Invasion barbare

Des syndiqués municipaux ont dérapé, hier soir, en forçant leur entrée au... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des syndiqués municipaux ont dérapé, lundi soir, en forçant leur entrée au conseil municipal. Des détritus ont été lancés. Des chaises ont été renversées. De l'eau a été versée sur des ordinateurs. Des élus ont été intimidés. Des agents de sécurité ont été rudoyés. Le tout sous le regard impassible de dizaines de policiers.

Le geste était inacceptable et l'aveu de faiblesse, criant.

Le pire, c'est qu'à la veille de la commission parlementaire sur le projet de loi 3, les syndicats pouvaient se féliciter d'avoir mené un travail de communication plutôt impressionnant pour convaincre la population. Mis à part le feu allumé devant l'hôtel de ville en juin dernier, ils avaient réussi à contenir suffisamment leurs moyens de pression, jusqu'ici, pour ne pas occulter leurs arguments.

» Réagissez et commentez sur le blogue de François Cardinal

Bien sûr, il était douteux que certains policiers se déguisent en Bozo, tout comme il était déplorable qu'ils aspergent leurs véhicules de fonction de boue. Mais avouons-le, cela, jusqu'à preuve du contraire, ne nuisait ni à leur travail ni à leur message. Ils méritaient tout au plus les quolibets, pas les insultes.

D'ailleurs, en lisant mon collègue Vincent Brousseau-Pouliot, samedi, je me disais que les policiers français exagéraient un petit peu en qualifiant de « voyous » leurs confrères de la belle province pour leur méthode musclée.

Plus maintenant.

Je pensais aussi que Caroline Dufour, cette sergente enquêteuse de la Sûreté du Québec qui a publié une lettre aux lecteurs dans La Presse le même jour, charriait en évoquant une escalade des moyens de pression qui rappelait les plus sombres époques : vandalisme, introduction par effraction, cocktail Molotov, etc.

Plus maintenant.

Certes, tout porte à croire que ce sont des pompiers et non des policiers qui ont agi de la sorte, lundi soir : il n'y avait dans la salle du conseil que des hommes, bien baraqués, certains munis de casques de pompiers, d'autres déchirant des pages de la convention collective des pompiers.

Mais les policiers sont néanmoins à blâmer, tout autant sinon plus. Les dizaines d'agents qui étaient sur place sont en effet restés les bras croisés, permettant ainsi aux manifestants de pénétrer dans l'antre de la démocratie qu'est l'hôtel de ville et de brasser les élus, ni plus ni moins.

Des étudiants ont été gazés pour moins.

En faisant du « profilage à l'envers », c'est-à-dire en permettant à une classe de manifestants ce qu'elle empêcherait à d'autres, les policiers ont ainsi laissé les intrus s'en prendre physiquement à leurs confrères chargés de la sécurité de l'hôtel de ville et même, au porte-parole de Projet Montréal, Marc-André Gadoury.

Déjà qu'il n'est pas facile de rallier l'opinion publique avec une rémunération dont ne peuvent même pas rêver la majorité des salariés, les syndicats ont ligué une bonne majorité des citoyens et des élus contre une cause qui apparaît de plus en plus désespérée.

Rarement aura-t-on vu un groupe saboter aussi rapidement le rapport de force qu'il avait réussi à gagner. Non seulement le premier ministre Couillard a-t-il gagné bien des points dans l'opinion publique avec ce geste disgracieux, augmentant du coup la légitimité de son projet de loi sur les régimes de retraite, mais le maire Coderre s'est trouvé un allié qui sera maintenant indéfectible. Les événements de lundi soir ont non seulement poussé Richard Bergeron à donner son appui au maire, ils ont aussi poussé les deux adversaires dans les bras l'un de l'autre.

En un mot, les syndicats ont perdu le restant de sympathie qui pouvait leur rester.

 




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer