La météo, sujet chaud !

« Comment peut-on prévoir le temps dans trois mois... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRéCHETTE, archives LA PRESSE)

Agrandir

« Comment peut-on prévoir le temps dans trois mois alors que l'on peine à le faire pour le lendemain ? Voilà la vraie question pour plusieurs », écrit Gilles Brien.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRéCHETTE, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gilles Brien

Les dés sont joués. Rien ne va plus. Environnement Canada a fait connaître en grande pompe le 31 mai ses prévisions saisonnières pour l'été 2016.

Toutes les grandes agences météorologiques en Amérique du Nord, en Asie et en Europe en ont fait autant ces dernières semaines. Même le secteur privé s'est lancé dans la course. MétéoMédia a fait connaître ses prévisions estivales pour le Québec le 24 mai.

La question est devenue une industrie : aurons-nous un bel été ?

Ce phénomène n'existait pas il y a 20 ans. Le public ne se souciait pas tant du sujet. Les gens étaient satisfaits quand les météorologues ne se trompaient pas trop pour la fin de semaine.

De nos jours, parce que les experts du climat font des projections sur 50 ou 100 ans, le public est porté à croire que la météo peut être prévue des mois d'avance, alors que ça reste impossible. Comment peut-on prévoir le temps dans trois mois alors que l'on peine à le faire pour le lendemain ? Voilà la vraie question pour plusieurs.

Et alors, il sera comment cet été tout neuf qui nous attend ? Qui aura raison entre les modèles climatiques différents d'un pays à l'autre ? Les Américains ? Les Européens ? Les Canadiens ? C'est la question à 100 000 bits. Car, dans le monde de la météorologie, c'est la puissance informatique qui compte. Et puis, ces prévisions pour l'été, ça vient ? O.K. Roulement de tambour...

L'ÉTÉ SERA CHAUD

Bonnes nouvelles pour ceux qui aiment la chaleur :  l'été sera chaud. Le mercure devrait être supérieur à la normale en juin, juillet et août. Les experts sont confiants à 70 % de leurs résultats. En ce qui concerne les précipitations, aucune tendance ne se dégage.

Par contre, pour la température, le signal donné par les superordinateurs est très fort. L'été dans le sud du Québec pourrait être plus chaud de 2 °C selon Environnement Canada. Un écart de 2 °C peut sembler minime. Mais en climatologie, c'est énorme. C'est comme si vous déplacez votre maison de 100 km plus au sud. Ou comme déménager de Québec à Montréal.

Si vous prévoyez un voyage en Europe à l'été, sachez que le Centre météo européen prévoit du temps plutôt frais au Royaume-Uni, et plus chaud dans les régions du bassin méditerranéen.

Bien entendu, les prévisions saisonnières sont loin d'être précises. Si elles ne servent pas à grand-chose pour prévoir vos vacances, pour certains secteurs de l'économie comme l'industrie du chauffage ou l'agriculture, ces aperçus sont utiles, permettant de suivre le pouls du climat mondial.

En attendant de savoir si ces projections vont se réaliser, le temps plus frais de la semaine prochaine risque de soulever des doutes sur la perspective d'un été plus chaud. Or, l'été n'est pas commencé encore que des canicules ont débuté. L'été 2016 risque de se démarquer à la météo. Après tout, c'est l'été du 20e anniversaire du déluge du Saguenay !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer