Les électrons en folie

Le problème de pénurie hivernale d'Hydro-Québec est dû... (Photo archives Gesca)

Agrandir

Le problème de pénurie hivernale d'Hydro-Québec est dû au fait que les Québécois se chauffent très majoritairement à l'électricité, ce qui ne se fait à peu près nulle part ailleurs.

Photo archives Gesca

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Dubuc
La Presse

La Presse nous apprenait la semaine dernière qu'Hydro Québec connaîtrait un autre hiver difficile, qu'elle n'aurait pas assez d'électricité au plus fort de la saison hivernale et qu'elle devrait faire appel aux réseaux voisins. N'est-ce pas étrange? Le quatrième producteur d'hydroélectricité au monde, qui nage dans les surplus, manque d'électricité?

Le problème de pénurie hivernale d'Hydro-Québec est dû au fait que les Québécois se chauffent très majoritairement à l'électricité, ce qui ne se fait à peu près nulle part ailleurs, sauf en Norvège. Quand il fait sombre et froid, Hydro doit satisfaire, très brièvement, une demande énorme. Cette demande de pointe est un des facteurs qui a poussé la société d'État à se suréquiper ou encore à demander l'aide de ses voisins.

Ce n'est pas le seul paradoxe dans le monde québécois de l'électricité. Hydro-Québec est un symbole identitaire. C'est aussi un outil pour les gouvernements, parfois pour le développement économique, mais souvent pour leurs intérêts politiques. Cela a mené à une série de choix irrationnels et contradictoires qui donnent l'impression que nos politiques énergétiques sont conçues par un savant fou.

L'idée de chauffer les maisons à l'électricité est un mauvais choix. Au plan scientifique, l'électricité n'est pas une source efficace de chaleur, contrairement au gaz, qu'il suffit d'approcher d'une flamme. On produit de la chaleur à partir de l'électricité en faisant passer les électrons dans une résistance, comme pour les grille-pains, avec une perte importante d'énergie. Au plan économique, cela exige une gestion coûteuse des pointes hivernales, et cela nous a amenés à recourir à une forme d'énergie qui vaut plus cher. Au plan environnemental, il serait hautement préférable de réserver l'hydroélectricité aux usages où elle est irremplaçable, et l'utiliser pour remplacer des énergies sales, notamment les centrales au charbon.

Si ces choix raisonnables n'ont pas été faits, c'est qu'il y a un autre illogisme. Les gens aiment l'électricité parce qu'elle est largement subventionnée. C'est au Québec que la facture est la plus basse en Amérique du Nord, deux fois moins qu'à Toronto, Calgary, Moncton, ou même qu'en Norvège, pourtant un autre paradis de l'hydro. Ces prix artificiellement bas découragent le recours aux alternatives, que ce soit le gaz ou la géothermie.

Cette politique de subvention à la consommation constitue en outre la pire façon de profiter d'une richesse collective. On encourage la surconsommation et on se prive de revenus collectifs. C'est une anomalie historique que l'ex-ministre des Finances, Raymond Bachand, a voulu corriger en mettant fin au gel du prix de l'électricité dite patrimoniale, qui représente 95% de notre consommation. Il voulait que son prix, fixé à 2,79 cents le kilowattheure pour la nuit des temps, passe à 3,79 cents en cinq ans.

La chef péquiste Pauline Marois avait promis d'abolir cette hausse. Dans un de ses revirements, elle l'a plutôt remplacée par une indexation. Pour ensuite trahir une deuxième fois sa promesse : Hydro réclame en effet une hausse salée, de 5,8%, qui se justifie par le coût de l'éolien et par le fait que le gouvernement Marois lui réclame plus de profits.

Et cela lève le voile sur une autre incohérence, l'éolien. Le Québec, tous gouvernements confondus, investit des milliards dans une filière énergétique plus coûteuse que les barrages et dont on n'a pas besoin. Tout cela pour aider les régions.

On aurait manifestement besoin d'une réflexion sur toutes ces questions. En principe, ce serait le rôle de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec, lancée cet automne. Mais le document de consultation de cette commission, intellectuellement confus, ne parle ni du prix de l'électricité, ni du rôle du gaz, ni de l'illogique économie de la filière éolienne. Bienvenue au pays de l'absurde.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer