Comme député, j’ai régulièrement eu à me rendre dans des établissements de soins de longue durée afin d’y saluer des résidants lors d’événements spéciaux.

Benoit Charette Benoit Charette
Député de Deux-Montagnes et ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

La plupart du temps, je n’avais pas à me rendre sur les étages, me limitant essentiellement aux espaces de vie communs. Cet environnement m’était donc inconnu jusqu’au mois dernier, lorsque je m’y suis présenté comme préposé aux bénéficiaires bénévole.

La situation étant contrôlée dans ma circonscription, je me suis engagé auprès d’un CHSLD sévèrement touché par la pandémie.

La situation y était à ce point critique qu’on n’y retrouvait pas de zones chaudes ou froides, l’ensemble de l’établissement étant en zone chaude.

Après quelques formations en accéléré, je suis rapidement devenu préposé aux bénéficiaires. Les besoins étant criants ; on ne me tint pas rigueur de ce manque d’expérience. Dès le premier soir, je me suis retrouvé au sixième étage de l’établissement. J’y ai fait la rencontre de Nourredine, un infirmier auxiliaire au cœur immense.

Ce dernier n’avait pour aide qu’un préposé aux bénéficiaires pour une trentaine de résidants. Il ne s’est pas formalisé de sa description de tâches et a vite troqué son habit d’infirmier auxiliaire pour celui de préposé. C’est à ses côtés que j’ai appris à alimenter, hydrater et prodiguer les soins d’hygiène aux résidants ainsi qu’à faire certaines tâches d’entretien. Je lui dis merci !

Au cours du dernier mois, donc, à raison de trois soirs par semaine, j’ai côtoyé la mort et la maladie, mais j’y ai également fait de formidables rencontres, autant avec les résidants qu’avec les gens qui se dévouent auprès d’eux.

Nourredine fut sans contredit la première présence réconfortante rencontrée sur ce nouveau lieu de travail. J’aurais également très bien pu mentionner les Eddy, Yumee, Marco, Arthur, Dominique, Julie, Annie, etc. qui, avec un esprit de corps impressionnant, ont assuré la dignité qui revient à celles et ceux qui habitent ces lieux de soins.

La reconnaissance du Québec entier

Voilà tout juste une semaine que la reprise prochaine des activités parlementaires m’a contraint à mettre fin à mon bénévolat, mais leur présence me manque déjà. Le Québec entier doit toute sa reconnaissance à ces personnes qui se donnent corps et âme – l’expression n’est pas galvaudée – auprès de nos personnes les plus vulnérables.

Je tiens également à saluer l’implication des citoyens qui ont répondu ou qui répondront à l’appel de notre premier ministre en allant prêter main-forte dans les CHSLD. Un immense merci à vous tous, vous faites une différence.

Aujourd’hui, l’Assemblée nationale renoue avec une certaine normalité. Je n’ai aucun symptôme, mais je n’y serai pas, la prudence m’obligeant à rester en retrait encore quelques jours.

J’ai néanmoins bien hâte de pouvoir partager mon expérience avec mes collègues de l’Assemblée, comme c’est aussi sûrement le cas pour celles et ceux de tous les partis qui ont eux aussi vécu des expériences similaires au cours des dernières semaines.

Forts de cette expérience, nous pourrons certainement apporter un éclairage des plus pertinents à la réflexion fondamentale sur le sort de nos aînés qui ne manquera pas d’avoir lieu au cours des prochains mois.