(Ottawa) Quatre jours après la 44e élection fédérale qui a conduit au retour au pouvoir de Justin Trudeau à la tête d’un gouvernement minoritaire, on attendait encore le résultat final dans deux circonscriptions.

Lina Dib La Presse Canadienne

Vendredi avant-midi, Richmond Centre et Nanaimo-Ladysmith, deux circonscriptions de Colombie-Britannique, maintenaient le suspens. Dans la première, c’est un candidat libéral qui est en tête ; dans la seconde, une candidate néo-démocrate.

Au Québec, la circonscription de Longueuil-Saint-Hubert a finalement été attribuée au bloquiste Denis Trudel.

Avec 336 résultats finaux sur 338, les forces en présence se partagent ainsi : 158 libéraux, 119 conservateurs, 33 bloquistes, 24 néo-démocrates et deux verts.

Il reste aux néo-démocrates à savoir si cette élection leur aura permis d’ajouter un siège aux Communes. À la dissolution de la Chambre, cet été, ils étaient 24. Ils espèrent devenir 25.

Le Bloc québécois, lui, n’aura ajouté qu’un seul siège, à comparer aux élections de 2019. Les libéraux au Québec en ont perdu un.

Tout de même, après ces élections, tout comme en 2019, le Parti libéral du Canada a obtenu plus de votes et plus de sièges au Québec que son rival bloquiste.

Ce sera donc 34 libéraux québécois qui feront face à 33 bloquistes à la Chambre des communes lorsque les travaux reprendront.

Les conservateurs ont maintenu les mêmes 10 sièges au Québec. Les néo-démocrates ont assuré le retour de leur unique député québécois : Alexandre Boulerice.

Reste à voir si certains candidats défaits réclameront un recomptage.

À Trois-Rivières, le conservateur Yves Lévesque, arrivé 93 voix derrière le bloquiste, considérait ses options, aux dernières nouvelles.