Chacun cherche son train

L'UP Express, c'est la Cadillac des trains aéroportuaires.... (Photo Steve Russell, Toronto Star)

Agrandir

L'UP Express, c'est la Cadillac des trains aéroportuaires. Avec étoffes luxueuses, technologie dernier cri et odeur de «char» neuf...

Photo Steve Russell, Toronto Star

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TORONTO) La Ville Reine a inauguré samedi matin l'UP Express, un train flambant neuf qui relie le centre-ville et l'aéroport Pearson en quelques minutes.

Il y a là une bonne et une mauvaise nouvelle pour Montréal...

Permettez que je commence par la mauvaise? Montréal est désormais la seule des trois grandes villes du pays à ne pas offrir de desserte rapide vers l'aéroport. Vancouver s'est doté d'une navette il y a cinq ans. Toronto vient d'emboîter le pas. Reste Montréal, cette ville «internationale» qui accueille les voyageurs avec un bus local.

Avez-vous déjà emprunté le 747, d'ailleurs? Rien de zen. Vous montez à bord à l'aéroport, tout est beau. Service fréquent. Pas cher. Le bus démarre, s'extirpe de l'échangeur-qu'on-ne-finira-jamais, embarque sur l'autoroute 20 et file à toute allure sur une voie réservée.

Jusque-là tout va bien. Vous commencez à vous détendre. Puis... paf! L'autobus s'arrête, parce que la voie réservée s'arrête. Brutalement. Quelques minutes après avoir quitté l'aéroport. Au milieu de nulle part.

Le bus doit alors se ranger dans le trafic. Avec tout le monde. Faisant d'un court trajet de 25 km une aventure de 60 minutes.

***

L'UP Express, c'est la Cadillac des trains aéroportuaires. Avec étoffes luxueuses, technologie dernier cri et odeur de «char» neuf...

«Nous avons pris exemple sur ce qui se fait de mieux en Europe et en Asie, à Londres, Vienne, Oslo, Narita, m'explique fièrement Bruce McCuaig, président et chef de la direction de Metrolinx, la société de transport régional de Toronto. C'est le premier du genre en Amérique du Nord!»

Le train, comme j'ai pu le constater, est en effet dans une classe à part. Comme si on avait voulu transformer une navette en lounge feutré, très VIP, avec ambiance professionnelle mais décontractée. Le genre de train dans lequel on boirait un martini plutôt qu'un infect café dans un verre en styromousse.

En entrant dans la gare adjacente à Union Station, on croise des employés vêtus à l'ancienne, pour rappeler ce qu'était le transport en commun quand il n'avait pas grand-chose de commun. À l'image des uniformes rétro de Porter Airlines.

À gauche du hall, le Balzac's Coffee et son immense machine espresso. À droite, le très hip Drake General Store. En haut, une mezzanine vitrée. Et en face, un train à deux voitures, de fabrication japonaise, les portes grandes ouvertes.

À l'intérieur, les matériaux sont nobles. Le plafond est recouvert de bois, le plancher, de tapis. Les sièges sont dotés de plateaux, comme dans les avions. On dépose notre bagage au-dessus de la tête, comme dans les avions aussi. Des prises électriques sont disponibles, de même qu'un signal wi-fi gratuit.

Des départs aux 15 minutes. Pour un trajet d'à peine 25 minutes.

Bref, le gros luxe.

***

Quelle est la bonne nouvelle pour Montréal là-dedans?

Il y a désormais deux navettes différentes au pays. Deux navettes qui font écho aux débats qui ont lieu ici au Québec, au moment où la Caisse de dépôt et placement étudie la possibilité d'en implanter une entre la gare centrale et l'aéroport Trudeau.

Il y a donc une navette exclusive, desservant uniquement les voyageurs, à Toronto, comme celle qui fait rêver Aéroports de Montréal. Et il y a un train de banlieue qui sert de navette vers l'aéroport, à Vancouver, comme le propose la coalition Train de l'Ouest.

La bonne nouvelle, donc, c'est que l'inauguration de l'UP Express montre comment le modèle de Toronto... n'est pas du tout adapté pour Montréal.

La Ville Reine s'est payé une Cadillac... pour une clientèle capable de se payer une Cadillac!

Le projet est taillé sur mesure pour les gens d'affaires dotés d'un bon «compte de dépenses». Un aller simple dans l'UP Express coûte 27,50$!

Quand on sait que la décision d'augmenter le tarif de la 747 à 10$ a été reçue avec des hauts cris...

Aussi, la navette haut de gamme de Toronto est censée n'être qu'une façon parmi d'autres de se rendre à l'aéroport. «On ne voulait pas que les voyageurs se battent avec les banlieusards pour l'espace, explique Bruce McCuaig. C'est donc un service dédié auquel on ajoutera éventuellement des dessertes par bus rapide et train léger.»

On n'en est pas là à Montréal, une ville qui accueille moitié moins de voyageurs que Toronto. À ce titre, Montréal se rapproche plutôt de Vancouver. Et c'est justement Vancouver qui devrait inspirer Montréal.

Je vous présente en détail ma visite du Canada Line, dans La Presse+ du 7 juin, mais sachez qu'il s'agit d'un train de banlieue doté d'une fourche vers l'aéroport. Comme on pourrait en implanter un ici. Le trajet est de 25 minutes, il est agréable et il coûte 9$. Un tarif raisonnable (moins cher que le 747!) qui en fait une solution pour tous, non pas un train VIP pour clientèle jet set.

La bonne nouvelle, donc, c'est que Toronto inaugure samedi un projet qui nous montre ce qu'il ne faut pas faire à Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer