À vendre !

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vous ne l'avez sans doute pas remarqué, mais le gouvernement a mis en vente le lot 2 161 477 du Cadastre du Québec. C'était dans les appels d'offre de La Presse, samedi dernier. On y annonçait la vente de ce terrain « ayant une superficie de 3150 m2, avec bâtisse dessus construite ».

Oui, écrit comme ça. Dans un jargon de notaire. Dans un appel d'offres parmi d'autres. Comme s'il s'agissait d'un vulgaire entrepôt de bord d'autoroute.

Or on parle ici de... La bibliothèque Saint-Sulpice !

Un monument historique classé !

Un édifice construit par les sulpiciens à l'issue d'un concours d'architecture !

Un chef-d'oeuvre de style Beaux-Arts qui aura 100 ans cette année !

Ce joyau patrimonial, donc, le gouvernement s'en débarrasse. En douce.

***

Le gouvernement Couillard rompt finalement la promesse faite par le gouvernement Couillard. Il y a huit mois.

La ministre de la Culture, Hélène David, avait déclaré en octobre dernier qu'elle lancerait un appel d'offres pour trouver une vocation culturelle à la bibliothèque de la rue Saint-Denis, située entre Ontario et Maisonneuve.

« C'est un lieu et une rue dont il faut s'occuper, disait la ministre. Il y a des projets et des gens qui lèvent la main. »

Mais pas d'appel d'offres, finalement. Plutôt une mise en vente, au plus offrant. Sans communiqué, sans annonce, sans excuses.

On s'ennuie soudainement des Bachand et Jérôme-Forget, qui n'auraient jamais laissé partir un tel bâtiment...

***

Dire que la bibliothèque du Quartier latin est patrimoniale est un euphémisme. Elle est classée, protégée, oui. Mais elle est plus que ça. Elle est un des importants vecteurs de l'affirmation nationale du Québec, selon Lise Bissonnette.

Voilà pourquoi l'ancienne PDG de Bibliothèque et Archives nationales du Québec était choquée, hier, quand je l'ai appelée pour connaître sa réaction à la mise en vente de ce bâtiment. Un bâtiment culturel dont elle avait eu l'assurance qu'il serait conservé comme tel, il y a 17 ans.

« L'histoire du Québec est contenue dans cette bibliothèque, fait-elle remarquer. Elle a été un véritable symbole des tensions entre l'Église et les laïcs lors de sa construction en 1915 par les sulpiciens. Elle a aussi joué un important rôle dans l'affirmation nationale du Québec, au moment où le premier ministre de la Culture, Georges-Émile Lapalme, jetait les bases d'une Bibliothèque nationale dans les années 60. »

Un geste très fort à l'époque, donc, qui demeure unique au pays. « Et le ministère de la Culture se résout à vendre le bâtiment pour des raisons principalement financières. C'est insensé... »

La grande histoire de cette bibliothèque est impressionnante, donc. Mais la petite histoire, celle des 15 dernières années, un peu moins.

Lorsque le premier ministre Lucien Bouchard a décidé de créer la Grande Bibliothèque et de lui donner le mandat de diffusion des collections peu accessibles de la bibliothèque Saint-Sulpice, il avait acquiescé au désir de Lise Bissonnette de maintenir le bâtiment dans le giron de la future société d'État.

« Il m'a alors donné son accord général pour que cette bibliothèque soit conservée et requalifiée, raconte-t-elle. Un comité devait se pencher sur la question, mais il n'a jamais été créé. Puis l'UQAM s'en est portée acquéreur, avec les suites que l'on sait, les déboires financiers et l'abandon de la bibliothèque. L'Université voulait alors la vendre à une compagnie à numéro ! Mais heureusement, la ministre Jérôme-Forget l'a rachetée. »

Il y a eu ensuite un appel d'intentions, en 2008, sous Christine St-Pierre. Un appel qui n'a jamais eu de suite, malgré un projet intéressant de bibliothèque-musée des arts vivants soumis par Mme Bissonnette.

Puis sans crier gare, en 2010, le gouvernement Charest annonçait que Le Vivier s'installerait dans la bâtisse, qui deviendrait ainsi un carrefour de musique contemporaine... un projet qui a finalement vu le jour ailleurs.

Si bien que la magnifique bibliothèque est vide depuis 2004. Vide et abandonnée.

***

Aujourd'hui, après une courte recherche, sans même avoir lancé d'appel d'offres, la ministre David soutient qu'elle n'a pas trouvé de « projet viable ». Et donc, que sa priorité n'est plus de conserver la vocation culturelle du lieu, mais de lui trouver un occupant.

N'importe quel occupant avec n'importe quelle vocation, pourvu qu'il respecte le classement.

Une telle décision pourrait se défendre s'il s'agissait d'un bâtiment parmi d'autres. Mais de grâce, pas de la bibliothèque Saint-Sulpice ! En regard de son histoire, mais aussi de son architecture, de sa décoration, de son mobilier exceptionnels.

L'extérieur du bâtiment manque d'amour, oui. Mais ça n'empêche pas ses vitraux d'être magnifiques, son intérieur d'être riche de boiseries de chêne et ses murs d'être recouverts de belles pierres.

Et le ministère de la Culture s'en débarrasse, sans aucune obligation quant à sa vocation. Alors que sa responsabilité, clairement, l'oblige à trouver une nouvelle fonction à cet édifice, quand bien même cela lui coûterait des sous.

Bien beau la « rigueur budgétaire », mais la mémoire ne devrait pas en faire les frais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer