| Commenter Commentaires (40)

Se tirer dans le pied

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'était le lancement du dernier Assassin's Creed, hier. Un lancement attendu par des millions de gamers dans le monde qui sont, au moment où vous lisez ces lignes, scotchés à leur console.

En soi, la sortie de ce jeu vidéo m'indiffère totalement. Je préfère regarder de la peinture sécher que de me brancher à une console, pour tout vous dire.

Mais ça ne m'empêche pas de reconnaître l'importance du moment, qu'on devrait célébrer autant qu'un nouveau spectacle du Cirque du Soleil à Las Vegas.

Assassin's Creed, c'est la plus importante franchise du géant Ubisoft. C'est un jeu qui s'est vendu à 77 millions d'exemplaires. Et c'est surtout un jeu développé à Montréal.

Car Montréal est le «studio lead» de la franchise. Montréal abrite le plus grand studio de développement de jeu vidéo de la planète. Montréal est le troisième pôle mondial de cette industrie convoitée.

La métropole devrait donc se réjouir de ce succès... dans lequel le gouvernement Couillard vient pourtant de mettre la hache.

***

Vous en connaissez beaucoup, des prouesses québécoises qui attirent l'attention partout dans le monde? Des réussites éclatantes, fruit de politiques publiques visionnaires, qui donnent envie à de nombreux pays de nous visiter pour mieux nous copier?

Pas moi.

L'industrie des jeux vidéo, c'est exactement cela. Une création née de l'audace d'un gouvernement qui, en 1997, a créé de généreux incitatifs fiscaux dans l'espoir d'attirer Ubisoft et se tailler une place dans une industrie en plein essor.

Et pourquoi pas? Il s'agit d'un secteur d'avenir qui mise sur l'innovation et la créativité, qui attire les créatifs, scolarisés, épris d'urbanité que courtisent les grandes villes de la planète.

Eh bien, le pari de Bernard Landry, il a réussi. Et pas qu'un peu.

Sur 10 ans, l'emploi dans le secteur a bondi de 648%. Ce qui fait aujourd'hui de Montréal l'une des plaques tournantes de l'industrie.

Pour s'en convaincre, il suffit de lire les journaux français. On s'y arrache les cheveux en racontant ce qui se fait ici. La majorité des dirigeants de cette industrie naguère florissante se disent même «pessimistes ou très pessimistes».

«Un manque de confiance qui pousse nombre d'entreprises à créer des filiales au Canada», a déclaré le président du Syndicat national des jeux vidéo. Les studios français doivent être plus compétitifs que les studios nord-américains, a renchéri Axelle Lemaire, la secrétaire d'État au Numérique, une députée ayant grandi, ironiquement, au Québec.

La France est donc dans tous ses états. Elle a perdu la moitié de son industrie ces dernières années. Elle ne développe plus de grands jeux comme Assassin's Creed, même quand l'action se déroule... en pleine Révolution française.

***

Mais peu importe cette réussite. Peu importe l'envie qu'elle suscite. Le gouvernement Couillard a décidé d'éliminer les crédits d'impôt à l'industrie, de 20%, comme pour tous les autres incitatifs, comme si tout se valait.

Un curieux message envoyé à une industrie extrêmement mobile, vivant de projet en projet, capable de s'envoler du jour au lendemain...

Et après, le ministre Robert Poëti ose s'asseoir aux côtés de Denis Coderre et Raymond Bachand, comme il l'a fait lundi, pour rappeler l'importance économique de la métropole pour le Québec!

«Il ne faut pas que ce soit juste une belle phrase, il faut que des gestes soient posés pour Montréal, il faut lui donner les moyens», a même dit le représentant d'un gouvernement qui, pourtant, vient de réduire les budgets de Montréal de 75 millions, balayer le projet de SLR, éliminer les subventions à l'habitation... et plomber l'une de ses industries les plus performantes.

***

Pas sorcier, le modèle appliqué aux jeux vidéo est celui par lequel passera le salut de la métropole. Québec doit choisir des créneaux d'excellence, les encourager puis les soutenir.

Avouons-le, la métropole n'est pas, comme l'admet Montréal international, une destination économique incontournable. Le climat, la géographie, la situation politique, la langue sont autant de facteurs qui n'en font pas une rivale naturelle de Chicago, disons.

Et c'est justement parce que Montréal ne s'impose pas d'elle-même qu'elle doit s'imposer. En mettant de l'avant ses coûts d'exploitation, son bilinguisme, sa main-d'oeuvre... et ses incitatifs fiscaux.

À quoi peut bien servir l'équilibre budgétaire, si d'aventure on perd nos rares champions économiques? (Précision: Ubisoft a beau avoir droit à un sursis jusqu'en 2019, ce qui est en jeu, ce n'est pas une entreprise, c'est la survie d'une industrie.)

Et c'est bien ce qui risque d'arriver. Car en réduisant son crédit d'impôt de 37,5% à 30%, le Québec vient de laisser le champ libre à tous les États qui se font aussi sinon plus généreux, comme la Géorgie, le Texas, le Michigan et, surtout, l'Ontario. Pas pour rien que depuis quelques mois, la voisine fait mousser son crédit d'impôt de 40% auprès des joueurs installés à Montréal...

Et après on se demandera pourquoi la métropole compte si peu de succès, applaudissant le Cirque du Soleil à Vegas comme si c'était le seul.

Pour joindre notre chroniqueur: fcardinal@lapresse.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer