Le président des États-Unis, Donald Trump, a ajouté son grain de sel à l’affaire des blackface de Justin Trudeau.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

« J’espérais qu’on ne me pose pas cette question », a affirmé le locataire de la Maison-Blanche vendredi.

Il y a tout de même répondu : « Je suis surpris. J’ai été encore plus surpris quand j’ai vu le nombre de fois (où c’est arrivé) », a offert le président Trump.

PHOTO JONATHAN ERNST, REUTERS

Donald Trump

« J’ai toujours eu une bonne relation avec Justin… je ne sais pas quoi vous dire, mais j’ai été surpris de voir ça », a-t-il conclu.

Des images remontant à plusieurs années montrant Justin Trudeau le visage, le cou et les bras peints en brun et en noir ont fait surface cette semaine.

L’affaire a défrayé la manchette à l’international et aux États-Unis. Vendredi matin, elle faisait la une du Washington Post.

Jeudi soir, le comédien Trevor Noah y a consacré un segment dans son émission de fin de soirée The Daily Show.

En somme, l’image de Justin Trudeau, qui a toujours bénéficié d’une couverture positive à l’international, en prend pour son rhume.

Invité à commenter l’impact que cela pourrait avoir sur sa réputation mondiale, il s’est contenté de répondre qu’il se concentrait « sur les Canadiens qui sont discriminés ».

Trudeau encore talonné

Le premier ministre sortant s’est à nouveau excusé pour son comportement passé en marge de son annonce sur le contrôle des armes à feu.

PHOTO SEAN KILPATRICK, LA PRESSE CANADIENNE

Justin Trudeau

Deux photos – une de 2001 où il s’était peint le visage pour un costume d’Aladdin et une de ses années au collège Jean-de-Brébeuf où il incarnait Harry Belafonte – sont sorties mercredi.

Le lendemain, le réseau Global News publiait une vidéo de Justin Trudeau le visage peint en noir.

« Cet incident-là s’est passé dans l’été de 1992, 1994, quand je travaillais en tant que guide de rivière sur la rivière Rouge, au Québec », a-t-il précisé vendredi.

Et si jeudi, le chef libéral avait refusé de dire catégoriquement s’il se souvenait d’autres incidents du genre, il a affirmé vendredi que « non, pas à (son souvenir) ».

Le chef a par ailleurs signalé qu’il comptait « s’excuser directement » auprès du chef néo-démocrate Jagmeet Singh.

À l’origine, le blackface était une façon de dénigrer les Noirs sur scène aux États-Unis ; des acteurs blancs se maquillaient en noir pour les caricaturer.

Pour tout savoir sur les élections fédérales, abonnez-vous au Courrier électoral, notre infolettre publiée à 19 h tous les jours : https://www.lapresse.ca/inscription-le-courrier-electoral