J’aimerais bien savoir ce que dirait RBO en 2021. Or, comme le monde est imparfait, un RBO 2021 ne pourrait pas dire grand-chose. Sauf dire ce que tout le monde est censé dire. Parce qu’en 2021, la censure est devenue aussi banale qu’un égoportrait sur Facebook. La censure est omniprésente. Elle existe même après 20 h partout au Québec.

Jean Sébastien Lozeau Jean Sébastien Lozeau
Papa, réalisateur, auteur et entrepreneur

Sur toutes les tribunes, des experts en santé répètent en boucle que nos hôpitaux sont sur le point d’éclater. Vadeboncœur, Poirier, Marquis, alouette, le spotlight fait briller leurs mots tous pareils sur votre petit écran, sur votre écran d’ordi, sur votre écran de mobile et dans les grands journaux. Et ils ont raison de le dire que la santé manque d’oxygène. Car c’est bien le cas, la santé (COVID-19 ou pas COVID-19) a besoin d’air frais. Pourquoi Vadeboncœur, Poirier, Marquis, alouette, ne cherchaient-ils pas le spotlight pour le dire qu’il-était-le-début-d’un-temps-nouveau avant l’ère mars 2020 ?

Pour voir la lumière au bout du tunnel, il faut qu’il y ait un tunnel. On s’est trompé d’accès. On est tombé à l’eau et on se noie.

Il y a eu les arcs-en-ciel affichés aux fenêtres, il y a eu les photos de profil marquées du Défi 28 jours, il y a eu l’annonce du vaccin. Et après, il y a eu quoi ? Rien. À part le retour à la case départ de mars dernier. L’année 2021 se prend pour une autre. Elle se prend pour 2020.

Allons-nous emprunter encore le même chemin si celui-ci ne montre jamais rien de lumineux au bout ?

L’école m’a appris à penser en dehors de la boîte pour innover. C’est peut-être parce qu’elle est interdite, l’école, qu’on pense tous pareil ou qu’on ne pense plus du tout ? Il n’y a jamais qu’une solution à un problème, surtout quand la solution ne fonctionne pas.

Depuis un an (presque), les 45 milliards de dollars en santé servent à protéger les morts-vivants. Et les emplois assurés. Et les fonctionnaires qui ne sont jamais sur le terrain. Avons-nous imaginé ce que ce serait si les 45 milliards en santé servaient à protéger la vie ? Que voulons-nous protéger au juste : le système de santé défaillant depuis des décennies ou la vie des générations actuelles et à venir ?

Les statistiques d’aujourd’hui ressemblent à celles de l’an dernier utilisées quand j’ai écrit « Chiffrez-moi la paix ». À coups de mesures politiques strictes et austères, le gouvernement a réussi à nous faire taire. Et surtout, il a réussi à camoufler sa très mauvaise gestion, que la populace accepte parce que sans doute trop occupée à jouer aux gérants d’estrade. Parce que, oui, les Habitants pourront jouer au Centre Bell pendant que nos enfants ne peuvent plus jouer à l’aréna ou peuvent jouer dehors dans leur bulle familiale.

Je croyais que la Belle Province s’était reconfinée. Legault a été clair : télétravail. On sort pour aller à l’épicerie ou à la pharmacie. On sort aussi avec le chien après 20 h. Sinon, on reste chez nous. Pourquoi les autoroutes sont-elles pleines de voitures ? Pourquoi les stationnements des entreprises sont-ils pleins de voitures ? Pourquoi ?

Plusieurs personnes font la morale aux autres qui ne pensent pas comme elles. Très souvent, ces personnes qui font la morale aux autres qui ne pensent pas comme elles travaillent encore et leur vie a à peine changé. Un voyage remis à plus tard ou une visite de moins au chalet. Pis encore… Les Pierre Arcand de ce monde préfèrent ne rien changer du tout à leur vie plus importante que celle des autres. L’animal devient dangereux quand il a faim, mais l’homme le devient quand il a le ventre plein (Amor Abbassi).

Réinventons

Legault a demandé aux artistes de se réinventer. Et si le gouvernement se réinventait ? Il y a toujours une première fois, après tout. Par exemple, il pourrait permettre aux fonctionnaires des Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) qui sont généralement assez près des réalités et de l’opérationnel (ce qui est moins le cas du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS)) de faire des choix selon leurs besoins. De plus, l’octroi des budgets en santé est fait sur une base historique qui ne correspond plus aux réalités démographiques. Il y a assez d’argent en santé (47,8 milliards, soit 43 % du budget total de notre argent collectif), mais pas distribué de la bonne façon. Et le nœud du problème se situe au niveau de l’organigramme horizontal du MSSS, un éléphant politisé et très loin des besoins. La couche des nombreux sous-ministres freine l’efficacité. Comme l’a récemment mentionné Elon Musk, il y a trop de comités, de gestionnaires, de MBA, de réunions, etc. On veut plus d’humains et moins de comptables. Partout. En santé aussi.

Et il y a un autre aspect important, vital même, qui malheureusement est esquivé. Notre rapport avec la mort. C’est tabou, parler de la mort.

On se croit invincibles. Immortels. C’est faux. Désolé. On peut mourir à la naissance, on peut mourir en traversant la rue, on peut mourir dans un écrasement d’avion, on peut mourir du cancer, on peut mourir d’une pneumonie, on peut mourir d’une balle dans la tête, on peut mourir d’une crise cardiaque, on peut mourir en tombant dans l’escalier, on peut mourir jeune, on peut mourir vieux, on peut aussi mourir de la COVID-19 et, chose sûre, on va tous mourir un jour. On ne sait juste pas de quoi ni quand. La vie est faite ainsi. Elle est injuste et imparfaite.

Peut-être que si nos gouvernements étaient conscients de l’importance de la vie, la grosse argent des budgets en santé aurait été mieux distribuée ? Peut-être que si, collectivement, on prenait plus soin de notre santé en ne fumant pas, en s’alimentant plus sainement, en faisant de l’activité physique régulièrement, etc., les médecins n’auraient pas de délestage à faire ? Peut-être que si on commençait à redonner vie à nos enfants et à nos jeunes, l’avenir serait meilleur (et le présent aussi) ?

Les 65 ans et plus forment 20 % de la population et représentent 80 % des hospitalisations. Et si se réinventer voulait dire mieux les protéger ? Et si mieux les protéger signifiait ne pas étouffer la vie des plus jeunes ? Peut-être qu’on n’aurait pas besoin de louer un chien pour prendre l’air après 20 h ? #ReFeLeMeLePu