Eau potable : Ne pas fuir

« L'an dernier, les usines de la ville ont... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

« L'an dernier, les usines de la ville ont produit l'équivalent de 823 L d'eau par personne par jour », indique Alexandre Sirois.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Montréal veut nous faire croire que les nouvelles sont bonnes en matière d'économie d'eau potable.

Lors de la publication de son bilan annuel à ce sujet, la semaine dernière, le titre de son communiqué était résolument optimiste :  « Montréal produit et consomme moins d'eau : une diminution de 20 % depuis 2001. »

Les responsables du Service de l'eau n'ont pas tort. La situation s'améliore. Lentement, mais sûrement. Les six usines de la ville produisaient en 2001 l'équivalent de 1120 L par personne par jour. L'an dernier, cette production a reculé à 823 L par habitant. Il faut s'en féliciter. C'est la preuve que la Ville, après avoir trop longtemps négligé ce dossier, a pris les choses en main.

En revanche, il ne faudrait pas perdre de vue que Montréal revient de loin.

Il y a cinq ans, le très sérieux magazine The Economist avait classé les grandes villes nord-américaines selon leur « performance environnementale » dans divers secteurs. Notre métropole, pour ce qui est de l'économie d'eau potable, se retrouvait au 26e rang... sur 27.

D'ailleurs, si on consulte les plus récentes données au sujet des volumes d'eau perdus, on se rend compte que la quantité demeure astronomique. Montréal perd encore quelque 30 % de l'eau produite chaque année. En 2015, ça représentait 180 millions de mètres cubes d'eau (sur une production annuelle de 600 millions).

Pour donner une idée de l'ampleur des fuites, notre collègue Pierre-André Normandin a calculé qu'avec toute cette eau qui s'échappe du réseau, on pourrait remplir pas moins de 100 fois le Stade olympique.

À ce chapitre, cependant, il faut aussi reconnaître que la Ville a pris le taureau par les cornes.

Elle a notamment renouvelé une cinquantaine de kilomètres de conduites l'an dernier. De son propre aveu, elle est en train d'effectuer « un rattrapage face au déficit d'entretien hérité des décennies précédentes ».

Mais ce n'est pas suffisant, même aux yeux de Québec. Le gouvernement provincial, dans sa stratégie d'économie d'eau potable, a réclamé il y a quelques années que l'ensemble des réseaux d'aqueduc de la province fasse baisser le taux de fuite à « un maximum de 20 % du volume total d'eau distribué » dès 2017. Il sera bien sûr impossible pour Montréal d'y parvenir à temps.

Consommer « EAUtrement », comme le suggère Québec, ne répond pas qu'à des impératifs de développement durable. C'est aussi une question de coût. À la Ville, on estime qu'il en coûte environ 0,035 $ en énergie et en produits chimiques utilisés par mètre cube d'eau additionnel produit (en amont), et 0,026 $ pour chaque mètre cube supplémentaire traité (en aval). Sans tenir compte, bien sûr, des coûts généraux du système (y compris infrastructures et personnel).

Ainsi, s'il est important de souligner les avancées faites par Montréal, ses citoyens, ses commerces et ses industries en matière d'économie d'eau potable ces dernières années, il faut le faire sans oublier de rappeler qu'il y a loin de la coupe aux lèvres. Tout un chacun doit continuer à s'en préoccuper.

Ce n'est pas nécessairement rentable politiquement, puisque optimiser le réseau d'eau potable, ce n'est pas très sexy, mais la Ville ne doit surtout pas cesser de multiplier les initiatives et d'investir dans la chasse aux fuites.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer