Pour mieux cibler l’affaire, il est bon de savoir que je suis une personne atteinte de sclérose en plaques. Je suis confinée à un fauteuil roulant électrique ; j’habite un appartement adapté dans le complexe Guy-Favreau que j’avais justement choisi en raison cette proximité ; j’ai besoin d’aide pour m’habiller, me déshabiller, prendre une douche et tout le reste que je vous sais capable d’imaginer. Je fréquentais la piscine du Y depuis 18 ans.

Josée Morneau Josée Morneau
Montréal

Pour mieux cibler encore, sachez que la natation permet aux personnes atteintes de sclérose en plaques, ou d’autres atteintes incapacitantes, de conserver leur tonus musculaire. Je nageais donc au Y trois fois par semaine. Oui, vous avez bien lu : trois fois par semaine. Et nous étions 1100 à faire de même…

Contre toute attente, le Y Guy-Favreau a fermé ses portes le 31 décembre 2019.

Le Y disposait des rares équipements de transfert adaptés à ma condition. Il y avait aussi des employés qui adhéraient à la mission des YMCA qui est de soutenir et faire une différence dans la communauté.

Les administrateurs ont annoncé la fermeture du Y six semaines avant d’y procéder. Ce délai a été trop court pour permettre aux utilisateurs de se mobiliser et trouver des solutions pour conserver ces installations sportives fonctionnelles.

Vous l’aurez compris, pour ma part cela signifie une perte de mobilisation importante. Mais je ne suis pas la seule, d’autres usagers dans des conditions similaires à la mienne souffrent aussi de cette fermeture et pour les mêmes raisons. J’ai déjà interpellé M. Guilbeault, notre député fédéral, à ce sujet.

Un organisme subventionné

Ce que l’on sait aussi, mais qui n’a eu que peu de presse, c’est que les Y sont un organisme à but non lucratif (OSBL) qui reçoit des subventions. Ainsi, il est possible de connaître la rémunération des cadres qui gagnent plus de 100 000 $ par an.

Une brève recherche montre que la rémunération des cadres des Y se situe très nettement au-dessus de celle de la moyenne des Québécois et encore beaucoup plus au-dessus de celle de la majorité des anciens usagers, moi y compris. Somme toute, il est connu que l’un des cadres gagne entre 200 et 300 000 $ et qu’une dizaine de personnes gagnent plus de 100 000 $.*

En regard à la fermeture et aux émoluments de ces cadres du Y, je suis persuadée qu’il n’y a rien d’illégal dans cela, mais même dans un contexte de recherche de rentabilité, est-ce moral, est-ce légitime de fermer une ressource aussi rare ? Pourrait-on croire que les administrations concernées auraient manqué de sensibilité, y compris nos gouvernements qui ont aussi été interpellés ?

Nous sommes nombreux à croire que vous permettrez de garder ce dossier ouvert, ce qui nous garde un peu d’espoir.