De sérieuses lacunes à l'ENAP

L'ENAP, vous connaissez? C'est l'École nationale d'administration publique,... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

L'ENAP, vous connaissez? C'est l'École nationale d'administration publique, l'université qui apprend aux étudiants à gérer les fonds publics. Leur formation est cruciale par les temps qui courent, n'est-ce pas?

Or, cette université souffre justement de sérieuses lacunes dans la formation des étudiants. Deux rapports internes mettent en lumière des problèmes préoccupants dans cette institution, que fréquentent exclusivement les étudiants de maîtrise et de doctorat. Il y est notamment question du taux de diplomation anémique au doctorat, de l'encadrement déficient des étudiants et des cours trop faciles à la maîtrise.

Ces renseignements sur l'ENAP m'ont été transmis à la suite de mes récentes chroniques sur les universités, notamment celle où un professeur dénonçait l'inefficacité de plusieurs collègues, entre autres à l'UQAM. L'ENAP est l'une des 10 composantes de l'Université du Québec, comme l'UQAM.

Le premier rapport sur l'ENAP, qui porte sur les études de troisième cycle (doctorat), n'est guère réjouissant. Les auteurs constatent que le taux de réussite au doctorat est «très faible», soit 16,4% contre 37% dans le réseau de l'Université du Québec. Et encore, ce taux de 37% est déjà très bas lorsque comparé à celui des principales universités canadiennes, dont le taux de réussite au doctorat atteint 70,6%.

De plus, note le rapport publié en novembre 2013, ceux qui obtiennent un doctorat prennent un temps fou pour y parvenir, soit près de 8 ans (90,8 mois). «En résumé, outre le taux de diplômés qui est très faible en soi, la durée moyenne entre l'inscription et la diplomation est énorme», écrit le comité d'auto-évaluation, formé de cinq membres provenant de la direction, du corps professoral et du milieu étudiant.

Des «améliorations impératives» demandées

Le rapport conclut que les programmes «doivent faire l'objet d'importantes réflexions pour s'assurer de leur sérieux, de leur crédibilité et de leur pérennité» en ce qui concerne leur structure et leur adéquation avec l'externe. De plus, des «améliorations impératives» doivent être apportées à l'encadrement des étudiants et «une réflexion profonde» doit être faite sur les bases méthodologiques qu'ils doivent acquérir.

On y note que l'intégration des étudiants aux équipes de recherche de l'ENAP est déterminante. Or, selon d'autres sources de renseignement, le volume de recherche mené par le corps professoral semble plutôt faible, ce qui limite les possibilités d'intégration des étudiants à la recherche.

À l'interne, un professeur constate que l'essentiel de la recherche est effectué par une douzaine de professeurs dynamiques de l'ENAP, qui compte 40 professeurs réguliers (ce qui exclut les 104 chargés de cours et les profs invités).

L'an dernier, les profs ont obtenu 669 000$ de subventions provenant des «grands conseils», définis comme les principaux organismes provinciaux et fédéraux de recherche (CRSH, FRQSC, IRSC, etc.). Ces subventions équivalent à 13 653$ par professeur, ce qui est deux fois moins que la moyenne du réseau de l'Université du Québec. Sur les 10 membres du réseau, seule TELUQ (Télé-université) et l'Université du Québec en Outaouais font moins bien, ai-je pu constater dans le rapport annuel de l'Université du Québec.

«La situation s'est améliorée depuis trois ans, mais il reste que l'ENAP n'a pas une grande culture de recherche», me dit un prof, selon qui la direction s'en est plainte aux professeurs. La recherche, précisons-le, constitue environ 40% de la tâche normale d'un professeur, contre 40% pour l'enseignement et 20% pour le service à la collectivité.

Trop facile, la maîtrise

Le deuxième rapport, celui sur le programme de maîtrise, soumis en janvier 2014, soulève aussi des questions sérieuses. L'une des problématiques est le faible niveau d'exigences des professeurs. Le rapport recommande d'ailleurs d'obliger ces derniers à fixer des exigences minimales de travail (volume de lecture, présence aux cours, etc.).

Fait rare, les étudiants se plaignent d'un système de notation trop généreux, qui ne les incite pas à se dépasser, ce qu'ils appellent la «culture du A à l'ENAP». De fait, les deux tiers des étudiants obtiennent des notes supérieurs à A- dans leurs cours, constate le rapport. Les étudiants craignent que cette culture nuise à la réputation de leur diplôme. «Les étudiants consultés s'entendaient pour dire que les cours devraient être plus difficiles et que les résultats des examens devraient être moins homogènes», est-il écrit dans le rapport.

Autre problème soulevé: l'encadrement des étudiants. Il est recommandé d'exiger des professeurs qu'ils aient des heures de disponibilité minimales et précises pour rencontrer les étudiants. Le rapport propose aussi d'inciter un plus grand nombre de professeurs à encadrer les stages des étudiants (la maîtrise avec stage est la plus choyée par les étudiants).

Bref, la situation n'apparaît pas reluisante. Je ne suis pas un expert des programmes universitaires ni du fonctionnement de ces institutions, mais je trouve que ces constats sont troublants. Pas vous?




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer