Denis Villeneuve: prendre la science-fiction au sérieux

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En prévision de la sortie, le 6 octobre, du tant attendu Blade Runner 2049, le cinéaste Denis Villeneuve, qui a l'insigne honneur de signer la suite du film culte de Ridley Scott, rencontrait la presse, jeudi, dans un hôtel du Vieux-Montréal.

Comme l'agent K, le personnage principal de Blade Runner 2049, Denis Villeneuve a la mémoire un peu floue. Il ne se souvient pas exactement du moment où, en 1982, il a vu le Blade Runner de Ridley Scott. À Trois-Rivières? À Montréal? Tout ce dont Denis Villeneuve se souvient, c'est qu'il avait 14 ans et qu'il était un fan fini de science-fiction: de vraie science-fiction, s'entend.

«À l'époque, raconte Denis Villeneuve dans une suite d'un hôtel du Vieux-Montréal, où il enchaîne les entrevues, il y avait peu de cinéastes qui prenaient la science-fiction au sérieux, à part Stanley Kubrick avec 2001, l'Odyssée de l'espace, Spielberg avec E.T. et Ridley Scott avec Blade Runner. Or quand t'as 14 ans, tu veux voir un film de science-fiction pour adultes, pas pour enfants. Celui de Ridley Scott était un film pour adultes avec une vraie vision du futur.»

Denis Villeneuve ne se souvient pas de la ville ni du cinéma, mais il se souvient du choc ressenti devant l'esthétisme quasi révolutionnaire du Blade Runner de 1982. Un choc presque amoureux qui lui a fait dire, avant le début du tournage, à un journaliste américain: «Si je fais ce film, c'est d'abord parce que je ne veux pas laisser quelqu'un d'autre le fucker

Dans la suite, il poursuit le raisonnement en énumérant les innombrables qualités du film culte de son adolescence.

«Il y avait cette hybridation entre la science-fiction et le film noir qui ne s'était jamais, jamais vue, et puis il y avait une atmosphère, une mélancolie. Je ne parle pas de sentimentalisme, mais bien d'une mélancolie qui touchait le mélancolique que je suis. C'était aussi la première fois qu'on présentait le futur en relation avec son passé. On était en 2019 et pourtant, on voyait passer des voitures des années 80. Ridley Scott avait réfléchi à l'esthétisme, à l'architecture, à la sociologie, à la géopolitique, au climat. Il avait composé une vision globale de ce que pourrait être notre futur.»

Un film plus féminin

Cette vision globale, on peut dire que Denis Villeneuve, le petit gars de Bécancour, diplômé de l'UQAM et gagnant de la Course Europe-Asie, la reproduit admirablement à sa façon avec ses images sublimes de dévastation écologique, de pollution étouffante, de dépotoirs aussi vastes que des océans, jonchés de carcasses de l'ère post-industrielle.

Mais Denis Villeneuve n'a pas l'âge ni la même sensibilité que Ridley Scott. Aussi son film est-il beaucoup plus féminin que celui de Scott. «C'est une des choses qui m'ont séduit en lisant le scénario. J'aimais le fait que les femmes y tiennent un rôle de premier plan. Tout comme j'aimais pouvoir montrer des corps nus. Ça faisait rire mes producteurs qui me taquinent souvent au sujet de ma culture québécoise plus proche de la culture européenne qu'américaine. En même temps, ils savaient bien qu'en montrant ces scènes, le film serait pour 18 ans et plus. C'était une de mes conditions de départ et ils l'ont non seulement acceptée, mais ils l'ont défendue auprès du distributeur.»

En prenant place avec Villeneuve sur le grand divan de la suite, je n'ai pu m'empêcher de repenser à notre première rencontre sur la plage à Cannes en 1997. Villeneuve, qui avait 29 ans, était venu pour Cosmos, un film réalisé par six jeunes cinéastes qui, depuis, hormis André Turpin et Manon Briand, ont disparu dans la brume. Des six, Villeneuve était le plus tendu. «Je suis un vrai paquet de nerfs, m'avait-il avoué. C'est tellement énorme de se retrouver à Cannes alors qu'il y a seulement un an, je ne pensais qu'à faire un bon petit film avec mes chums. Tout ce que j'espère, c'est qu'on ne se fera pas planter.»

Autant dire que Denis Villeneuve en a fait du chemin depuis, devenant au passage un réalisateur parmi les plus en vue à Hollywood et dont le coeur en ce moment balance entre la suite de Dune, le prochain James Bond ou un film sur Cléopâtre.

La pression à laquelle il a fait face pour la suite de Blade Runner, doté d'un budget d'environ 200 millions, fut énorme. Il le concède lui-même. Il fallait être fait fort.

«Honnêtement, je dois avoir la couenne dure pour accepter des défis comme celui-là. Je pense que c'est parce que j'ai une capacité à être un peu autiste, à me couper de tout et à me concentrer sur le travail à faire.»

«Avant de dire oui, il y a des moments d'angoisse, mais une fois que t'as dit oui, il est trop tard, faut que t'honores le privilège. Je n'ai jamais vécu une pression artistique aussi énorme qu'avec Blade Runner. En même temps, je sentais que j'avais une familiarité avec le film. C'est arrogant de dire qu'on pense qu'on est capable de faire une suite à Blade Runner, mais je le sentais en moi, que j'étais capable. Il y avait dans ce film une parenté avec mes films précédents. Si je n'avais pas eu ce sentiment-là, je n'aurais jamais fait le film. D'ailleurs, on m'a proposé un paquet de films que je n'ai pas faits. Je les trouvais pourtant très bons, mais je ne me sentais pas capable de les réaliser.»

Des exigences

Avant de commencer le tournage en Hongrie, Villeneuve avait plusieurs exigences. Il voulait notamment que le film ait son propre rythme et dure le temps qu'il jugeait nécessaire. Il a eu gain de cause puisque le film dure un peu plus de 2 h 40. «Un plan qui dure plus longtemps gagne en puissance à mes yeux. Tout dépend du film, évidemment. Polytechnique ne durait que 76 minutes et c'était bien ainsi. Mais pour Blade Runner, la longueur était nécessaire. On a travaillé très fort sur le montage et je peux vous assurer que ce que vous voyez à l'écran, c'est le director's cut

Je lui demande de quelle scène il est le plus fier. Il me répond qu'il y en a plusieurs, dont certaines qu'on ne peut révéler. Mais il a une affection toute particulière pour une scène dans un désert ocre où l'agent K se promène parmi des sculptures érotiques géantes qui rappellent Fellini. «Je ne pensais jamais pouvoir tourner une scène comme celle-là», dit avec un grand sourire celui qui, il y a 20 ans, ne pensait jamais se rendre à Cannes et qui, en ce moment même, travaille sur le scénario de la suite de Dune, tout en discutant avec les producteurs de James Bond.

«Quant à Cléopâtre, il y a quelques années, j'ai lu le scénario d'Eric Roth que j'avais adoré et qui, depuis, a été écarté. Moi, c'est ce scénario-là qui m'intéresse, pas le nouveau», conclut un cinéaste qui, à l'approche de ses 50 ans mardi, non seulement sait ce qu'il veut, mais a désormais l'embarras du choix.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer