Bienvenue en Absurdistan

L'Hôpital général juif a réussi à réduire considérablement... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'Hôpital général juif a réussi à réduire considérablement le temps d'attente pour voir un médecin aux urgences.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Dubuc
La Presse

Mardi dernier, il y avait, dans La Presse, une nouvelle qui pouvait être réjouissante, chose assez rare ces jours-ci, d'autant plus qu'elle portait sur le monde de la santé.

Cette nouvelle, sous la plume de ma collègue Ariane Lacoursière, c'était que l'Hôpital général juif, en faisant quelque chose qu'aucun autre hôpital ne faisait, confier à un médecin la responsabilité du triage, a réussi à réduire considérablement le temps d'attente pour voir un médecin aux urgences et à y réduire la durée des séjours.

C'est fantastique, non ? Mais vous oubliez que nous sommes au Québec, ou plutôt en Absurdistan, avec son système de santé unique où une bonne nouvelle se transforme en mauvaise nouvelle.

Le problème, c'est que l'hôpital, en raison de ses temps d'attente courts, est devenu populaire. On s'est passé le mot : plein de gens l'ont choisi parce qu'on y attend moins longtemps qu'ailleurs, tant et si bien qu'il y a beaucoup plus de gens dans ses urgences, de 250 à 300 par jour, dont la moitié ne provient pas de son bassin naturel de desserte.

Peut-être que vous ne voyez toujours pas le problème. En principe, avoir du succès, être populaire, attirer plus de clients, c'est une bonne chose. Ce l'est même dans le monde de la santé, du moins dans la plupart des pays industrialisés.

Mais pas au Québec où, pour reprendre le jargon du milieu, l'argent ne suit pas le patient. Quand vous allez voir votre médecin, avec votre carte soleil, celui-ci est payé par la RAMQ pour les actes qu'il pose (et parfois de votre poche avec des frais accessoires !). À l'hôpital, ça ne marche pas comme ça. Le gouvernement ne finance pas l'hôpital en fonction du nombre d'actes qu'on y pose ou du nombre de patients qu'il reçoit. Le financement est établi sur une base historique, selon la taille, le nombre de lits, avec des mécanismes d'indexation annuels.

Résultat : si un hôpital a des patients additionnels, il ne reçoit pas un sou de plus. Cela a des conséquences perverses, en décourageant l'innovation, la recherche de meilleures performances, les efforts pour faire plus avec les ressources existantes. Le cas de l'Hôpital général juif, qui a des problèmes financiers parce qu'il est victime de son succès, illustre de façon très claire l'absurdité d'un système où un hôpital peut être pénalisé parce qu'il fait bien son travail. La recette parfaite pour ne pas bouger.

C'est un gros problème, assez abstrait, dont j'ai parlé souvent dans mes chroniques depuis une dizaine d'années pour vanter les vertus d'une autre approche : le financement à l'activité, prônée par de nombreux spécialistes. Cette approche s'est généralisée depuis plus d'une décennie dans la plupart des pays industrialisés. Selon les données de l'Institut économique de Montréal, le financement à l'activité compte pour 40 % du financement des hôpitaux en Norvège, 55 % en Suède, 70 % au Royaume-Uni, 80 % en France, 80 % en Allemagne, 84 % aux Pays-Bas, mais 9 % au Canada et encore moins au Québec. L'Absurdistan pourrait aussi s'appeler le Rétrogradistan.

Pourquoi ce retard ? Philippe Couillard, alors ministre de la Santé, y travaillait déjà, en 2008, lorsqu'il a quitté le gouvernement Charest. Ses successeurs, ainsi que le ministère de la Santé, ont tout fait pour bloquer cette réforme. Yves Bolduc parce qu'il n'avait pas de propension intellectuelle pour des réformes compliquées, et ensuite Réjean Hébert du gouvernement Marois pour des raisons idéologiques. C'est d'ailleurs le ministère des Finances qui a soutenu le projet en mandatant un groupe d'experts sous la direction de Wendy Thomson, une universitaire montréalaise qui a joué un rôle important dans la réforme britannique. Elle a remis son rapport, Pour que l'argent suive le patient, il y a un peu plus de deux ans.

Et c'est l'actuel ministre de la Santé, Gaétan Barrette, qui a enfin amorcé le processus en février dernier dans ce que j'ai qualifié de « troisième réforme Barrette ». Mais cela ne changera pas grand-chose aux problèmes de l'Hôpital général juif, parce que ça va prendre du temps avant que cette réforme soit mise en oeuvre. Entre autres, parce qu'on manque d'outils - comment financer à l'acte si on n'a pas la moindre idée de ce que coûtent les actes posés dans les hôpitaux ?

Ce qui n'aide pas l'hôpital, c'est qu'en plus, l'Absurdistan est aussi le Burocratistan. Le ministre Barrette est peut-être bouillant, mais il a renforcé la logique bureaucratique et la centralisation du ministère qu'il dirige.

Le ministre a donc félicité le Jewish, affirmé que c'était un « modèle » pour les autres établissements, en ajoutant qu'il ne pouvait rien faire pour l'aider. « Puisque nous sommes dans un mode de financement global, ils ne peuvent pas réclamer du financement additionnel, car ils sont déficitaires » a-t-il expliqué, comme si c'était la chose la plus logique du monde. Selon les normes du ministère, parce que l'hôpital a été déficitaire et qu'il est maintenant en période de redressement, il n'a pas droit à du financement additionnel.

Une logique qui débouche tout droit sur deux illogismes. D'abord, qu'un hôpital en redressement doit soigneusement éviter de faire mieux. Ensuite, que pour éviter de s'enfoncer davantage, l'Hôpital général juif devrait sans doute s'arranger pour allonger les délais d'attente à ses urgences, pour que les patients finissent par se tanner et aillent attendre ailleurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer