Les 5 causes d'une défaite historique

Pauline Marois, en jouant de façon scandaleuse sur... (Photo Christinne Muschi, Reuters)

Agrandir

Pauline Marois, en jouant de façon scandaleuse sur le terrain de l'extrême droite européenne, a voulu miser sur la division. Elle a été punie, et elle le méritait.

Photo Christinne Muschi, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Dubuc
La Presse

Le 5 mars dernier, Pauline Marois, profitant de sondages favorables, a déclenché des élections anticipées pour former un gouvernement majoritaire. Un peu moins de 5 semaines plus tard, elle a essuyé une défaite humiliante. Qui l'aurait cru?

Si le gouvernement majoritaire est plutôt formé par les libéraux, dont la victoire est convaincante - 70 sièges et 41% des voix - c'est d'abord parce qu'ils ont su profiter de l'implosion du Parti québécois, qui a vu ses appuis fondre à 25%, un score lamentable. Voilà pourquoi c'est cette défaite péquiste qui devient l'élément marquant de cette campagne électorale. Que s'est-il passé? À mon avis, on peut attribuer cet effondrement à 5 facteurs.

Le premier, peut-être moins spectaculaire, c'est que le court règne de madame Marois ne lui permettait pas de se présenter à l'électorat avec un bilan impressionnant, comme en faisait foi le faible taux de satisfaction doit jouissait son gouvernement: mauvais départ, faiblesses en économie, migration d'un discours de gauche à un discours de droite.

Le second facteur, beaucoup plus fondamental, amplifié par la sortie de PKP pour «le pays», est le refus profond, maintenant bien enraciné chez une forte majorité de Québécois, d'une aventure référendaire. Les résultats d'hier soir prennent, à certains égards, une dimension historique. Ils confirment clairement l'existence d'un processus à l'oeuvre depuis une décennie, le plafonnement constant du PQ, son incapacité de se maintenir au pouvoir et encore moins de faire triompher son option. Leur dernière vraie victoire remonte à Lucien Bouchard, en 1998, avec 42,87% des voix. Depuis, c'est la disette: 33,24% en 2003 avec Bernard Landry, 28,35% en 2007 avec André Boisclair, 35,17% en 2008 avec Mme Marois, qui a récolté un peu moins en 2012 avec 31,95% et beaucoup moins cette fois-ci, avec ce terrible 25%.

Le troisième facteur, c'est probablement la Charte des valeurs. Jean Charest avait découvert, avec les droits de scolarité, que les Québécois n'aiment pas la chicane. Même si les Québécois appuyaient la Charte, ils n'ont certainement pas aimé la façon dont Mme Marois, en jouant de façon scandaleuse sur le terrain de l'extrême droite européenne, a voulu miser sur la division. Elle a été punie, et elle le méritait.

Le quatrième facteur, c'est Philippe Couillard lui-même, qui a été capable de profiter du désarroi péquiste. M. Couillard incarne bien les traditions du PLQ, une valeur refuge qui, dans notre paysage politique, représente la continuité et la stabilité. Les électeurs ont vu chez M. Couillard l'étoffe d'un premier ministre, et on peut supposer qu'il sera plus à l'aise à la tête d'un gouvernement que dans le débat partisan. Il est très heureux que son gouvernement soit majoritaire, notamment pour s'attaquer au développement économique, parce que les gouvernements minoritaires mènent surtout à la paralysie et à la partisanerie extrême.

Le cinquième facteur, c'est la façon dont s'est concrétisé l'élan de fin de campagne de François Legault, qui a davantage nui au PQ qu'au PLQ. La Coalition avenir Québec a, en gros, retrouvé ses appuis de 2012 avec 22 sièges et 23% des voix. Mais M. Legault a réussi à stopper ce qui semblait être l'effondrement de son parti, il s'est implanté dans le 450, et il se retrouve avec presque autant de voix que le PQ, ce qui lui annonce un avenir prometteur et un rôle important dans l'opposition.

En soi, la victoire libérale est quand même une anomalie. Dans nos traditions démocratiques, l'alternance du pouvoir joue un rôle important en permettant aux partis politiques de se régénérer. Les libéraux n'ont pas eu le temps de faire ce travail, de créer une distance avec le règne de Jean Charest. Mais l'alternance naturelle n'était pas possible avec le PQ. Elle le deviendra peut-être si la CAQ continue sur sa lancée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer