Marcher sur des oeufs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Dubuc

Collaboration spéciale

La Presse

Il y a des dossiers où le débat éclairé est à peu près impossible. C'est le cas de l'immigration. Parce qu'on marche sur des oeufs et qu'on a peur de basculer dans l'intolérance, on a tendance à se cantonner dans les voeux pieux et les déclarations généreuses.

La ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Kathleen Weil, a dévoilé une nouvelle politique de l'immigration avec plusieurs idées très intéressantes, mais assez vague, beaucoup de mots et peu de détails. Dans le sillage de cette politique, le gouvernement Couillard veut augmenter de 50 000 à 60 000 le nombre d'immigrants qu'accueille le Québec chaque année. Ce n'est pas rien ; 20 % de plus pour une des sociétés où le taux d'immigration est déjà l'un des plus élevés de la planète.

Mais malheur à ceux qui voudraient intervenir. François Legault, chef de la CAQ, qui croit que les cours de français et sur les valeurs québécoises devraient être obligatoires, comme ça se fait ailleurs, s'est fait accuser par le premier ministre Philippe Couillard de souffler sur les « braises de l'intolérance ». Fin du débat. Et pourtant, il y a des choses à débattre.

La politique de l'immigration repose sur une grille essentiellement économique, pour contrer la baisse de la population en âge de travailler, les 20-64 ans, qui a déjà commencé au Québec. D'ici 2031, la baisse de ce bassin aura atteint 180 000 personnes. Cela a un impact. Des pénuries dans certaines industries et dans certaines régions, un taux de croissance économique plus bas, un niveau de vie plus bas. L'augmentation du seuil d'immigration réduirait cette baisse à 80 000.

Tout cela est exact, mais incomplet. Car le Québec dispose d'autres outils pour contrer cette baisse du bassin de travailleurs. Par exemple, s'attaquer à l'émigration nette de 13 000 Québécois par année vers le reste du Canada. Ou encore augmenter le taux d'activité des Québécois de 55 ans et plus, nettement plus bas qu'ailleurs au Canada en raison des retraites anticipées.

Mais surtout, le Québec ne réussit pas à bien intégrer les nouveaux venus au marché du travail.

En 2015, le taux de chômage de la population native était de 7 % au Québec. Il était de 18 % pour les immigrants arrivés depuis moins de cinq ans - 24,5 % pour les femmes et 13 % pour les hommes.

Il était encore très élevé, 11,4 %, pour ceux qui étaient arrivés depuis 5 à 10 ans. Un écart entre les nouveaux venus et la population d'accueil est inévitable. Mais il est plus grand au Québec qu'ailleurs au Canada. Pour le groupe des 25-54 ans, au pays depuis moins de cinq ans, le taux d'emploi est de 57,9 % au Québec et de 66,1 % au Canada.

Cela soulève plusieurs questions. Si nous ouvrons nos portes parce que nous manquons de travailleurs et que ces travailleurs ne travaillent pas, ça ne donne pas grand-chose. Et si ces nouveaux venus n'ont pas d'emploi, pendant un certain temps du moins, ils constituent plus un poids économique qu'un apport économique. Sans compter les grandes difficultés qu'ils doivent vivre, la pauvreté, l'isolement et l'insécurité.

Il me semble qu'il faudrait analyser très soigneusement les causes de cet échec relatif, trouver les moyens de faire mieux, avant d'accueillir plus d'immigrants. La nouvelle politique ne le fait pas de façon systématique. Elle évoque ce problème de chômage plus élevé, elle cible certains éléments, comme la non-reconnaissance des qualifications des immigrants. Mais pourquoi a-t-on plus de problèmes qu'ailleurs au Canada ? Réticences des employeurs, attitudes de la population, échec de l'immigration en région, origine des immigrants ? On évite d'en parler, jovialisme bien-pensant oblige. On préfère les formules vaseuses, du genre : « Viser l'égalité réelle en associant et concertant les acteurs économiques, les partenaires des milieux de vie ainsi que les ministères et organismes ».

En fait, la nouvelle politique propose des éléments de réponses après avoir évité soigneusement de poser les questions.

Elle repose sur l'idée que le choix des immigrants doit davantage reposer sur les besoins économiques, et donnera une priorité à ceux qui peuvent combler ces besoins, elle cible le bassin des étudiants et des travailleurs temporaires pour faciliter leur passage au statut d'immigrant. Cela consiste, sans le dire, en un virage important dans la philosophie de la sélection.

Mais il ne serait pas mauvais qu'il y ait un débat sur l'immigration, et que celui-ci, même s'il porte beaucoup sur les avantages de l'immigration, tant sur le plan purement économique que sur celui de l'enrichissement collectif ou des exigences de la solidarité, aborde aussi avec franchise les contraintes, les coûts, les défis.

Le Canada et le Québec s'en tirent remarquablement bien, et réussissent à atteindre des taux d'immigration très élevés dans l'harmonie. Mais on ne peut pas ignorer que, ici et ailleurs, si on ne fait pas attention, l'immigration peut susciter des tensions et même des crises. Il faut aussi pouvoir répondre à ces inquiétudes. Et, par exemple, discuter avec François Legault plutôt que le conspuer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer