| Commenter Commentaires (17)

Le coup de dés libéral

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Dubuc
La Presse

S'il y avait des élections demain matin, et que Justin Trudeau les remportait, aurait-il l'expérience, le talent, les connaissances, les idées pour devenir le premier ministre du Canada? La réponse est non.

Les Canadiens le savent. Dans un sondage Nanos de la semaine dernière, selon lequel les libéraux devancent les conservateurs pour la première fois depuis 2009, seulement 8,6% des répondants estiment que Justin Trudeau est le plus expérimenté pour diriger le Canada, contre 17,6% pour Thomas Mulcair et 41% pour Stephen Harper. Les militants libéraux le savent aussi, même s'ils lui ont confié avec enthousiasme la direction de leur parti.

Et c'est ainsi que le plébiscite qui a couronné Justin Trudeau repose sur une pratique extrêmement rare dans la vie politique: choisir un chef qui n'est pas vraiment encore fonctionnel. Et dans un pari extrêmement risqué, compter sur le fait que le nouveau chef sera capable, d'ici les prochaines élections, dans deux ans et demi, d'acquérir les compétences, les idées, l'autorité, le programme pour diriger un gouvernement. Un très gros contrat.

Bien sûr, le nouveau chef d'un parti n'est jamais vraiment prêt. Mais le chemin qui attend le nouveau leader libéral semble s'annoncer long et semé d'embuches. Depuis le début de la course au leadership, analystes et stratèges libéraux observent d'ailleurs de près la courbe d'apprentissage de Justin Trudeau, mesurent la rapidité de ses progrès et tentent d'évaluer son potentiel de croissance.

Dans ce pari, il y a un élément de stratégie du désespoir pour le PLC. Ce parti désorganisé, affaibli, relégué au troisième rang à la Chambre des communes, qui change de chef comme George Clooney change de partenaire, découvre qu'avec Justin Trudeau, les sondages reviennent favorables. Même si les libéraux savent que ce succès repose sur des bases fragiles, le charme de Justin Trudeau, le culte autour de l'héritage de son père et le caractère souvent éphémère des sursauts dans les sondages qui accueillent l'arrivée d'un nouveau chef.

Mais dans l'attraction qu'exerce manifestement Justin Trudeau, il y a quelque chose qui dépasse clairement son nom et son look. Dans une période où les gens sont désabusés de la politique - et donc aussi des politiciens - l'arrivée d'un outsider, plus jeune, dont l'inexpérience et l'extériorité deviennent paradoxalement des atouts, peuvent faire rêver. Dans le sondage Nanos, 30% des répondants trouvent que c'est Justin Trudeau qui est le plus inspirant, contre 17,8% pour Stephen Harper.

Cette promesse de changement repose aussi sur des éléments concrets qui dépassent son charme personnel. La vie politique canadienne s'est énormément polarisée, un processus exacerbé par Stephen Harper. Tellement qu'on se demande s'il y a encore une place pour le centre entre le PC et le NPD.

Le succès de Justin Trudeau, c'est de pouvoir incarner ce centrisme, dans les thèmes - concilier économie et environnement, prudence fiscale et humanisme, redonner son rôle au Canada, miser sur l'éducation - mais aussi dans son ton, dans son refus des vieilles chicanes, dans sa recherche de consensus. On verra s'il réussira à maintenir cet équilibre quand il devra quitter le terrain des généralités généreuses.

Justin Trudeau dispose d'un autre atout, et c'est sa forme particulière de populisme. Il aime les gens, il est à l'aise avec eux, s'intéresse à eux. Il articule son discours autour de la classe moyenne. Il a aussi tendance à analyser les enjeux en fonction de ce que les citoyens souhaitent, à vouloir bâtir son programme à partir de la base, en écoutant les gens et en tentant de refléter leurs aspirations. C'est en fait exactement le contraire de ce que faisait son illustre père, qui définissait seul sa propre vision et qui tentait ensuite de l'imposer.

Partager

publicité

Commentaires (17)
    • C'est vrai qu'il s'agit d'un coup de dés.
      Il reste une éternité politique à courir avant les prochaines élections fédérales. On verra bien sil le PLC aura gagné son pari ou non. M. Trudeau va recevoir un rude baptême du feu et sa capacité à y faire face sera déterminante. Je pense que le Canada est un peu fatigué de Harper.

    • @mlebel.. Wait and see", comme disent les Anglais..
      C'est vrai que pour les colonisés applaventristes i comme toi... qui disent et pensent comme les anglais comme tu les apellent que les Québécois n'ont pas de parlement élu.
      Motion pourtant adopté a l'unanimité par notre Assemblée Nationale ...les trudoistes crachent dessus.
      Vous ête mal parti.
      Vous chercher a diviser les québécois meme quand leur parlement se prononce de maniere unanime .
      Trudeau c'est un vieux débat diviseur ambulant....il y as unanimité sur cette motion
      Je dois dire que j'ai été agréablement surpris de la réaction de Justin Trudeau au vote unanime de l'Assemblé nationale sur une demande qu'Ottawa ouvre ses livres sur l'histoire du raptriement.
      Autrement dit tout le Québec a tord pour un extrémiste trudoiste.
      Tout une grande démocratie ..cautionner un coup d'état constitutionel fait par Tudeau .
      Ce qui démontre encore une foi que la libérasterie trudoiste père et fils est irréformable .

      On le sais pour les archis colonisés fédéraliste extrémiste négationistes que les québécois et le parlement qui les représentent n'existe pas.
      Désolé pour toi mon petit colonisé french canadian.. les québécois ne s'écraseront pas plus devant ton fendant Justin Elliot que devant Pierre Elliot
      Si tu n'as pas encore réaliser pourquoi les libéraux ont été rayé de la carte du Québec francophonne depuis deux decennies c'est que tu n'as rien compris.
      Le mépris négationiste envers nos institutions ,la reconaissance du peuple québécois et notre parlement as toujours été votre fond de commerce.
      On appelle cela du négationisme .
      Comme trudoiste tu vient encore de le prouver .
      A la politique du pire des trudoistes il vas falloir répondre de la meme manière coup par coup.
      Si l'unanimité c'est pas assez pour se faire entendre ..il ne resteras qu'as faire une déclaration unilatérale d'indépendance voté par notre Assemblé nationale.

      y.Stevens


    • M.Dubuc. Avons-nous déjà oublié le manque d'expérience politique beaucoup plus grand d'un certain Brian Mulroney??

    • On doutait de Harper à ses débuts. Avec expérience et oportinuité, il est devenu premier ministre. N'importe qui dans un nouvel emploi apprend. Justin a un ans pour apprendre à être chef d'une parti et la 2e année, d'être un premier ministre potentiel.
      Jusqu'à maintenant, il nous a surpris à quelques reprises et il va nous surprendre encore les sceptiques.

    • J'aime bien le commentaire de M. Lebel sur la mentalité de troupeau que colleporte le PQ. Cela étant dit, il est clair que le manque d'expérience de Trudeau suscite des doutes, quoique l'expérience de Harper n'était pas si élevée avant son entrée en politique. Les blogues anglophones font souvent allusion à son job de mailboy.

    • Je souhaite une défaite un tant soit peu honorable aux libéraux lors des prochaines élections. M. Trudeau n'ayant pas encore l'étoffe d'un chef digne de ce nom, et surtout aucune compétence ou expérience lui prêtant crédibilité et assurance, il serait désastreux pour le Canada qu'il se retrouve à la tête de l'État avant qu'il n'ait l'opportunité de croître en tant que politicien et qu'homme.

    • @mrchose
      M. Harper est effectivement apte à diriger le pays ; son aptitude, je le crois, n'est pas remise en question ni ne devrait l'être. Quoique je sois en désaccord profond avec lui et ses décisions, M. Harper est un homme s'étant montré relativement compétent à la tête du pays. Ce qui pose problème, ce sont ses valeurs, son arrogance, ses méthodes et, globalement, la direction dans laquelle il entraine le Canada. J'exècre ce "Harper Canada" qu'il élabore depuis ses quelque cinq années au pouvoir, mais l'aptitude, ou son manque, de notre premier ministre n'est pas en cause.

    • J'espère qu'il parviendra à la fois à mettre dehors Harper et ses idéologues fondamentalistes chrétiens, et qu'il sera assez populaire pour éclipser dans les médias les propos socialistes du NPD. Go Justin !

    • M.Dubuc
      On constate que vous utilisez une vieille technique de manipulation, à savoir que vous critiquez d'abord le sujet pour faire croire aux gens que vous n'êtes pas biaisé pour, par la suite, finir en une subtile apothéose imaginant des qualités (sic) chimériques du sujet que vous voulez nous vendre...
      Quand vous parlez de «l'héritage (sic) de son père» faites-vous allusion au coup d'état du rapatriement de la constitution ?
      Quand vous écrivez : «...contraire de ce que faisait son illustre père, qui définissait seul sa propre vision et qui tentait ensuite de l'imposer.»
      Vous auriez pu ajouter : « quelques soient les moyens utilisés...»
      Qui aurait crû qu'un jour, un journaliste de Gesca critique le grand pet pour vanter le petit pet...!
      Quand vous parlez de ses «tendances à analyser les enjeux en fonction de ce que les citoyens souhaitent, à vouloir bâtir son programme à partir de la base, en écoutant les gens et en tentant de refléter leurs aspirations...», alors là, vous y mettez le paquet !
      Allons M.Dubuc, je sais, vous savez, nous savons et ils savent que cette coquille vide n'a AUCUNE IDÉE du début du commencement du comment bâtir un programme; c'est pour cela que son entourage et ses conseillers, ainsi que vous-même et M.Pratte, allez faire des cauchemars à chaque fois qu'il va être sans «laisse» devant Harper, Mulcair ou, pire encore, devant les médias !
      Du bonbon pour les caricaturistes et les journalistes !
      MERCI Justin pour ta contribution à la disparition du PLC !!!
      Très sincèrement,
      Robert Alarie

    • La question est lequel est le plus expérimenté. Vu que Trudeau et Mulcair n'ont jamais dirigé le Canada c'est logique que le pourcentage favorise Harper. Il est même surprenant qu'il n'obtienne que 41%.

    • "Justin Trudeau dispose d'un autre atout, et c'est sa forme particulière de populisme. Il aime les gens, il est à l'aise avec eux, s'intéresse à eux. Il articule son discours autour de la classe moyenne. Il a aussi tendance à analyser les enjeux en fonction de ce que les citoyens souhaitent, à vouloir bâtir son programme à partir de la base, en écoutant les gens et en tentant de refléter leurs aspirations."
      Après 7 ans à avoir comme PM un gars qui se fout de la population, la popularité de Justin Trudeau n'est pas surprenante.

    • Il prend le contre-pied de Harper et il incarne celui qui n'a pas beaucoup d'expérience et donc que le grand public peut aider. Je crois que son manque d'expérience l'aide en fait plus qu'il le dessert.
      Denis Mercier
      p.s. c'est étrange je viens d'exprimer cette même simple idée et on ne la pas éditer !? Je reposte pour voir.

    • C'est très simple, lequel le bourgeois Québécois va aimer entre celui qui semble savoir tout, le diriger et l'aider de haut (Harper) et celui que lui-même peut aider, qui a l'air fragile et inexpérimenté et d'avoir besoin de lui donc ?
      Le deuxième bien sûr, il faut relire "Le voyage de Monsieur Perrichon"

    • Il est un gagnant comme son père, élection dans un comté hostile aux libéraux, combat de boxe ou il était négligé à 5 contre un et voilà 80% des libéraux lui font confiance. Imaginez 24 000 votes et l'ancien ministre Martin Cauchon 800 et des poussières. Christian Paradis, Denis Lebel,Josée Verner et cie ne sont pas des gagnants, il va falloir vivre avec l'enfant prodige pour les 20 prochaines années.
      Raymond Lafrance

    • 41% des répondants estiment qu'Harper est apte à diriger le pays. C'est ça qui, moi, me laisse rêveur.

    • "Il a aussi tendance à analyser les enjeux en fonction de ce que les citoyens souhaitent, à vouloir bâtir son programme à partir de la base, en écoutant les gens et en tentant de refléter leurs aspirations." Si seulement cette affirmation était vraie... J'ai le témoignage d'une militante qui s'est vue rabrouée en public par ce Justin hautain et arrogant pour avoir réaffirmé en comité les valeurs traditionnelles canadiennes. Elle ne s'en est jamais remise, elle a quitté le PLC.

    • " Wait and see", comme disent les Anglais. Je dois dire que j'ai été agréablement surpris de la réaction de Justin Trudeau au vote unanime de l'Assemblé nationale sur une demande qu'Ottawa ouvre ses livres sur l'histoire du raptriement (affaire Bastien). Il n'a pas suivi le troupeau nationaliste ou opportuniste. Il s'est tenu debout. C'est de bon augure. Bravo!
      Michel Lebel

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer