Pour vous aider à choisir ce que vous mettez dans votre panier, des nutritionnistes analysent quatre aliments.

Marie Allard Marie Allard
La Presse

Roulés de dattes Medjool à la noix de coco

Bard Valley Natural Delights

8,99 $ pour 340 g

Promesse : « Sans sucre ajouté », dit Bard Valley Natural Delights.

Réalité : C’est vrai, ces délicieuses bouchées faites aux États-Unis ne contiennent pas de sucre ajouté. Elles sont composées de seulement deux ingrédients : dattes et noix de coco. Un morceau (20 g) fournit tout de même 13 g de sucres. « Le sucre provient des dattes, qui procurent également 2 g de fibres », explique Élise Jalbert-Arsenault, nutritionniste à Montréal.

Pour une collation complète, il faudrait ajouter une source de protéines, comme un yogourt ou quelques noix, suggère-t-elle. « Est-ce une bonne douceur ? Oui, pourquoi pas, tout autant que le seraient des dattes séchées », souligne-t-elle.

Seitan Thai

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Seitan Thai Commensal, 5,99 $ pour 300 g

Commensal

5,99 $ pour 300 g

Promesse : « Tendres tranches de seitan, composé de protéines de blé, dans une délectable sauce aigre-douce bien équilibrée », dit le Commensal.

Réalité : Le seitan, c’est quoi ? C’est une préparation végétale protéinée, à base de quatre ingrédients : eau, gluten de blé, farine de blé et huile de canola. « Sans flaveur, un peu comme le tofu, il doit être aromatisé pour que le consommateur puisse l’apprécier », indique Geneviève Boily, professeure en techniques de diététique au collège Montmorency de Laval, qui a évalué les produits en collaboration avec ses élèves.

Le Commensal sert ce seitan dans une sauce thaïe, à base d’ingrédients connus (oignons, tomates, sucre de canne, etc.). Malheureusement, « l’apport en sodium est beaucoup trop élevé », note Geneviève Boily. Une portion de 150 g (1/2 paquet) fournit 460 mg de sodium, soit 20 % du maximum à consommer par jour. « La sauce contient aussi une quantité appréciable de sucre », note-t-elle. Bref, ce seitan thaï est à consommer à l’occasion seulement, comme bien des substituts de viande prêts à manger.

Concentré de protéines de petit lait au chocolat H Whey +

PHOTO TIRÉE DU SITE WEB D’HUGO GIRARD

Concentré de protéines de petit lait au chocolat H Whey + 36 $ pour 908 g

Hugo Girard

36 $ pour 908 g

Promesse : « Source d’acides aminés essentiels jouant un rôle dans la synthèse des protéines musculaires », dit Hugo Girard.

Réalité : Pour la plupart des gens, les poudres de protéines ou d’acides aminés ne sont pas nécessaires, estime Élise Jalbert-Arsenault. « Une alimentation généralement équilibrée, avec une répartition des protéines tout au long de la journée (incluant le déjeuner !), fait très bien le travail », assure-t-elle.

Il y a des exceptions. « L’ajout d’une collation protéinée après l’entraînement peut tout de même s’avérer intéressant pour certains sportifs qui visent un gain de masse musculaire », reconnaît la nutritionniste. Il faut toutefois accompagner les protéines de glucides, idéalement dans un ratio de 3 g de glucides pour 1 g de protéines. Une portion de 30 g de cette poudre d’Hugo Girard est loin du compte, avec 5 g de glucides pour 21 g de protéines. La solution ? La consommer avec un fruit ou un produit céréalier.

Encore plus simple, « pour une collation post-entraînement, on peut facilement miser sur un smoothie composé de yogourt, de lait et de fruits, ou encore sur un yogourt avec des noix et fruits séchés, un sandwich aux œufs, une salade de légumineuses, etc. », suggère la nutritionniste.

Barre moelleuse aux bleuets et noix de cajou

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Barre moelleuse aux bleuets et noix de cajou GoodTo Go, 2,33 $ pour 40 g

GoodTo Go

2,33 $ pour 40 g

Promesse : « Ce produit est certifié Keto », dit GoodTo Go.

Réalité : Les trois premiers ingrédients de cette barre faite au Canada sont les suivants : poudre d’amande, inuline et érythrol. La poudre d’amande se passe d’explication. L’inuline est une source de fibres, qui n’a toutefois « pas les mêmes effets sur la santé que les grains entiers retrouvés dans les céréales », indique Geneviève Boily. Quant à l’érythrol, c’est un édulcorant de synthèse qui contribue à entretenir le goût du sucré.

Les cajous sont en quatrième position dans la liste d’ingrédients. Les bleuets ? En huitième position…

Cette barre « est effectivement un aliment pouvant faire partie d’une diète cétogène », confirme Geneviève Boily. Très peu des glucides de cette barre sont absorbables, alors que le but ultime de cette diète est justement de « limiter les hydrates de carbone », explique-t-elle. Pour la population en général (qui ne suit pas la diète Keto), c’est aussi une collation imparfaite, mais relativement intéressante, notamment parce qu’elle fournit 6 g de protéines. À manger avec un fruit, pour avoir une source rapidement utilisable d’énergie.