Pauvre identité...

« Nous approchons des quatre élections partielles et les... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

« Nous approchons des quatre élections partielles et les deux partis qui croient pouvoir attirer le vote des francophones plus craintifs se sont lancés dans une surenchère », explique Alain Dubuc.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Dubuc
La Presse

Quel est le problème le plus pressant au Québec ? La priorité à laquelle il doit s'attaquer avec la plus grande urgence ? Le sort des personnes âgées ? L'avenir économique ? La qualité de nos écoles ? À suivre l'actualité depuis quelques jours, on a plutôt l'impression que c'est de savoir ce qu'on fera le jour où une femme portant un tchador décrochera un emploi dans la fonction publique.

Si ce débat a refait surface cette semaine, c'est qu'il y a un parfum de 450 et de 819 dans l'air. Nous approchons à grands pas des quatre élections partielles du 5 décembre, et les deux partis qui croient pouvoir attirer le vote des francophones plus craintifs se sont lancés dans une surenchère.

La CAQ, dans une publicité franchement nauséabonde, illustrée d'une photo de femme voilée, a accusé le PQ d'être en faveur du tchador dans nos écoles, comme le PLQ. Le chef du PQ, Jean-François Lisée, a répliqué en rendant publique la nouvelle politique de son parti « en matière d'identité », un durcissement qui mène à l'interdiction des signes religieux dans les écoles et les garderies et à l'interdiction du tchador partout dans la fonction publique.

Est-il nécessaire de dire qu'un contexte électoral n'est pas le lieu idéal pour résoudre une question délicate qui exige du recul et un climat de sérénité ?

Il est vrai que nous n'en serions pas là si le gouvernement Charest avait agi en appliquant les recommandations de la commission Bouchard-Taylor, et si le gouvernement Couillard n'avait pas été si impotent dans ce débat. Mais ça revient aussi à reprocher aux libéraux de ne pas avoir installé des garde-fous pour empêcher caquistes et péquistes de déraper !

Je ne veux pas du tout dire que le fait de s'inquiéter du port du hidjab, et à plus forte raison de ses versions plus « hard », constitue un dérapage. Cela suscite un malaise réel et des inquiétudes légitimes. Il y a des arguments pour souhaiter leur interdiction, avec lesquels je ne suis pas d'accord, mais que je respecte. 

Dans le cas de la CAQ, le dérapage est plutôt dans le traitement démagogique. Dans le cas du PQ, le dérapage vient du fait que l'on inscrit ces interdictions dans une politique d'identité.

Si on se souvient bien, quand la commission Bouchard-Taylor recommandait l'interdiction du port des insignes religieux pour trois professions - les juges, les policiers et les gardiens de prison -, on invoquait la nécessaire neutralité de l'État dans l'exercice de l'autorité. Il n'y avait pas de référence identitaire.

Mais c'est au nom de l'identité que le PQ veut maintenant élargir cette interdiction aux écoles et garderies. Le PQ, dans la présentation de sa politique, va jusqu'à citer René Lévesque, qui qualifiait l'identité de « différence vitale » du Québec. Dans mon esprit et dans celui de bien d'autres, cette différence vitale tenait essentiellement à la langue, à la culture, à des institutions propres, à une obligation de défendre cette différence et de la promouvoir.

Quels sont les éléments identitaires pouvant s'inscrire dans cette « différence vitale » que l'on pourrait évoquer dans le débat sur le voile ? L'égalité des hommes et des femmes ? Un principe de la Déclaration universelle des droits de l'homme, partagée par toutes les sociétés avancées, qui ne comporte aucune spécificité québécoise.

La laïcité et la neutralité de l'État ? Les Québécois s'en fichent, sinon pour garder un mauvais souvenir de la domination de l'Église tout en restant attachés au crucifix de l'Assemblée nationale.

Par exemple, dans l'essai Le Code Québec - les sept différences qui font de nous un peuple unique au monde, on ne trouve rien sur la laïcité, sauf pour souligner que les Québécois, même s'ils pratiquent moins, sont plus nombreux que les autres Canadiens à s'identifier à une religion.

C'est quoi alors le lien avec l'identité ? Si je m'inspire encore du portrait du Québec que fait cet excellent livre, on trouverait deux choses. D'abord, la méfiance : « Autant les Québécois sont les plus tolérants quant à la plupart des sujets, autant ils sont plus méfiants quant aux questions d'immigration. Les Québécois se méfient des autres religions et du multiculturalisme. » Ensuite, la culture de perdant qui fait que « ces facteurs d'accommodement contribuent au sentiment de victimisation ressenti par une majorité des Québécois ».

Je comprends le réflexe du PQ, et aussi de la CAQ, de vouloir miser sur des thèmes identitaires, puisque la souveraineté ne peut pas être le véhicule d'une démarche commune. La culture québécoise prise dans son sens large comporte des éléments d'une grande richesse qui peuvent servir de socle.

Mais ce n'est pas cette identité-là à laquelle fait appel le débat sur les symboles religieux. Il repose davantage sur les peurs qui caractérisaient l'identité québécoise d'autrefois, que l'on transpose de façon opportuniste à des défis modernes. Il nous ramène au nationalisme défensif dont nous croyions nous être affranchis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer