Spécialisés en santé et soins cardiorespiratoires, les 4400 inhalothérapeutes jouent un rôle essentiel, notamment en soins critiques (soins intensifs et urgences) et en assistance anesthésique incluant la sédation-analgésie. Leur expertise est unique. Lien capital entre la personne et le respirateur, ils assurent l’assistance ventilatoire pour maintenir les fonctions vitales. Depuis des mois, ils sont au front, comme mes collègues et moi, pour tenter de vaincre l’ennemi invisible qu’est la COVID-19.

François Marquis
François Marquis Chef du service de soins intensifs à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, intensiviste, interniste et professeur agrégé de clinique à la faculté de médecine de l’Université de Montréal

En cette Journée de l’inhalothérapeute, je tiens à souligner leur travail, souvent méconnu. Ils interviennent pourtant dans les moments critiques de la vie des patients, facilitent leur accès aux soins et favorisent leur retour à la maison et leur bien-être.

Plus que jamais, la collaboration interprofessionnelle est essentielle au sein des équipes de soins. Certains facteurs – avancées technologiques, complexification des problèmes de santé, vieillissement de la population, etc. – militent en faveur de l’optimisation du rôle, des compétences et des expertises de chaque professionnel en santé, y compris les inhalothérapeutes.

Si la dernière année pandémique a mis en lumière le rôle unique et crucial des inhalothérapeutes au sein de nos équipes interprofessionnelles, elle a aussi exacerbé une problématique préexistante : une importante pénurie d’effectifs. Ces carences peuvent entraîner de graves conséquences dans le milieu de la santé québécois.

En ce sens, je crois qu’il est primordial d’instaurer des mesures concertées pour valoriser la profession d’inhalothérapeute et pour contrer la pénurie dans ce domaine.

L’Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec (OPIQ) a proposé de rehausser leur formation initiale, du cégep vers l’université. Cela contribuerait à mettre la profession en valeur et à renforcer leurs compétences en soins critiques, en plus de favoriser le recrutement d’étudiants, comme en soins infirmiers. Il s’agit là d’une avenue qui me semble intéressante et qui pourrait être conjuguée à d’autres mesures, réfléchies avec l’ensemble des équipes de soins, afin de maximiser l’apport de chaque professionnel selon ses expertises.

Une chose est certaine : les inhalothérapeutes occupent un rôle incontournable et unique au sein de nos équipes interprofessionnelles. Ce rôle mérite d’être connu et reconnu. À tous les inhalothérapeutes du Québec, bonne Journée de l’inhalothérapeute !