| Commenter Commentaires (24)

Aluminium

Soirée de l'impro à Québec

La politique du commerce extérieur du gouvernement ne... (Photo Daniel R. Patmore, archives Associated Press)

Agrandir

La politique du commerce extérieur du gouvernement ne mentionne même pas le mot aluminium, même si c'est la principale industrie exportatrice au Québec.

Photo Daniel R. Patmore, archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Dubuc
La Presse

La première ministre a été ébranlée par la sortie d'Alcoa, qui a menacé de fermer ses alumineries québécoises si elle n'obtient pas une entente satisfaisante sur les prix de l'électricité. On comprend l'inquiétude de Pauline Marois. Sa menace est désastreuse pour l'image du Québec. Et son départ serait désastreux pour l'économie.

La sortie d'Alcoa s'inscrit bien sûr dans un contexte de négociation. L'entente qui assure à l'entreprise des tarifs d'électricité concurrentiels prendra fin en 2015, et celle-ci tente de s'assurer qu'elle pourra encore compter sur un tel avantage. Mais pourquoi la compagnie a-t-elle choisi la voie de l'affrontement?

Cela s'explique en grande partie par le climat d'improvisation qui règne à Québec. Le gouvernement Marois, qui aime tant énoncer des politiques, n'en a pas sur l'aluminium. Sa politique énergétique, qui fait actuellement l'objet d'une consultation, nage dans la confusion. Et la ministre en principe responsable du dossier, Martine Ouellet, a transformé le ministère des Ressources naturelles en groupuscule militant hostile au développement. Pas étonnant que les alumineries s'inquiètent.

Cette discussion s'inscrit dans un contexte mondial difficile. Le prix de l'aluminium, de 3300$ la tonne avant la crise, n'était que de 1893$ hier, ce qui a fortement affecté la rentabilité des alumineries et provoqué des fermetures. Cependant, l'aluminium reste un métal d'avenir.

Mais il y a une autre révolution, du côté de l'énergie. De nombreux pays producteurs de pétrole ont misé sur l'aluminium pour assurer leur diversification, notamment au Moyen-Orient, tandis que l'arrivée du gaz de schiste a fait chuter les prix de l'énergie, surtout aux États-Unis. Tant et si bien que le Québec a perdu son avantage énergétique. Selon l'industrie, les trois quarts des alumineries du monde, sauf en Chine, obtiennent de meilleurs prix de l'énergie que le tarif L que le Québec consent aux clients industriels.

Ce que dit Alcoa, comme les deux autres joueurs, Alouette et Rio Tinto Alcan, c'est que le retour au tarif L, quand les ententes spéciales prendront fin, serait insoutenable, et qu'il faudra une nouvelle politique de rabais tarifaires si on veut conserver nos alumineries et susciter de nouveaux investissements.

Que répond le gouvernement? Mystère. L'aluminium n'est pas dans son radar. Sa récente politique économique prévoit des rabais d'électricité, mais pour d'autres industries, et ne dit rien sur l'aluminium. Sa politique industrielle non plus. Sa politique du commerce extérieur ne mentionne même pas le mot aluminium, même si c'est la principale industrie exportatrice au Québec.

Et du côté énergétique, en principe au coeur d'une stratégie de l'aluminium, le gouvernement Marois a lancé une consultation portant essentiellement sur les GES, où la ministre Ouellet a produit un document biaisé et confus qui a complètement évacué l'enjeu du développement. Pas un mot là non plus sur l'aluminium.

Pour coiffer le tout, le gouvernement Marois semble clairement déchiré entre deux pôles de décision économique, qui ne se parlent pas, et qui ne vont pas dans la même direction - le ministre des Finances Nicolas Marceau d'un côté, et le fief des Ressources naturelles de Martine Ouellet de l'autre.

Il est vrai que les rabais d'électricité coûtent très cher, qu'ils privent Hydro-Québec de revenus. Par contre, le contexte a changé. Hydro dispose maintenant d'importants surplus, et ses exportations vers les États-Unis sont moins lucratives avec les prix bas du gaz. Je crois aussi qu'on sous-estime grandement les effets structurants de cette industrie. Et qu'il n'est pas fou de miser sur une industrie où nous sommes les troisièmes au monde.

Une politique de soutien à l'aluminium ne peut cependant pas se faire sans débat. Mais pour qu'il soit possible, il faudrait que le gouvernement Marois commence par faire preuve, dans ce dossier, de leadership et de cohérence.

Partager

publicité

Commentaires (24)
    • Une entreprises minière, quelle qu'elle soit, est une pollueuse à combattre. Voilà la politique minière du Québec telle que propulsée par Martine Ouellet. Or, elles ne font pas que ça, polluer. Elles créent des emplois biens payés, elles stimulent l'économie, dans plusieurs domaines, elles permettent à nombreuses familles d'avoir un niveau de vie intéressant, de financer des études pour leurs enfants...Martine Ouellet ne considère pas ces enjeux qui devraient être devant toutes les autres préoccupations. Il n'y a aucune surprise dans l'annonce d'Alcoa. Martine Ouellet a couru après et on peut prévoir d'autres annonces du genre de la part d'autres minières. Bref, puisque nos sommes près de l'Halloween , l'épouvantail Ouellet a réussi, dès septembre 2012, a effrayer les entreprises les plus susceptibles de créer la richesse essentielle au retour de la fierté, cette fierté disparue et nécessaire pour enfin faire l'indépendance politique du Québec.

    • Oups j'ai omis une couple de mots dans mon dernier message, je voulais dire :
      Je ne suis pas jojo Savard pour savoir qui va gagner les prochaines élections...etc.

    • Je ne suis pas jojo Savard qui va gagner les prochaines élections mais je peux constater comme tout le monde que le PQ a refusé de se lancer en élections et à partir de ça, on peut dire au minimum qu'il n'était pas aussi sûr de la victoire que certains de ses partisans.
      La réalité c'est que les gens se demandent pourquoi ce parti a été cherché toute sorte de gens qui comme Breton somme ou Ouellet sont tellement dogmatiques qu'ils ne sont pas parlables :
      "Martine Ouellet, a transformé le ministère des Ressources naturelles en groupuscule militant hostile au développement"
      Ce n'est pas la première fois que ces gens ne sont pas capables de fonctionner avec certaines personnes sous des prétextes divers. Ils ne seraient pas capables de faire convenablement un travail de vendeur dans un magasin de souliers mais on les mets ministres. Marois avait parlé à Breton avant de le tasser et là, elle va parler à Ouellet lorsque aura intégré ce que signifie le départ d'Alcoa pour le Québec et pour ses chances d'être réélue. Ce que je crains c'est qu'à cause d'une ministre incompétente, on paye tous plus cher que si le PQ avait pensé à la question avant et qu'il avait eu une ministre sur laquelle la compagnie aurait pu se fier pour défendre son point de vue ou du moins le prendre en compte.

    • Incroyable de lire autant de gens souhaiter le retour des magouilleurs libéraux , ceux là même qui nous ont surendetté et qui donnaient nos richesse au plus grosses enveloppes .
      Les définir comme de super gestionnaire , alors qu'ils faisaient la distribution à qui mieux mieux.
      Faut vraiment aimer se faire dépossédé .
      Vous serez déçu de voir à la prochaine élection la majorité du P.Q qui vous ferons taire une fois pour toute .

    • À souverain,
      Vos propos à vous sont intéressants pour les personnes qui veulent étudier le phénomène des caribous qui se noient en troupeau dans les rivières parce qu'ils sont tellement habitués à suivre un chemin qu'ils ne font pas de détour si la rivière est trop large à un endroit. Ou peut-être aussi les personnes qui étudient les baleines qui s'échouent mêlées qu'elles sont dans les différents signaux qui leur parviennent.
      Quand l'environnement économique change, on doit changer. Regarder les pays d'Europe qui cherchent à se regrouper dans une fédération parce que l'environnement économique est en changement. La Chine est en train de les sortir d'AFrique sur le plan économique et s'ils ne font pas des alliances entre pays européen, ils vont se faire déloger des premiers rangs économiques.
      Alcoa a le choix de partir ou de rester, et ils ne resteront pas parce que les Québécois ont telle ou telle valeur, ils vont rester s'ils peuvent faire de l'argent, c'est clair. Pareil pour les minières dont le parti Québécois faisait croire que sous son régime, on allait devenir très riche avec ça... Le PQ c'est juste une idée orgueilleuse qu'on est meilleur que les autres mais c'est faut. On est plus dans le temps ou la richesse nous était donner par Dieu parce qu'on était blancs et intelligents et que les autres pouvaient crever de faim. La Chine s'est réveillé, l'Inde, le Brésil etc.
      Aujourd'hui on a pas le choix de payer des fortunes pour soutenir les forces économiques qu'on a et l'avance qu'on a pris à les développer. Les ministres genre "petit poulet. qui sortent de l'oeuf" vont faire crever de faim vos petits enfants monsieur le séparatiste.
      Le temps n'est pas du tout à la séparation mais au regroupement dans des grands ensembles économiques. Le PQ est rendu un parti de menteurs et de vendeurs de chars usagés. Les meilleurs idées sont ailleurs.

    • @denis825 01 novembre 2013 13h24
      Toujours intéressants vos propos, si l'on veut voir les effets du masochisme social sur un fédéraliste Québécois !

    • Au fait, Monsieur Dubuc, la dernière fois que mon ex-femme m'a dit qu'elle s'en allait, j'ai fait changer la serrure de la porte... La meilleure décision de ma vie.

    • Monsieur Dubuc,
      Vous devriez lire votre ex collègue Girard à l'occasion; sa probité vous servirait d'exemple !
      Si j'ai bien compris, SEUL le PLQ a les compétences «financières» pour gérer les gouvernemnts ?
      Vous avez oublié que Trudeau fut le PIRE «gestionnaire» de l'histoire ? (Claude Picher La Presse)...
      Que Charest a été considéré comme l'avant-avant dernier de la classe (8 ième sur 10) des provinces canadiennes suite à son «bilan» de 9 ans au pouvoir...
      Vous concurrencez avec qui pour vous discréditer : Doc Mailloux ou Jojo Savard ?
      Robert Alarie

    • Le nationalisme est un handicap dans une économie mondialisée. Qu'est-ce qui serait le plus rentable aujourd'hui pour produire de l'électricité ? -Probablement le gaz, parce que le prix a chuté. C'est dommage qu'on ait pas une centrale alimentée au gaz comme aurait été le Suroit . Et pourquoi ne l'a-t-on pas cette centrale ? -À cause des nationalistes, les nationalistes peu importe que le parti qui est au pouvoir soit dans les bonnes idées, ils propagent l'hystérie contre ces idées. C'est le même schéma contre le multiculturalisme en matière sociale.
      Là, quelle va être la positon nationaliste des followers péquistes ? -Nous on est fiers et on a pas besoin d'eux-autres, s'ils ne veulent pas participer à la société québécoise. Ils vont travailler à faire monter l'hystérie contre Alcoa. Dans la réalité, on est tous interdépendants les uns des autres dans le monde. Si Alcoa trouve son bonheur ailleurs avec des gens qui les acceuillent à bras ouverts, ils n'hésiteront pas à partir. Leur sortie est peut-être aussi un appel à cela d'ailleurs
      C'est assez épeurant en effet que cette compagnie sente le besoin de faire une sortie publique pour défendre sa cause, c'est signe d'une crispation du parti au pouvoir. Le nationalisme économique je pense que ça appartient carrément à l'autre siècle, l'écologisme j'en suis mais modérément, je crois que le rôle du gouvernement c'est de pousser tranquilement sur les compagnies retardataires mais les compagnies naturellement veulent se moderniser alors il n'y a pas besoin de radicale comme cette ministre.
      Il y a beaucoup de gens avec une fixation au niveau des idées, comme la ministre des ressources et ça nuit à l'économie québécoise évidemment. Ajouter à cela les troubles identitaires et la guerre que le gouvernement du PQ mène contre les individus en plus des compagnies, on se taille une réputation de perdants dans le monde comme quoi l'avenir est sombre au Québec.

    • Bien résumé M. Dubuc.
      Mme Marois et son gouvernement, qui sont totalement déconnectés du mondes des affaires, doivent réaliser que le contexte mondial, à la fois du prix de l'aluminium et de l'énergie a changé.
      Il y a bien sur une position de négociation de la part d'Alcoa, mais il n'y a pas de chantage. La situation énergétique, par exemple aux USA, a complètement changé depuis 2 ans, Les USA vont redevenir autonomes au niveau énergétique. C'est de la concurrence à deux pas de chez-nous. Et, il faudrait avoir la tête dans le sable pour ne pas en tenir compte.
      Ce gouvernement a besoin d'un wakeup call au niveau des affaires. Rêver, idéaliser c'est une chose. La réalité de l'économie c'est autre chose. Parlez-en à J F Hollande en France qui avait lui-aussi de grandes ambitions, qu'il doit revoir à la baisse. Et, même là, ça ne redécolle pas.

    • La ligne libérale de la semaine... Encore un fois. Fidèle à votre habitude vous démonisé le PQ. Cette propension à "reécrire" l'actualité afin de servir vos maîtres nuit grandement à votre crédibilité de journaliste.
      Les FAITS sont les suivants:
      1. Le coût de l'aluminium est en baisse au niveau mondial.
      2. Il s'agit tout simplement d'un argument avancé lors d'une tentative de négociation, d'un bluff!
      3. Alcoa est une compagnie privée qui, par ailleurs, aurait fait exactement le même stratagème peut importe le parti politique en place.
      Vous le savez! Je le sais! Et la grande majorité de vos lecteurs le savent!

    • Vous faites bien de dénoncer cette improvisation. J'irais même plus loin que vous. Je dirais que le Gouvernement n'a même pas d'affaires dans l'électricité.
      Les alumineries doivent négocier avec des ticounes, des anciens profs, des gens élus parce qu\'ils paraissent bien, ont un beau langage, mais dont les connaissances en matière de négociations commerciales sont à peu près nulles. Il y a trop de politiques dans HQ, et les coûts ne cessent d'augmenter même si ce sont les mêmes turbines, et la même eau qui passe dans les barrages depuis 40 ans.

      HQ devrait être vendu, ainsi que la SAQ. Prendre le profit, et éliminer la dette québécoise qui ne cesse de gonfler. On paye maintenant près de 10 milliards en intérêts seulement. HQ rapporte combien au Gouvernement en dividendes ? Pensez-y!

    • Pourquoi c'est dramatique de fermer des usine non concurentielles où les conditions de travail autant que le prix de l'électricité font grimper les coûts alors qu'on veut couper 4 000 job à Hydro-Québec qui elle est très rentable au risque de miner sa productivité (on coupe des postes, on diminue l'entretien et on a vu le résultat cet été). Ah oui c'est vrai...l'Hydro ça appartient à l'État et Alcoa ça appartient aux Américain!!!!!

    • - Mes taxes municipales et scolaires ont augmentées.
      - Les cotisations de toutes sortes sont en haussent: RRQ, RQPA, Chomage etc..
      - La taxe santé qui est mainteant bien enracinée
      - Le prix de l'essence est toujours trop élevé par rapport au US
      - Les taxes à la consommation sont exorbitantes
      - etc.......
      * Mes revenus cette année (lire mon salaire) n'ont augmenté que de 1% car l'économie va pas bien.
      Pour les mêmes raisons, j'aimerai avoir des tarifs d'électricité à la baisse si non je DÉMÉNAGE ailleur, et je ne paye plus d'impôt au Québec...........
      Vous comprendrez que le tout est sarcastique.... mais est-ce que les deux situations sont si réellement différentes? mise à part leur envergure. Je pense qu'il doit y avoir réflexion :)

    • Pssst!!!Nousnoune, j'ai un scoop pour vous, c'est une firme québécoise qui a placé la cerise sur le sundae qu'est la Freedom Tower!

    • Dubuc rides again.
      On continue à tirer à boulets rouges sur le présent gouvernement sans discernement. Lâchez-pas M. Dubuc vous allez finir par l'avoir votre gouvernement LIBERAL. Ensuite on retombera dans la corruption, les enveloppes brunes mais c\'est pas grave Les LIBERAUX n'ont pas encore leur code d'étique.

    • .
      La production d'une tonne d'aluminium demande ± 12 MWh, donc à 3¢ du KWh cela représente 360$ la tonne et en augmentant le tarif de 60% cela représente 216$ de plus par tonne .... soit une augmentation correspondant à ± 10% du prix actuel de la tonne d'aluminium.
      L'aluminerie peut poursuivre sa production sans faillir, mais comme le prix est établi sur les marchés internationaux, toute cette augmentation est une réduction de profit. ... Quand on voit le comportement des marchés lorsqu'un titre annonce une baisse des profits, on comprend que la direction d'Alcoa est sur les dents !
      Le comportement des marchés (avide de $$ pour les fonds de pension exemple!) est un facteur majeur dans les décisions des entreprises et il faut que le gouvernement en tienne compte dans sa façon de transiger avec ces entreprises.
      C'est là que la Ministre Ouellet fait erreur dans son approche auprès de l'industrie des mines et métaux. On peut faire l'hypothèse que les entreprises tentent de nous manipuler et qu'elles vont demeurer ici même si l'on est moins "accommodant". Mais la réalité est différente car ce ne sont pas que les revenus qui comptent, le PDG de ces entreprises doit composer avec la réaction des marchés boursiers qui peuvent faire planter ta business en peu de temps lorsque les profit baisse pour des raisons locales.

    • Franchement, du gros n'importe quoi M. Dubuc.
      La vérité: le PQ a annoncé qu'il voulait se servir des surplus électriques pour faire venir des industries.
      Alcoa a écouté, et veut les mêmes tarifs.
      C'est tout.
      Pareil comme quand votre fournisseur d'internet fait des rabais pour les nouveaux clients et que vous les appelez pour avoir le même deal, sinon vous changez de fournisseur.
      Est-ce de l'impro de la part du PQ ou de Bell?

    • une industrie où nous sommes les troisièmes au monde.
      NOUS? Ce nous sonne drôlement sur votre clavier, M. Dubuc. De qui parlez-vous?

    • Reportage de tVA hier où on apprenait qu'on construisait un pont d'aluminium au Saguenay avec de l'aluminium des..... États-Unis!
      Est-ce qu'il y a une limite a etre colonisé?

    • Toujours le même genre de rengaine ,M. Dubuc , dénigré pour dénigré , y a deux cotés pour chaque médaille et vous regarder , semble-t-il toujours du même coté .
      Le gouvernement négocie présentement pour réparer une autre gaffe des libéraux .
      Alcoa fait du chantage , on ne négocie pas sous une menace .
      Et si quand les profits sont à la hausse , ont menaçait à notre tour de hausser les tarifs , vous en diriez quoi , je vois déjà votre genre de réponse ,
      le gouvernement a signé un contrat , il doit le respecter .
      Cela doit être la même chose dans les deux camps , ne pensez-vous pas .
      Qui vous dit que le gouvernement n'est pas entrain de négocier une entente qui soit bonne pour les deux partis .
      Vous sautez au conclusion et interpréter rapidement .
      D' après vous , il aurait fallu que le gouvernement dise oui tout de suite et offre de donné l'électricité pour rien , et c'est nous qui allons payer , pour vous se mettre à genoux est la bonne manière de faire .
      Ce n'est pas un gouvernement libéral que l'on as , si vous avez remarqué , ici aussi y auras pas d'enveloppes pour les petits amis .
      D'un autre coté , si Mme Marois avait accepté tout de suite les demandes de cette compagnie
      vous auriez dénigré encore , en affirmant qu'elle n'est pas capable de négocier .
      Vous oubliez qu'il n'y a pas que cette compagnie qui vas vouloir négocier à la baisse , notre première ministre vois plus loin que le bout de son nez , elle .
      Avec des amis comme vous et votre secte , on n'as pas besoin d'ennemis .
      Vous m'êtes toujours aussi désolant de voir que vous n'arrivez pas à écrire quelques choses de positif .
      Et si votre salaire était baissé , quand la vente de votre journal baisse , vous trouveriez ça normal , franchement votre réflexion n'est pas forte .
      Vous encourager la peur chez ces travailleurs , vous trouvez ça constructif d'agir ainsi !
      Toujours la même méthode libéral .

    • Encore une fois effectivement, que d'improvisation de la part de ce gouvernement ! Martine Ouellet fait des dommages considérables a notre économie, et fait gaffe, par dessus gaffes ! Quelle désolation.......

    • Vous avez entièrement raison. Je me faisais cette réflexion hier quand j'ai entendu la PM outrée de cette sortie. Si le Québec ne serait pas parmi les leaders dans ce domaine, nous n'aurions pas ce discours. Mais quand on parle d'emplois de plus de 100,000.$ une baisse de tarif n'est rien à côté de ce que ces emplois peuvent rapporter au gouvernement au niveau fiscal. Il faut conserver ses acquis et continuer d'être compétitif. C'est connu le PQ a toujours mis tous ses ?ufs dans le même panier. Le PQ et politique économique ne font pas ménage, ils sont toujours en action / réaction. Martine Ouellet n'est malheureusement pas à sa place, elle n'a jamais quitté Hydro-Québec. Elle a peut-être des compétences exceptionnelles mais son passage en politique ne lui convient pas du tout.

    • Pourquoi est-ce que je ne suis pas surpris de ce billet ce matin..? Autre problème, même stratagème...
      Comme dans le cas de la fermeture de Gentilly II, de la hausse de l'impôt des riches, de la charte des valeurs, ... et de tous les dossiers traités par ce gouvernement en effet on a encore droit à la bonne vieille stratégie libérale de monter aux baricades à la course, en criant de toutes ses forces. Messieurs Dubuc et Pratte venant ensuite donner le coup de pied de l'âne au gouvernement... Que je suis donc tanné de la manoeuvre!

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer