Le mystère de Montréal

« La performance économique décevante de Montréal montre qu'elle... (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

« La performance économique décevante de Montréal montre qu'elle est incapable de transformer ses atouts en résultats, comme un niveau de vie adéquat ou de bons emplois en quantité suffisante », écrit Alain Dubuc.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Dubuc
La Presse

Je ne sais combien de fois j'ai écrit sur le paradoxe de Montréal. D'un côté, la métropole peut compter sur de remarquables avantages, notamment son réseau d'universités, ses secteurs très performants, comme l'aéronautique, ses grands succès du côté de la nouvelle économie, ses attraits socioculturels. Mais de l'autre, sa performance économique décevante montre qu'elle est incapable de transformer ses atouts en résultats, comme un niveau de vie adéquat ou de bons emplois en quantité suffisante.

C'est à ce paradoxe que l'Organisation de coopération et de développement économiques a choisi de s'attaquer. Plus tôt cette semaine, le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria, avec le maire Denis Coderre à ses côtés, a dévoilé une étude dont le titre, Montréal, métropole de talent, aurait tout aussi bien pu être Montréal, métropole de talents... gaspillés.

Ce rapport part de constats que l'on connaît hélas trop bien sur le dynamisme économique insuffisant de la métropole. Il compare Montréal avec 18 autres métropoles qui partagent des caractéristiques communes, comme Barcelone, Lyon, Manchester, Boston, Francfort, Dublin, Stockholm ou Toronto. Le résultat ? Montréal se classe 18e sur 19 pour son produit intérieur brut (PIB) par habitant, 18e sur 19 aussi pour la productivité.

L'étude note également que le taux de chômage de la métropole est plus élevé que celui de la province, une anomalie pour ce qui devrait être une locomotive.

Mais pourquoi ? Et que faire pour renverser la tendance ? L'étude a été produite dans le cadre d'un programme de recherche de l'OCDE intitulé LEED, l'acronyme anglais pour Développement économique et de l'emploi local, spécialisé dans les analyses socioéconomiques locales, qui privilégie des interventions ciblées plutôt que de grandes solutions macroéconomiques.

« Le plan que nous suggérons, m'a écrit le patron du LEED, le Québécois Sylvain Giguère, vise à amener la région métropolitaine dans un équilibre à haut niveau de compétence et de productivité pour créer plus d'emplois et de meilleure qualité dans des entreprises plus productives. »

Les chercheurs de l'OCDE utilisent une grille pour évaluer d'une part le niveau de compétences d'une métropole et d'autre part l'utilisation de ces compétences par les entreprises. L'offre et la demande. Elle montre que Montréal est en situation d'équilibre, mais de la mauvaise façon :  le niveau de compétences, mesuré par la diplomation, n'est pas très élevé, mais le besoin pour les compétences non plus, comme on le voit par exemple par le phénomène de la surqualification de trop nombreux employés.

Bien sûr, il y a des secteurs très performants avec des emplois de qualité, mais ils sont un des deux pôles de ce qui est une économie à deux vitesses, l'autre étant le secteur des services avec de nombreux emplois qui demandent peu de qualifications, comme dans le commerce et les soins de santé. Cela tient en bonne partie, selon l'OCDE, à « la présence au sein du tissu économique d'une majorité de très petites entreprises peu innovantes et tournées vers le marché local ».

Pour faire de Montréal une ville à haute compétence, il faut travailler les deux côtés de l'équation. Améliorer les compétences en s'occupant du décrochage, le pire au Canada, de la formation de la main-d'oeuvre, augmenter la diplomation universitaire où Montréal, à 29,6 %, malgré des progrès, est toujours bien derrière Toronto (36,7 %) et Vancouver (34,1 %), mieux intégrer les immigrants qui chôment plus qu'ailleurs au Canada. Mais cela ne donnera rien s'il n'y a pas de besoins pour ces talents, et il faut donc travailler sur l'innovation et surtout sur le soutien aux PME pour qu'elles deviennent plus performantes.

Notons que tous ces problèmes ne sont pas spécifiques à Montréal. Ce sont des problèmes québécois. Mais ils ont un impact plus marqué dans la métropole en l'empêchant de jouer son rôle de locomotive et en la désavantageant par rapport aux villes avec qui elle est en concurrence. Toutefois, ce que propose ce rapport, c'est de se concentrer sur des solutions montréalaises.

Il y a un dénominateur commun aux obstacles qui empêchent Montréal de réaliser son plein potentiel. On peut les résumer par deux mots : rigidité et cloisonnement.

Par exemple, des politiques nationales en éducation ou en formation qui manquent de souplesse pour répondre aux besoins locaux, ou encore une absence de cohérence dans un univers en silos où le monde de l'éducation ne parle pas à celui des entreprises, les universités ne parlent pas aux cégeps ou aux PME, où l'aide aux entreprises est balkanisée.

S'il y a un message qui ressort de ce rapport, c'est l'importance de travailler ensemble. Et pour y parvenir, l'OCDE favorise très clairement un rôle accru pour Montréal, avec le statut de métropole qui fait l'objet de discussions entre l'administration Coderre et le gouvernement Couillard qui « pourrait favoriser l'établissement d'un cadre intégré impliquant ces acteurs autour d'une stratégie commune. Celle-ci pourra se décliner en une série d'actions concrètes et coordonnées agissant à la fois sur le développement économique, l'innovation, l'éducation et la formation technique et professionnelle, le marché du travail et l'immigration ».

Cela explique sans doute pourquoi le maire Coderre a accueilli si favorablement un diagnostic pourtant très dur pour sa ville, parce qu'il obtient un appui de taille à sa cause et que le rapport fait des références élogieuses à son « leadership fort ».

Mais c'est là qu'on voit qu'un statut de métropole n'est pas seulement un cadeau. Plus de pouvoirs, c'est aussi un énorme défi. Cela amènera la ville à devenir le maître d'oeuvre d'une stratégie économique et à naviguer en eaux inconnues.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer