Je côtoie des patients tous les jours. Des hommes et des femmes de tous âges, des enfants aussi. Depuis 22 mois, j’ai écouté avec empathie la détresse de ces derniers, j’ai senti leur désarroi, j’ai vu leur impuissance… Ce qui me pousse aujourd’hui à écrire mes observations cliniques ? Mon inquiétude face à la condition de certains patients…

Publié le 28 janvier
Catherine Aubé
Catherine Aubé Chiropraticienne

Ces femmes et ces hommes sont des exemples à suivre. Grâce à leurs visites régulières au centre d’entraînement, ils réussissent à se dépasser, à se motiver, à prendre soin de leur santé et à se sentir bien. En bougeant, en respirant, en partageant le plaisir de l’entraînement, ils continuent de sécréter ces hormones du bonheur, tellement essentielles dans le contexte actuel.

Quotidiennement, dans mon bureau, j’accompagne ces adeptes de l’entraînement qui « ne coûtent pas cher » à la société grâce à leur mode de vie actif.

Mais sans l’énergie unique et le dynamisme que l’on retrouve dans un gym, ces adeptes commencent à s’essouffler, à se démotiver… et c’est plus tard qu’ils risquent de « coûter cher » au système de santé.

Je constate de façon très concrète les effets pernicieux de ces fermetures.

Mme Léger, 71 ans, qui troque son cours de zumba pour son sofa (et du même coup qui renoue avec ses épisodes de sciatalgies). Sophie, 17 ans, qui « mange ses émotions » avant un examen au lieu d’aller se défouler sur un tapis roulant. Jean-François, 45 ans, qui ne s’arrête plus au gym après le travail, mais qui arrive chez lui beaucoup trop fatigué pour faire un seul push-up, lui qui s’amusait à en faire 100 comme échauffement.

Motiver les clients à prendre soin d’eux-mêmes et viser l’atteinte d’une santé physique et mentale optimale, n’est-ce pas là toute la pertinence d’un centre d’entraînement ? Contrer la dépression, l’anxiété, le surpoids, les blessures fréquentes dues à la sédentarité, contribuer à la prévention des maladies cardio-vasculaires, jouer un rôle sur l’estime de soi… la liste des bienfaits qu’offrent ces « lieux de culte physique » est longue, et belle ! Alors, pourquoi les maintenir fermés, alors qu’ils font tant de bien, à tant de gens, à court et à long terme ?

Qu'en pensez-vous? Exprimez votre opinion