The Single Moms Club: hommage aux mères célibataires

Nia Long, Wendi McLendon-Covey, Zulay Henno et Cocoa... (Photo: fournie par Films Séville)

Agrandir

Nia Long, Wendi McLendon-Covey, Zulay Henno et Cocoa Brown dans The Single Moms Club.

Photo: fournie par Films Séville

Romain Raynaldy
Agence France-Presse
Los Angeles

Le prolifique producteur et réalisateur américain Tyler Perry a choisi de rendre hommage aux mères célibataires dans The Single Moms Club, une comédie dramatique qui surfe sur le récent engouement des studios pour les films portés par des femmes.

Trois mois après la grosse comédie A Madea's Christmas, Tyler Perry - qui sort deux à trois films par an - choisit un sujet plus sérieux pour prendre temporairement congé du cinéma.

«Pendant les deux prochaines années, je vais me concentrer exclusivement sur la télévision. Et je voulais finir avec quelque chose qui puisse inspirer et encourager un grand nombre de gens», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Beverly Hills.

The Single Moms Club, qui sort vendredi aux États-Unis, réunit donc cinq mères célibataires de milieux très différents, dont le seul point commun est d'avoir leurs enfants dans la même école.

Mais lorsque leurs fils et filles sont surpris en train de fumer et de couvrir de graffitis les murs de l'école, les mères sont condamnées à s'entendre pour organiser une vente de charité et éviter l'expulsion des enfants.

Comme dans tout comédie hollywoodienne grand public, l'expérience s'avère «transformante» et va obliger les cinq «mères courage» à se connaître, puis à se respecter les unes les autres et, finalement, à s'entraider.

Tyler Perry - auteur, réalisateur, producteur et interprète de tous ses films - a écrit The Single Moms Club en pensant à sa tante, «qui a élevé quatre garçons toute seule. Elle n'a jamais pris un jour de congé-maladie et n'a jamais rien demandé à personne».

«C'est donc mon hommage à elle et à toutes les mères célibataires», dit-il. «Mais soyons clairs, ce n'est pas un film «Pauvre de moi, mon Dieu, je suis une mère célibataire!». C'est un film sur des femmes qui font ce qu'il faut pour leurs enfants sans se poser de question, et qui y arrivent».

Tyler Perry a réuni un casting éclectique, composé de Amy Smart, Nia Long, Cocoa Brown, Zulay Henao et Wendi McLendon-Covey.

Cette dernière était de la distribution de Mes meilleures amies, la comédie de Paul Feig qui a fait des merveilles au box-office américain en 2012, et fait enfin comprendre aux studios hollywoodiens que des films entièrement portés par des femmes pouvaient rapporter des centaines de millions de dollars.

Plusieurs exemples - au succès tout aussi flagrant - ont suivi depuis, de la comédie The Heat à Gravity, Blue Jasmine ou The Hunger Games.

The Single Moms Club, bien que plus modeste et parfois caricatural, s'inscrit sans conteste dans cette tendance et Tyler Perry reconnaît avoir une tendresse particulière pour les personnages féminins.

«J'adore écrire pour les femmes parce qu'elles n'ont pas peur d'êre vulnérables, de rire et de pleurer. Oui, je préfère écrire pour elles que pour les hommes», dit-il.

Tyler Perry, qui a construit un véritable empire en produisant des films et séries à destination de la communauté afro-américaine, a fait ses débuts sur les planches, y créant notamment le personnage de Madea - qu'il interprète lui-même -, une grand-mère catastrophe qui sème la pagaille partout où elle passe et qui a déjà donné lieu à plusieurs films.

Le cinéaste, qui produit et réalise tous ses films et séries télévisées dans son propre studio à Atlanta, a passé un accord avec la chaîne de télévision d'Oprah Winfrey, OWN, à laquelle il fournit deux séries qui assurent la rentabilité de la chaîne.




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer