Dans son rapport sur la « Stratégie de construction navale », la nouvelle vérificatrice générale du Canada, Karen Hogan, prévient que des retards additionnels pourraient mettre en péril le renouvellement des flottes de la Marine royale et de la Garde côtière.

Michel Beaumont Michel Beaumont
Québec

Certains navires pourraient être mis au rancart avant même que les bateaux de remplacement soient en service ! Ce n’est pas rien et cet exemple devient notable ! Qui égratigne donc l’éthique dans cette hypocrisie ostentatoire ?

Il est clair qu’il y a anguille sous roche dans le dossier. L’audit jette une lumière qui dissipe la brume dans cette administration qui, dit-on, manque le bateau où les effluves tartuffiens sont présents. Les processus opérationnels et organisationnels seraient mal établis, mal connus, mal compris et mal appliqués. Si les 15 frégates évaluées initialement à 26 milliards de dollars devaient maintenant coûter plus de 77 milliards de dollars en raison des retards, cela sert la cause de certaines personnes et de leur portefeuille !

À la lumière de ce qui précède, doit-on penser que le gouvernement, dans sa gestion « au p’tit bonheur la semaine », ne pose aucun regard sur ce qui semble être un festival de laxisme administratif, de retards et d’inefficacité qui a duré trop longtemps ? Mais quelle veulerie est-ce donc ? En passant, je n’ai jamais vu un président de chantier pleurer ou faire une dépression pour des augmentations de coûts ! Oui, autant les bateaux et les décisions prennent l’eau et dérivent dans ces remous navals !