Amenez-en, des lumières!

On parle ici d'un magnifique projet d'illumination dynamique... (IMAGE FOURNIE PAR MOMENT FACTORY)

Agrandir

On parle ici d'un magnifique projet d'illumination dynamique d'un pont, original, innovant, spectaculaire.

IMAGE FOURNIE PAR MOMENT FACTORY

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ah, c'est sûr. Illuminer le pont Jacques-Cartier n'est pas une dépense «essentielle». Ça ne guérit pas les enfants malades. Ça ne trône pas au sommet de la pyramide des besoins de Maslow, mettons.

Mais à ce compte-là, mettons tout l'argent de l'État dans la santé. Fermons le ministère de la Culture. Et cessons de financer l'art sous toutes ses formes. Car il y aura toujours des besoins plus «essentiels» que l'art public et l'embellissement de la ville.

Les opposants au projet de Moment Factory se sont d'ailleurs dépêchés d'en faire la liste: l'itinérance, les enfants en difficulté scolaire, les climatiseurs en CHSLD, le programme Chapeau les filles, et toutes ces coupes liées à l'austérité qu'on pourrait bien annuler avant de faire clignoter un pont.

OK. Mais dites ça au provincial. Ou au municipal. Mais pas au fédéral, qui n'a aucune juridiction dans ces domaines et qui, par ailleurs, paie de ses poches les 40 millions du projet d'illumination.

D'ailleurs, il est curieux qu'on s'élève contre cette dépense qui servira à quelque chose de tangible... mais qu'on se résigne à un déclenchement hâtif d'élections qui, à lui seul, coûtera trois fois le prix des lumières!

Étonnant aussi qu'on condamne ce projet de dizaines de millions... mais qu'on encaisse son chèque de prestation universelle pour la garde d'enfants (PUGE) sans se soucier du trou de trois milliards qu'il va creuser dans les coffres d'Ottawa.

Come on! On parle ici d'un magnifique projet d'illumination dynamique d'un pont, original, innovant, spectaculaire. Conçu par un fleuron québécois. Pour mettre en valeur une structure iconique. Dans le but d'embellir une ville qu'on n'arrête pas de dénigrer... parce qu'elle ne serait pas belle!

Tout ça, en plus, pour une somme qui est loin d'être aussi abusive qu'on le prétend (je mets volontairement de côté l'opacité et l'opportunisme électoral crasse de l'annonce, des enjeux distincts).

La facture dévoilée jeudi dernier comprend en effet tout, absolument tout pour les dix prochaines années. Comme si on présentait le coût d'une voiture sur une décennie en intégrant tous les pleins d'essence, les changements d'huile et le renouvellement des plaques!

Les calculs incluent donc la conception, le design, l'équipement, l'installation, la main-d'oeuvre, l'entretien jusqu'en 2027... et même le démantèlement éventuel des lumières. Pour à peine 4 millions de dollars par année. Je connais un amphithéâtre qui nous a coûté pas mal plus cher...

C'est à se demander s'il est encore possible, en 2015, d'éviter de parler d'investissements publics sans tomber dans le discours platement utilitariste du genre «pendant ce temps-là, les vieux crèvent sans prendre leur bain», ou «c'tu vraiment nécessaire?».

Ben non, ce n'est pas «nécessaire». Pas plus, d'ailleurs, que la grande roue que construit le collectif d'artistes BGL à Montréal-Nord pour un million de dollars. Pas plus que La joute de Riopelle ou L'homme de Calder, pendant qu'on y est.

Mais on parle ici d'une métropole, pas d'une bourgade! On parle d'une municipalité qui est plus que l'addition de ses rues, de ses bâtiments et de ses livres comptables. On parle d'une ville qui était encore la vitrine du Québec aux dernières nouvelles.

Or ce n'est certainement pas en partageant le p'tit pain pour lequel on serait né qu'on va permettre à Montréal de jouer son rôle, d'attirer les investissements, les regards, les entreprises, les cerveaux, les créatifs et les touristes.

Comment vous dites? Personne ne viendra ici juste pour voir le pont illuminé? Je sais bien. Pas plus que je ne vais à Chicago pour voir la bine d'Anish Kapoor... mais l'idée de visiter Chicago, par contre, je l'ai eue en entendant parler de la bine de Kapoor.

Une oeuvre ne fait pas une ville. Une structure illuminée non plus. Pas même la tour Eiffel. Mais cette dernière participe de l'identité de Paris, comme le pont Jacques-Cartier participera de l'identité de Montréal.

Qu'on n'aime pas ces aurores boréales de lumières qui balaieront le fleuve, ça se défend. Même chose avec la grande roue installée au coin des boulevards Henri-Bourassa et Pie-IX. La critique fait partie du débat que doit susciter l'art public, justement.

Mais que l'on s'attaque à l'existence de ces oeuvres par la seule lorgnette de leur coût, ça rappelle une époque qu'on pensait révolue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer