Du vélo l'hiver? Mais... pourquoi?

Magali Bebronne, cycliste d'hiver depuis 5 ans :... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Magali Bebronne, cycliste d'hiver depuis 5 ans : «Avant, j'avais l'impression que l'hiver était un bout dur à passer. Comme s'il fallait endurer pour reprendre ensuite nos vies. Mais avec le vélo, tout a changé.»

Photo Martin Chamberland, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Quand j'ai dit à ma blonde que je m'étais inscrit au «Tour de l'île» hivernal, qui a lieu ce dimanche, elle m'a demandé... «Pourquoi?»

Un «pourquoi» déconcerté, plein de sous-entendus, du genre: mais pourquoi, bon Dieu, voudrais-tu faire du vélo à 20 sous zéro?

«Parce que c'est possible...»

Ma réponse ne l'a pas satisfaite. Allez comprendre. Même si elle était teintée de la sagesse de l'alpiniste George Mallory, qui avait répondu «parce qu'il est là» quand on lui avait demandé pourquoi grimper l'Everest.

J'ai donc décidé de trouver une meilleure réponse. En allant à la rencontre de véritables cyclistes d'hiver... et en embarquant moi-même en selle, ce que je n'avais pas fait depuis un petit moment, pour toutes sortes de bonnes et mauvaises raisons.

***

Quand j'ai commencé à faire du vélo d'hiver, l'expression «vélo d'hiver» n'existait pas. Pas plus que les pneus à clous et les gants à trois doigts.

On était en 1993, j'habitais Québec et je disais «bécik». Une fois à Montréal, j'ai continué de pédaler à l'année, ce qui m'a permis d'observer la lente, mais évidente progression du vélo d'hiver durant les années 2000.

Ce que j'ai d'ailleurs pu vérifier en rembarquant sur ma selle gelée ces derniers jours: les cyclistes ne se saluent plus lorsqu'ils se croisent. Ils ont manifestement trouvé leur place sur les routes enneigées de la métropole, où ils sont maintenant plus de 50 000.

Rapidement, j'ai retrouvé mes repères et mes habitudes. Éviter les rues résidentielles pour ne pas obliger les automobilistes à suivre à 10 km/h (bye bye, Boyer et Saint-André). Prendre plus large en roulant sur les artères pour ne pas être frôlé par les impatients (j'haïs les goulots d'étranglement de Saint-Denis et Papineau). Et prévenir tout geste brusque (quoiqu'avec des pneus à clous, je suis plus en contrôle qu'en auto).

Mais dans le fond, ce n'est pas sorcier. On ajuste simplement sa conduite en hiver. Comme en auto.

***

Je vais vous confier un secret. Le vélo d'hiver est plus simple que ne le pense le commun des navetteurs... mais il est plus compliqué que ce que prétendent les cyclistes à l'année.

Quoi qu'en disent les mordus, c'est du trouble, le vélo d'hiver. Il faut avoir une bécane pour la saison. Il faut accepter de se salir. Il faut posséder quelques vêtements techniques, du genre manteau qui «respire». Et il n'existe pas de selle chauffante.

Mais pour le reste, le vélo d'hiver est à la portée, peut-être pas de tous, mais de la plupart des cyclistes d'été qui se donnent la peine (9% d'entre eux en font à l'année). Surtout qu'en dehors des tempêtes, l'asphalte est sec. Quelques pistes cyclables sont déblayées. Et le CAA dépanne autant les automobilistes que les cyclistes. Vrai de vrai.

Même les banlieusards peuvent enfourcher leur vélo. Pas ceux de la Rive-Sud (aucun lien pour traverser le fleuve à l'heure de pointe), mais ceux de l'est, de l'ouest et de Laval. J'ai d'ailleurs mis à peine 40 minutes pour franchir la distance entre la station Cartier et le Complexe Desjardins.

«Le vélo fournit les mêmes avantages en janvier qu'en juin, précise Magali Bebronne, qui en est à son cinquième hiver à vélo. La liberté, l'autonomie, l'efficacité et même la rapidité. L'hiver, ce n'est pas compliqué, je roule plus vite que les automobilistes.»

«Et pas de problèmes de stationnement, renchérit Julie Patenaude, qui pédale à l'année depuis 15 ans. Le vélo, c'est économique, ça permet de faire son entraînement sans aller au gym, et surtout, c'est tellement agréable...»

***

«Agréable.» Oui, oui. Même à -15 (bon, à -20, ça se discute...).

Le vélo d'hiver, c'est peut-être un peu de trouble. Mais pour aller au-delà du cliché, il faut aussi considérer les avantages.

Enfourcher sa bécane matin et soir, c'est se réconcilier avec sa nordicité. C'est assumer l'hiver plutôt que l'endurer. C'est accepter le vent et la glace plutôt que d'en faire des ennemis. Le froid aussi, mais il est plus exigeant d'attendre le bus immobile que de faire du vélo. Pas pour rien que vous n'avez jamais vu de cycliste en Kanuk.

À vélo, on fait corps avec les éléments, on vit l'hiver plutôt que de s'en protéger. «Quand je suis enfermé à la maison, en auto, en métro, j'ai l'impression de subir l'hiver. À vélo, j'en profite, explique Maxime Denoncourt, qui pédale à l'année depuis quatre ans. Ça met un peu de piquant dans le quotidien, ça rend les déplacements moins «zombies». J'arrive au travail plus réveillé, souriant.»

L'auto est confortable et pratique, on s'entend. Mais n'oublions pas qu'elle doit aussi être déneigée, dégivrée, déprise, stationnée, alimentée en carburant... Pareil avec le vélo: il y a des inconvénients, mais aussi des avantages et un plaisir indéniable à communier avec l'hiver plutôt que d'en souffrir.

Voilà donc ce que je vais répondre à ma blonde... quand le mercure remontera un peu.

Le congrès du vélo d'hiver en 2017?

Montréal a déposé sa candidature pour accueillir en février 2017 le Winter Cycling Congress, qui se tient actuellement aux Pays-Bas. C'est Vélo Québec qui a eu l'idée de tenir cet événement dans la métropole lors de son 375e, une candidature qui a reçu l'appui de Denis Coderre. Le maire sera d'ailleurs à l'événement Vélo sous zéro, ce dimanche vers 10h, pour donner le coup d'envoi au parc La Fontaine. Un millier d'adeptes du vélo d'hiver rouleront sur une distance de 15 km. Cette initiative, comme celle de la candidature, ont pour but d'inciter les Montréalais à embrasser le vélo à l'année. Le choix du lieu du congrès 2017 sera connu au mois de mai prochain.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer