Le tourisme d’affaires, moins visible et pourtant très lucratif, pourrait être l’une des activités au Québec les plus difficiles à redémarrer en raison des consignes sanitaires appelées à perdurer.

Caroline Lepage et Michel Bourdon 
Respectivement présidente d’Agora Opus3 et directeur du développement des affaires à MCI Montréal* 

Ce joyau de l’industrie, porteur de retombées économiques de l’ordre de 1,8 milliard de dollars par année au Québec, a vu son carnet de commandes réduit à néant dès les premiers signes de la crise. Aujourd’hui, un nouveau regroupement de plus de 50 fournisseurs de l’industrie des événements d’affaires, des congrès, des réunions et des expositions souhaite que le secteur ait sa juste place dans la stratégie de relance économique du Québec.

Depuis toujours, l’industrie du tourisme d’affaires – congrès, réunions d’affaires, expositions commerciales et voyages corporatifs – déploie un dynamisme et une créativité éprouvés qui rapportent, par individu, deux fois plus au trésor québécois en retombées que le touriste d’agrément. Le Québec ne peut se permettre de laisser cette industrie majeure prendre du retard au profit des marchés étrangers qui auront repris avant le sien. L’initiative du regroupement touche l’économie de tout le Québec, y compris les régions.

La situation est préoccupante pour l’ensemble du secteur, dont les entreprises privées échappent aux subventions accordées aux événements. Les prédictions les plus optimistes laissent entrevoir un retour aux activités dites normales au printemps 2021. Or, le fait est que plusieurs organisations ont transmis des directives internes interdisant à leur personnel tout déplacement au plus tôt jusqu’en janvier 2021 et que les budgets pour les inscriptions et le nombre de délégués risquent d’être moindres après la crise. Dans ce contexte, les commanditaires qui doivent se commettre des mois à l’avance ne le font plus, sans oublier que l’organisation de ces événements, qui prend normalement des mois, est sur la glace. La mise sur pause d’une année pour l’ensemble de l’industrie présage de conséquences douloureuses et irréversibles pour plusieurs.

En 2017, 1,5 million de visiteurs hors Québec ont séjourné par affaires pour des dépenses touristiques de 877 millions et 5,1 millions de nuitées. Sur le marché intra-Québec, ce sont 7,6 millions de visiteurs qui se sont déplacés générant 4 millions de nuitées et des dépenses de 962 millions. Sans compter les quelque 27 000 emplois directs et indirects qui s’y rattachent.

Solutions

L’heure est à la recherche de solutions pour soutenir une industrie qui ne renaîtra pas avant le printemps 2021. Le regroupement est déjà engagé en ce sens et croit qu’il faut rapidement amorcer une réflexion, notamment sur la façon d’éponger les frais fixes des entreprises à l’arrêt pour plusieurs mois. Certains organisateurs ont converti des événements et des conférences en ligne, mais il reste bien des questions en suspens, notamment à savoir si le volet formation de l’événement est admissible au PACME. Plusieurs avenues peuvent être explorées, dont le maintien de 75 % du salaire jusqu’à la reprise des événements étrangers, afin de garder en emploi des ressources qualifiées essentielles.

À l’instar de l’Alliance touristique du Québec, le regroupement estime que le soutien doit viser les clients par des incitatifs fiscaux afin de favoriser les déplacements intra-Québec et la participation des voyageurs québécois au tourisme d’affaires.

Un programme d’aide et de soutien à l’innovation pourrait aussi permettre aux différents acteurs du marché des réunions d’affaires, congrès, réunions et expositions de se réinventer et de se transformer.

Le regroupement souhaite contribuer à la mise en place de solutions gagnantes pour tous afin que le tourisme d’affaires québécois puisse retrouver sa place sur l’échiquier et ainsi prendre part au plus tôt à l’effort collectif de soutien à l’économie locale et au rayonnement de l’industrie, ici et partout dans le monde.

* Cosignataires du Regroupement des fournisseurs de l’industrie des événements d’affaires, des congrès, des réunions et des expositions : Alain Canuel, directeur général pour le Québec de GES Canada ; Alexandra Vachon, directrice générale de Hôtel Quartier ; Alexandre Renaud, vice-président ventes et marketing de Tentes Fiesta Tents Ltée ; Andréanne Mathieu, présidente directrice générale d’Andréanne & Co ; Antoine Daoud, associé et vice-président relation clients de Promotion Speed Inc. ; Benoit Handfield, vice-président ventes de Loue froid inc. ; Daniela Caputo, MontrealEventPlanner, Daniela Caputoevent management ; Danielle Crête, présidente de VDM Global ; David Carrier, propriétaire d’Agnus dei traiteur ; Denis Langlois, directeur de Funkytown Événements ; Diane Labbé Deegan, directrice des ventes de Consultexpo ; Dominic Gagnon, présidente directrice générale de Connect & Go ; Dominique Guay, vice-président de Decor Experts Expo ; ElynaKudish, propriétaire d’ElynaKudishEvents ; Emmanuel Goubard, directeur des locations et planificateur des événements d’Entrepôts Dominion ; Francis Gagné, propriétaire de Gagné Sonorisation ; Frédéric Lavoie, propriétaire de Frédéric Lavoie photographe ; Geneviève Ajas, propriétaire des Chalets Alpins ; Geneviève Leclerc, présidente directrice générale de Meet4Impact ; Isabelle Lopez, présidente directrice générale de MySmartJourney ; Jean-Paul de Lavison, président directeur général de JPdL International ; Jean-Sébastien Pagé, directeur général de Hôtel des Coutellier ; Jérôme Dumont, Top Expo ; Josée Rousseau, directrice générale et fondatrice de Staff personnel événementiel ; Karina Lehoux, présidente d’Eklosion-Animation professionnelle ; Laurence Lefebvre, présentation-Design L.P. Inc. ; Marc l’Heureux, chef d’entreprise de TKNL ; Marc-André Hamel, directeur financier d’Agence FK13 Inc. ; Marianne Head, président de Corpobids ; Marie-France Lajoie, présidente de Zeste Incentive ; Mathieu Gosselin, Leader Production, Agence BLVD inc. ; Mélanie Verret, présidente, directrice générale et co-propriétaire de Cœur à l’ouvrage ; Navutheap, directeur de Cage traiteur événementiel ; Pascal Desharnais, président directeur général de Happening ; Patrick Vézina, vice-président exploitation et développement des nouveaux marchés de Pur Effets Spéciaux Inc.-Pur FX-Groupe Distraction ; Patrick Wafer, directeur de Tower Events & Seating Quebec inc. ; Paule Labelle, propriétaire du développement des affaires de Cava Rose ; Philippe Dupont, directeur ventes et développement des affaires de Québec de Encore ; Pierre Bolduc, directeur de Conferium ; Pierre-Étienne Chamard, président de DX-Mobilier événementiel ; Richard Savoie, conseiller principal et associé d’Evengo ; Robert Vieira, directeur de North American Logistics Services Inc. ; Sabrina Ferland, présidente de Bellita Productions ; Stéfane Ratté, président d’Inscript inc. ; Stéphane Martel, fondateur et président directeur général de Yulism ; Stéphane Morin, vice-président exécutif et développement, opération et logistique de Groupe ABP ; Thierry Marlier, vice-président développement d’affaires et directeur des ventes de FMAV ; Thomas Giraudo, président propriétaire d’Altitude C ; Véronique Vanasse, directrice d’Electro Performance G.L inc.