu près inutilisable ! Notre métier aux HEC, c'est les données. Et pourtant, on doit passer des semaines de travail juste pour les rendre intelligibles ! Donc le citoyen ordinaire, oubliez ça ! »

En Ontario, c'est l'inverse. Les données sont très accessibles, et surtout, elles sont ordonnées, claires et compréhensibles pour les contribuables. Après tout, c'est de leur argent qu'il est question.

«Au Québec, non seulement on fait tout pour ne pas les rendre accessibles, mais quand on accepte de le faire, c'est le bordel !»

Robert Gagné,
responsable du Palmarès HEC

La deuxième source d'information, ce sont les 15 indicateurs de gestion des municipalités. Ils permettent aux chercheurs de contextualiser les états financiers en les croisant avec les volumes d'eau consommés, la quantité de déchets produits, la longueur des rues, etc.

« La première année, quand on les a demandés au Ministère, les fonctionnaires nous ont dit de nous adresser aux 1100 municipalités une par une... même si les données sont déjà toutes centralisées dans un fichier au Ministère ! »

À force de discussion, le Ministère a fini par plier. À moitié. Il a permis aux chercheurs de voir les données... à condition qu'ils passent par la Loi sur l'accès à l'information, un processus long et fastidieux !

En fait, pas compliqué : c'est le processus qu'aurait privilégié le Ministère s'il avait voulu mettre sciemment des bâtons dans les roues aux chercheurs.

***

L'ère des données ouvertes ? Oui. Mais pas à Québec, donc.

La ministre Rita de Santis a beau avoir lancé le portail Données Québec le mois dernier, le gouvernement n'est pas beaucoup plus transparent, croit Robert Gagné. « C'est une vraie farce ! Les informations disponibles ont peu d'utilité. On n'a pas d'indicateurs de gestion, mais on a la localisation de toutes les toilettes publiques au Québec ! »

Au Ministère, on rétorque que les rapports financiers sont disponibles quelque part sur le web (je vous mets au défi de les trouver...). Quant aux indicateurs de gestion, ils ne sont pas publics parce que « nous n'avons aucune assurance de leur fiabilité » (qui veut cacher des données les accuse d'avoir la rage...).

Cela dit, l'argument le plus curieux du Ministère est ailleurs : il reconnaît volontiers que l'Ontario est plus transparent, mais il met ça sur le compte d'un nombre moins élevé de municipalités. Comme si les fonctionnaires comptabilisaient encore les données à la mitaine !

Voilà une excuse qui ne tient pas la route, surtout quand on voit qu'une grosse machine comme Montréal, qui ne donne pas sa place sur le plan de la bureaucratie, est exemplaire en matière de données financières.

« Depuis la dernière élection, Montréal s'est joint à l'Ontario Municipal Benchmarking Initiative (OMBI) et rend ainsi disponibles à tout le monde des indicateurs standardisés. Ça nous facilite la tâche comme chercheurs, mais ça permet surtout aux gestionnaires d'adopter de meilleures pratiques. »

Car voilà à quoi servent les données :  à se comparer, pour mieux gérer.

En acceptant de dévoiler ses données et de se comparer à d'autres villes, Montréal a par exemple réalisé qu'elle payait pas mal plus cher que Toronto pour la collecte des déchets. Elle a donc modifié ses appels d'offres, ce qui lui a permis d'épargner 7 millions d'un coup.

C'est ce que permet l'OMBI, mais c'est aussi ce que permet le Palmarès HEC en révélant les mauvais élèves, mais aussi les meilleures pratiques.

« Tu ne peux pas perdre en rendant l'information disponible, croit Robert Gagné. Et tu ne peux pas gagner en te mettant la tête dans le sable. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer