Les Québécois sont-ils des idiots ?

« Bernard Drainville aurait dû donner l'heure juste, écrit... (photo Jacques Boissinot, archives la presse canadienne)

Agrandir

« Bernard Drainville aurait dû donner l'heure juste, écrit notre collaborateur. Les Québécois ne sont pas des idiots. Ils sont capables de comprendre. »

photo Jacques Boissinot, archives la presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Dubuc
La Presse

Dans le monde politique, il y a des décisions qui ne se prennent pas, des initiatives qui ne voient pas le jour, parce que nos gouvernements ont peur que les citoyens soient incapables de les comprendre.

Il est vrai que certains dossiers sont très complexes, trop techniques, ce qui peut ouvrir la porte à de mauvaises interprétations et déclencher des débats qui dérapent. Cela peut pousser nos décideurs à ne pas vouloir courir le risque. C'est le plus souvent une mauvaise idée. Si des projets sont bons, si des mesures servent l'intérêt public, nos élus doivent avoir le courage d'agir, quitte à déployer plus d'énergie pour les mettre en contexte et les expliquer.

C'est encore une plus mauvaise idée quand le dossier est simple et que les gens sauront parfaitement le comprendre sans grand effort. Ce qui est le cas des deux projets de loi déposés cette semaine par le gouvernement Couillard pour mettre de l'ordre dans la rémunération des députés.

Le gouvernement reprend les recommandations d'un rapport signé il y a deux ans par une ex-juge de la Cour suprême, Claire L'Heureux-Dubé. À l'heure actuelle, un député touche un salaire de 98 850 $ auquel s'ajoute une indemnité non imposable de 16 465 $. Le projet consiste à transformer ces indemnités en salaire, donc à les rendre imposables, et à augmenter la contribution des députés à leur régime de pension de 21 % à 43 %. Le salaire devient plus élevé, à 140 117 $, mais comme les députés devront payer de l'impôt sur leurs indemnités et qu'ils verseront plus dans leur fonds de pension, ils n'auront pas un sou de plus dans leurs poches. En outre, les indemnités pour des départs non justifiés seront éliminées. En fin de compte, il y aura même une petite économie de 600 000 & pour le gouvernement.

C'est en fait assez simple à comprendre. Il y a même une expression bien québécoise pour décrire ce projet : « quatre trente sous pour une piasse ». Et si on le fait, c'est pour clarifier les choses, rendre la rémunération des députés plus transparente, et comparable avec celle des autres.

Et pourtant, le leader parlementaire de l'opposition officielle, Bernard Drainville, a estimé que le moment était mal choisi. « Actuellement, a-t-il dit, le gouvernement propose d'appauvrir les infirmières, d'appauvrir les enseignants, d'appauvrir les fonctionnaires, et il nous propose d'augmenter le salaire des députés de 31 % ? Ça n'a aucun sens. »

Ce qui n'a aucun sens, c'est sa déclaration. Il ne s'agit pas vraiment d'une augmentation du salaire de 31 %, comme il le sait pertinemment. Quoique cela puisse être la façon dont ce sera perçu dans la population. Mais pourquoi les gens le percevraient-ils ainsi ? Parce que des politiciens comme Bernard Drainville colportent ce raccourci simpliste. Il aurait dû donner lui aussi l'heure juste. 

Les Québécois ne sont pas des idiots, M. Drainville. Ils sont capables de comprendre.

La réaction du député illustre un des facteurs qui transforment les décisions difficiles en courses à obstacles pour les gouvernements, et c'est le rôle de l'opposition dans nos traditions parlementaires. L'opposition s'oppose aux décisions gouvernementales, même quand elles sont bonnes, ce qui contribue à infantiliser les débats publics.

L'autre facteur qui ne facilite pas les choses, il faut bien le dire, c'est le rôle des médias, qui préfèrent souvent les titres qui font image et qui ont parfois tendance à dramatiser les choses. « Hausse de salaire en vue pour les députés de l'Assemblée nationale », écrivait La Presse, « Le salaire des députés à la hausse », disait Le Journal de Montréal, « Québec propose de hausser le salaire des députés de 90 000 $ à 140 000 $ », disait Radio-Canada. Si on lisait les articles jusqu'au bout, tous les éléments pertinents du dossier étaient là. Mais on sait que bien des gens n'iront pas plus loin que le titre.

Et c'est ainsi qu'une chose simple, le réaménagement à somme nulle de la rémunération des députés, devient une chose très compliquée. Ce genre de situation se reproduirait moins souvent si on faisait plus confiance aux citoyens et si on misait davantage sur leur intelligence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer