Les ratés de la stratégie conservatrice

La décision-surprise de la Banque du Canada d'abaisser son taux directeur de... (PHOTO GEOFF ROBINS, ARCHIVES AFP)

Agrandir

PHOTO GEOFF ROBINS, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Dubuc
La Presse

La décision-surprise de la Banque du Canada d'abaisser son taux directeur de 1,00 % à 0,75 % montre à quel point la chute des prix du pétrole, qui est passé en six mois de 110 $ le baril à moins de 50 $, risque d'avoir des impacts économiques profonds, particulièrement pour le Canada.

Mais cette mesure, qui cherche à stimuler une économie ébranlée, aura également de très importantes conséquences politiques en mettant en relief la fragilité de la stratégie économique du gouvernement conservateur, ce que le premier ministre Stephen Harper a appelé cette semaine la « recette » canadienne. Ce sont les quatre piliers de cette vision qui sont ébranlés, assez pour compromettre le plan de match électoral sur lequel M. Harper travaille patiemment depuis quatre ans.

Le premier volet de la vision conservatrice, c'est évidemment la bonne gestion de l'économie au sortir de la crise, la reprise rapide, et des taux de croissance qui dépassaient ceux des autres pays du G7. Ce n'était déjà plus vrai. Mais le choc pétrolier a particulièrement ébranlé l'économie canadienne, les prévisions de croissance ont été révisées à la baisse de 2,4 à 2,1 % pour 2015, les voyants lumineux s'allument, l'incertitude grandit et l'Alberta sera peut-être en récession, au moment même où l'économie américaine connaît un véritable essor. Ce n'est certainement pas le genre de bilan avec lequel un gouvernement aime se lancer en campagne.

Les conservateurs, faute d'avoir les chiffres, voudront sans doute recourir à l'argument qu'ils sont les seuls à avoir l'expérience et la compétence pour naviguer dans cette tempête. Mais justement, et c'est là le deuxième pilier qui commence à se fendiller, la stratégie économique déployée par les conservateurs contribue à expliquer la situation actuelle. La recette canadienne reposait moins sur un quelconque génie conservateur que sur un avantage fortuit, le pétrole, sur lequel on n'avait aucun contrôle.

Le succès canadien, ou plutôt l'illusion de succès nourri par des chiffres dopés à l'EPO pétrolier, reposait beaucoup trop sur l'accélération des investissements pétroliers et de la croissance de l'ouest, et beaucoup trop peu sur la modernisation et la diversification de l'économie canadienne, avec de lourdes conséquences environnementales et des coûts élevés pour le Québec et l'Ontario. Le gouvernement est donc en partie responsable du choc actuel.

Le troisième pilier de la stratégie, c'est une politique budgétaire qui reposait sur l'élimination du déficit en 2015, l'année des élections, pour prouver à l'électorat, surtout à la base conservatrice traditionnelle, que la mission était accomplie.

Cet objectif est compromis. La chute des prix du pétrole, évidemment imprévisible, montre quand même jusqu'à quel point l'édifice budgétaire était fragile. Ottawa, qui a dû reporter le dépôt du budget de février à avril, se retrouvera avec un trou de plusieurs milliards et aura deux choix, dont aucun n'a un attrait électoral : reporter le déficit zéro ou se lancer dans une autre vague de compressions budgétaires.

Le quatrième pilier, c'était l'aboutissement : un surplus budgétaire qui permettrait de distribuer des bonbons électoraux. Le premier ministre Harper, pressé, a ainsi annoncé un train de réductions d'impôts de 4,6 milliards au tout début novembre, notamment le très contesté fractionnement des revenus, pour être bien sûr que les cadeaux fiscaux paraissent sur le chèque de paye avant les élections.

Mais Stephen Harper avait vendu la peau de l'ours avant de l'avoir tué. La crise pétrolière a fait en sorte qu'il a fait ces cadeaux avec de l'argent qu'il n'avait pas, ce qui met en relief l'opportunisme et la précipitation de la manoeuvre.

Est-ce assez pour menacer les conservateurs d'une défaite électorale ? La crise actuelle fragilise certainement le discours économique conservateur. Pour la suite des choses, tout dépendra de la capacité de ses deux opposants, Thomas Mulcair et Justin Trudeau, de profiter d'une conjoncture qui les favorise et de convaincre les électeurs qu'ils peuvent constituer une alternative.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer