Le gros prix du Grand Prix

Une étude rendue publique il y a une... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Une étude rendue publique il y a une semaine révèle que les retombées du Grand Prix sont de 42 millions, explique Alain Dubuc.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Dubuc
La Presse

Depuis des années, le gouvernement du Québec évaluait les retombées économiques du Grand Prix à 89 millions. Mais une étude plus poussée rendue publique il y a une semaine a révélé qu'elles sont plutôt de 42 millions. Deux fois moins.

On doit se réjouir du fait qu'on a finalement décidé de mesurer les retombées plus sérieusement. Mieux vaut tard que jamais. L'étude applique une méthodologie que le gouvernement voudrait étendre aux autres événements. Elle repose d'abord sur des sondages auprès des spectateurs pour savoir d'où ils viennent, pourquoi ils sont là et combien ils ont dépensé.

On utilise ensuite des critères restrictifs pour ne garder que les spectateurs provenant de l'extérieur de la grande zone de Montréal, et seulement ceux qui sont venus principalement pour la F1. On mesure ensuite l'effet sur le PIB de leurs dépenses, ainsi que celles des participants - l'organisation, les écuries, les officiels.

Maintenant qu'on a un chiffre plausible, la question qui se pose reste la même. Est-ce que ça vaut la peine de dépenser 18,6 millions en fonds publics, chaque année, pour 42 millions d'activité économique ? Personnellement, même quand on parlait de retombées de 89 millions, je n'étais pas vraiment convaincu que ça valait le coup. À 42 millions, je le suis encore moins. Mais tout dépend du point de vue où on se place.

Pour l'industrie touristique, ça vaut évidemment la peine. Le Grand Prix est l'événement touristique le plus important au Canada.

Il attire 93 000 spectateurs dont plus de la moitié, 52 %, proviennent de l'extérieur du Québec. Le Grand Prix de Montréal fait grimper le taux d'occupation des hôtels et le prix des chambres, et augmente le chiffre d'affaires des restaurants.

Pour Montréal, le Grand Prix est un événement de prestige, qui donne de façon spectaculaire le coup d'envoi de la saison des festivals, qui sont la marque de commerce de la métropole. Mais la Formule 1 est un sport en perte de vitesse. Un sport qui carbure au kérosène pour une ville qui se veut verte. Un sport dont le patron, le milliardaire Bernie Ecclestone, incarne de façon caricaturale la richesse clinquante et la culture des paradis fiscaux.

Mais, dit-on souvent, Montréal profite d'une belle visibilité avec les 350 millions de téléspectateurs du Grand Prix. Ce n'est pas très convaincant. Les villes qui accueillent ces courses automobiles ne constituent pas un club sélect ; un Grand Prix, ça ne se mérite pas, ça s'achète. Montréal a donc la même visibilité que des dictatures pétrolières comme Abou Dhabi, des villes mineures comme Spielberg en Autriche ou Francorchamps en Belgique, des pays qui veulent se faire un nom, comme l'Azerbaïdjan.

Pour les finances publiques, ce n'est pas une dépense exorbitante, parce que la subvention est en partie compensée par des rentrées fiscales. À cela s'ajoutent des redevances de 4 millions que se partagent les organismes subventionnaires. Le coût net en fonds publics est de 6,3 millions. Mais il faudra ajouter les 32 millions d'investissements qu'exige M. Ecclestone.

Sur le plan purement économique, c'est beaucoup moins évident. Selon moi, les retombées sont moins importantes que dit l'étude, en raison de la nature du Grand Prix. La subvention n'est pas versée aux organisateurs qui l'injectent dans l'économie. Le chèque est versé à l'entreprise de Bernie Ecclestone, en Grande-Bretagne ou dans un paradis fiscal. L'argent quitte le Québec. Cette sortie de fonds a un impact économique négatif et réduit les retombées d'autant, ce qui les ramènerait à 23,4 millions.

Mais dépenser 18,6 millions de fonds publics pour obtenir des retombées de 42 millions, ce n'est pas impressionnant. Ce n'est pas un gros effet levier. On peut l'illustrer de la façon suivante. L'étude estime que le Grand Prix permet la création de 640 emplois ; 18,6 millions pour 640 emplois, ça donne 28 125 $ pour chaque emploi créé, une somme qu'il faut reverser chaque année et qui est en fait supérieure aux salaires versés dans le secteur touristique !

Et si l'apport économique de l'industrie touristique tient au fait qu'elle attire des étrangers qui injectent de l'argent frais au Québec, cela reste un secteur à faible productivité et à faible valeur ajoutée. Essentiellement, la subvention au Grand Prix sert à augmenter le taux d'occupation des hôtels et les restaurants.

C'est d'autant plus vrai que le Grand Prix a peu d'effets structurants. Plusieurs grands événements - les Francofolies, le Festival de Jazz, Juste pour rire - ont permis au Québec de développer un véritable savoir-faire et même de créer une industrie. Pas le Grand Prix qui, comme un cirque ambulant, se pose quelques jours ici pour repartir ailleurs sans rien laisser de son know-how et de sa technologie. Voilà pourquoi je ne suis pas très enthousiaste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer