Montréal en voie de rédemption

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Près de 50 ans après l'Exposition universelle de 1967 et 40 ans après les Jeux olympiques de 1976, Montréal semble être enfin redevenu en mesure de projeter une image positive à l'étranger et paraît avoir même retrouvé un certain pouvoir d'attraction sur la scène internationale en 2016.

Du moins, ç'a été le cas auprès de la population des pays membres du G8, qui estimait, selon une étude récente, que la métropole québécoise jouissait d'une réputation parmi les plus enviables de toutes les grandes villes du monde.

L'étude publiée le mois dernier est passée inaperçue, mais elle a été reprise lundi par le Forum économique mondial, qui nous a appris que Montréal se classait parmi les 15 villes les plus admirées au monde. Montréal arrive en fait au 7e rang, derrière Toronto qui s'est classé au 4e rang, mais devant Vancouver, en 9e place.

C'est le Reputation Institute, firme internationale mesurant de façon quantitative la réputation des grandes sociétés et des organisations internationales, qui publie depuis 2011 ce classement des villes les plus réputées du monde.

En plus de la confiance, de l'estime, du respect et de l'admiration que les villes les plus méritantes suscitent, leur classement tient aussi compte de l'économie, de l'environnement d'affaires et de la qualité de leur administration. Enfin, l'intention de les visiter, d'y travailler ou d'y investir fait aussi partie des variables dont on tient compte.

Pour arriver à produire son classement annuel, le Reputation Institute réalise un sondage auprès de 23 000 citoyens des pays membres du G8 répartis en fonction de leur poids régional.

C'est la première fois que trois villes canadiennes se classent au palmarès des 10 villes les plus admirées et c'est aussi la première fois que Montréal apparaît dans cette courte liste convoitée. Sydney, Vienne et Zurich occupent les trois premières places du classement.

Aucune ville américaine ne figure dans le palmarès des 15 villes les plus admirées. San Francisco est la ville américaine qui obtient le meilleur résultat en se classant seulement au 18e rang.

Vancouver a déjà obtenu la première place du palmarès en 2012, mais se retrouve cette année au 9e rang, derrière Montréal. Pour donner une indication de la volatilité de la notion de réputation, on observe que Londres a occupé le premier rang de l'étude de 2011, mais que la capitale britannique se classe au 22e rang seulement cette année.

Enfin, il faut aussi préciser que le Canada arrive au second rang des pays les plus heureux, les plus pacifiques et les plus progressistes, tout juste derrière la Suède et devant la Suisse, l'Australie et la Norvège.

Un regard rafraîchissant

S'il a de quoi étonner, ce positionnement de l'image de Montréal à l'échelle internationale nous donne un regard de l'extérieur vraiment rafraîchissant, hautement tonifiant même.

Parce qu'il faut bien l'avouer, vue et vécue de l'intérieur, la réputation de la ville de Montréal est loin d'être à son zénith. Tant pour les citoyens qui y vivent ou qui y travaillent quotidiennement que pour les visiteurs de passage qui cherchent à s'y retrouver.

Parce que pour la majorité des Montréalais, l'exemplarité de la réputation de la ville en est encore au stade du début de l'ébauche.

Montréal la ville aux 400 chantiers quasi simultanés où chaque rue cache le déplaisir de la découverte d'un nouveau détour. Montréal la ville où les pannes à répétition du métro restent des phénomènes inexpliqués.

Montréal encore gêné par les relents des témoignages des corrompus de la commission Charbonneau. Montréal au CHUM inachevé. Montréal au Stade olympique en perpétuelle quête de fonctionnalité. Montréal aux policiers pantalonnés aux couleurs du Cirque du Soleil.

Il faut plutôt voir dans les résultats de l'étude du Reputation Institute les prémisses du Montréal actuellement en construction, celui que l'on verra demain. Ce modèle de fluidité porté par un échangeur Turcot hyper efficient.

Ce Montréal accessible par un nouveau pont Champlain qui rapprochera la Rive-Sud à un jet de pierre du centre-ville. Un Montréal parcouru jour et nuit par un Réseau électrique métropolitain hypermoderne, écologique et efficace...

En ce matin de solstice d'hiver, alors que les jours sans lumière prennent fin, Montréal est mûr il aussi pour recommencer à rayonner comme il a déjà été capable de le faire et de brillante façon. La rédemption est peut-être pour bientôt.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer