La LNH parviendra-t-elle à relancer sa saison ? L’opération semblait prometteuse ces dernières semaines, mais les développements des 24 dernières heures nous rappellent qu’une reprise des activités est tout sauf acquise.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Seulement dans la journée de vendredi, on a appris qu’Auston Matthews aurait été déclaré positif à la COVID-19, tandis que le Lightning de Tampa Bay a fermé son centre d’entraînement. La LNH a quant à elle confirmé, dans une déclaration envoyée en début de soirée, que 11 joueurs du circuit ont été déclarés positifs, sur « plus de 200 joueurs testés » depuis le 8 juin.

C’est le Toronto Sun, sous la plume de Steve Simmons, qui a rapporté le test positif de Matthews. Au moment où nous écrivions ces lignes, ni l’agent du joueur ni l’équipe n’avaient confirmé l’information. Les Leafs ont toutefois publié une déclaration dans laquelle ils disent qu'ils n'offriront pas de commentaires et rappellent que c'est la LNH qui dévoile le nombre de cas positifs, et ce, sans dévoiler l'identité des joueurs atteints.

Selon Simmons, Matthews serait chez lui en Arizona, où il se serait mis en quarantaine. L’attaquant vedette des Maple Leafs aurait toujours espoir de rentrer à Toronto à temps pour le début des camps d’entraînement, prévu le 10 juillet.

En Floride, le Lightning de Tampa Bay a fermé son centre d’entraînement en raison d’une éclosion de cas de COVID-19. Trois joueurs et des membres du personnel ont été déclarés positifs, a confirmé le directeur général du Lightning, Julien BriseBois, dans un communiqué envoyé vendredi en fin d’après-midi.

Selon BriseBois, « les joueurs sont asymptomatiques, à l’exception de quelques cas de légère fièvre. Les gens qui ont été en contact avec ces personnes ont été avertis ».

« Dès la réception des tests positifs [jeudi], les installations de l’équipe ont été immédiatement fermées et tout le monde a été renvoyé à la maison », explique BriseBois dans le communiqué. Le Lightning n’a toutefois pas annoncé cette fermeture, qui a été dévoilée par l’informateur de TSN Bob McKenzie vendredi après-midi.

Éclosion dans plusieurs États

Les 31 équipes de la LNH sont actuellement dans la phase 2 du protocole de retour au jeu, qui consiste en une réouverture des centres d’entraînement. La présence des joueurs est toutefois optionnelle et laissée à la discrétion de chacun. Beaucoup de joueurs sont encore dans la ville où ils habitent pendant la saison morte, et non pas dans la ville où ils jouent.

Mais voilà que la phase 2 est interrompue à Tampa. Les installations du Lightning sont situées dans le comté de Hillsborough, en Floride, qui a enregistré une hausse de plus de 40 % des cas de COVID-19 dans la dernière semaine.

La Presse a calculé la hausse des cas dans les marchés où évoluent les 18 équipes américaines qui doivent participer à la reprise des activités dans la LNH. Aux fins de référence, nous avons choisi le comté où sont situés les centres d’entraînement, puisque c’est là que les joueurs ont recommencé à patiner, et c’est aussi souvent là qu’ils élisent domicile.

Ainsi, dans le cas du comté de Hillsborough, du 11 au 18 juin, le nombre de cas positifs est passé de 3200 à 4600, selon les données de l’Université Johns Hopkins. Au cours de cette même semaine, la Floride est passée de 69 000 à 86 000 cas positifs.

Dans 8 des 18 comtés, les hausses sont supérieures à 10 %. Parmi ces comtés, on retrouve celui de Clark (+ 17,3 %), où les Golden Knights de Vegas sont établis. Selon divers médias, Las Vegas serait une des deux villes où la LNH tiendrait le tournoi de qualification et les séries éliminatoires.

Rappelons cependant que dans la phase 2, les joueurs ne sont pas tenus de se confiner. Les paramètres des phases 3 (camp d’entraînement) et 4 (reprise des matchs) font encore l’objet de négociations entre la LNH et l’Association des joueurs. Il faudra voir si les récents événements inciteront la LNH à exiger des joueurs un confinement plus strict.

Blue Jays, Phillies…

La LNH n’est pas la seule ligue à devoir composer avec des cas de COVID-19.

Au baseball majeur, les Phillies de Philadelphie ont annoncé huit cas positifs (cinq joueurs et trois membres du personnel), dans leurs installations de Clearwater, en Floride. Clearwater est situé dans Pinellas, un comté voisin de Hillsborough. Le comté de Pinellas est lui aussi le théâtre d’une explosion de cas, leur nombre étant passé de 1900 à 2900 au cours des sept derniers jours.

Les Phillies ont confirmé avoir fermé leurs installations « pour une durée indéterminée ».

De leur côté, les Blue Jays de Toronto ont annoncé vendredi avoir fermé leur centre d’entraînement de Dunedin, ville voisine de Clearwater, après qu’un joueur eut présenté des symptômes de la COVID-19.

Et l’Impact ?

Le monde du sport professionnel a les yeux tournés vers la Floride depuis quelques semaines, puisque plusieurs ligues ont choisi cet État du Sud pour y relancer leurs activités. C’est le cas de la MLS, et l’Impact de Montréal doit se rendre à Orlando dans les prochains jours afin d’y disputer des matchs à compter du 8 juillet.

Les équipes peuvent techniquement arriver à Orlando à compter du 24 juin, mais l’Impact a eu l’autorisation cette semaine de tenir des entraînements avec son effectif complet à Montréal, ce que le onze montréalais a fait jeudi et vendredi. Compte tenu des circonstances, tout porte à croire que l’Impact poursuivra son entraînement dans ses propres installations à court terme.

Vendredi, l’Inter Miami et Atlanta United ont chacun annoncé qu’un de leurs joueurs avait contracté la COVID-19.

La MLS et la NBA prévoient reprendre les matchs sur le site de Walt Disney World, situé dans la région d’Orlando, à 135 km au nord-est de Tampa. Le comté d’Orange, où est situé le complexe de loisirs de Disney, vient de passer de 2700 à 3900 cas, du 11 au 18 juin.

De son côté, la WNBA planifie un retour au jeu à Bradenton, dans la grande région de Tampa.